Actualités

Une renaissance de la gauche est-elle perceptible dans le nord des Yvelines ?

par | 4 mai 2021 | Envi­ron­nement, Poli­tique

La gauche revient-elle en force à Con­flans-Sainte-Hon­orine ? Pas vrai­ment, mais elle vit une sorte de recon­struc­tion intel­lectuelle et elle se renou­velle. (DR)

Le temps est à la refor­mu­la­tion des anci­ennes idées et au renou­velle­ment des cadres et des mil­i­tants. Avec l’ar­rivée du macro­nisme, la gauche a per­du ses posi­tions, notam­ment dans les anciens fiefs social­istes et com­mu­nistes. La per­spec­tive des élec­tions de juin 2021,  fait appa­raître des can­di­dats, ici et là, mais on est loin d’une union sacrée de la gauche. 

La poli­tique comme la nature a hor­reur du vide car la gauche n’est plus la force prépondérante ; c’est le cas dans la Con­flu­ence, en par­ti­c­uli­er à Con­flans-Sainte-Hon­orine. En par­al­lèle, la droite clas­sique yveli­noise a per­du cer­tains de ses fiefs, les lais­sant en jachère politique.

Une gauche présente mais dispersée

Dans ce con­texte, des mil­i­tants et des sym­pa­thisants de ce qui reste de la gauche se sont mis à “recon­stru­ire leur mai­son” suite à l’é­clate­ment de 2017. Selon Joseph Cordier, nou­veau secré­taire de la sec­tion PS Boucle de Seine(1), le paysage poli­tique nation­al se trans­forme ; c’est le même phénomène dans le nord des Yve­lines. La méfi­ance de la pop­u­la­tion s’est accom­pa­g­née d’un divorce avec “les élites” de la gauche his­torique de la rue Solféri­no (ancien siège du PS). “On ne pré­tends pas révo­lu­tion­ner le monde poli­tique, mais on s’en­gage sur des pro­jets, sur des idées locales”. Ain­si, en avril et début mai, des séances de trac­tage ont eu lieu à Andrésy, à Chanteloup-les-Vignes, à Con­flans-Sainte-Hon­orine, à Pois­sy, aux Mureaux et à Verneuil-sur-Seine.

Avec les vis­ites récentes d’Au­drey Pul­var et de Julien Bay­ou, respec­tive­ment têtes de liste Île-de-France en com­mun et EE-LV, la gauche a été propul­sée devant la scène, ce qui a per­mis le lance­ment des can­di­dats de la gauche pour les élec­tions départe­men­tales dans les can­tons de Con­flans, de Pois­sy, des Mureaux et de Verneuil-sur-Seine. Certes la gauche de 2021 dans le Yve­lines part en ordre dis­per­sé : cha­cun est resté cam­pé dans ses pro­pres cer­ti­tudes et sans s’at­ta­quer à leur adver­saire com­mun, le sys­tème Bédier.

Ain­si, au marché d’An­drésy, le 24 avril, les mil­i­tants de la sec­tion PS Boucle de Seine ont dis­tribué des tracts qui soulig­nent que le “bilan social et san­i­taire de la droite qui gère seule le départe­ment depuis 6 ans est cat­a­strophique : 2 cen­tres de pro­tec­tion mater­nelle et infan­tile sur 3 ont été fer­més.” Dans une ambiance fes­tive, tout en respec­tant le pro­to­cole san­i­taire pour lut­ter con­tre le Covid, le musi­cien Didi­er Robin est venu ani­mer le marché.

Dis­tri­b­u­tion, le same­di 24 avril, au marché d’Andrésy avec les mil­i­tants de Con­flans, Alexan­dre Gar­cia, Maria Escrib­ano et Joseph Cordier. (DR)

Des idées communes et un seul adversaire

Dans le Can­ton des Mureaux, des “amis” mil­i­tants au niveau région­al devi­en­nent “adver­saires” poli­tiques au niveau du départe­ment. Trois listes se revendi­quant de gauche(2) s’af­fichent pour con­tr­er la droite locale menée par Cécile Zam­mit-Popes­cu, maire de Meu­lan-en-Yve­lines. M. Mal­let a été cinglant, le 3 mai dernier, déclarant que les élus de droite sont décon­nec­tés du social et de la sol­i­dar­ité, deux des piliers de la com­pé­tence du départe­ment : “La poli­tique de Pierre Bédi­er est opaque et [il] sort un car­ton rouge !

Se voulant être la “seule liste d’u­nion de gauche, sociale, citoyenne et écologique,” Mme Fati­ma Cuny a énuméré les carences de la poli­tique actuelle au départe­ment notam­ment avec les per­son­nes frag­iles : l’aide aux enfants a dimin­ué, M. Bédi­er ayant préféré béton­ner avec des pro­jets autoroutiers, sans aucun intérêt pour la tran­si­tion énergé­tique. Au con­traire, il faut se dot­er des moyens pour faire face aux prob­lèmes des plus plus dému­nis. En somme, la jus­tice sociale et la con­trainte écologique vont de pair dans cette recon­struc­tion de la gauche yvelinoise.

La liste EE-LV, PCF, France insoumise et Génération.s pour le Can­ton des Mureaux. (J2R)

Mal­gré les idées com­munes pour lut­ter con­tre le sys­tème Bédi­er, la gauche est face à ses démons et ne se recon­stru­it pas dans l’u­nion. Trop de per­son­nal­ités et d’e­gos qui s’af­fron­tent dans des dis­cours très peu cohérents entre eux ; cer­tains accusent le maire des Mureaux d’in­viter trop le prési­dent Macron sur place : “ces incur­sions ne facili­tent pas le tra­vail d’u­nion.” Plus mod­éré dans la cri­tique, Joseph Cordier avance l’idée de “con­stru­ire pro­gres­sive­ment avec tout le monde même cela prend du temps; le plus impor­tant est d’oc­cu­per le ter­rain et men­er des actions ciblées et con­crètes !

Trouver la bonne méthode, en attendant… 

Plus incisif, il fau­dra se posi­tion­ner pour un renou­velle­ment de la pra­tique démoc­ra­tique avec plus de trans­parence et de con­cer­ta­tion. Il est inad­mis­si­ble de faire une fusion de deux départe­ments (78/92) sans une con­sul­ta­tion démoc­ra­tique dans cha­cun. Sur ce point, toutes les gauch­es sont unies. Boris Venon (PS) a promis “une res­pi­ra­tion démoc­ra­tique : le retour d’une oppo­si­tion vig­i­lante [au con­seil départe­men­tal] et con­struc­tive y con­tribuerait.

Dans le Can­ton de Verneuil-sur-Seine, fief du bédierisme, la gauche part unie (EE-LV, PS, PCF) “pour un can­ton écologique et sol­idaire(3). Pour Fabi­en Lemoine, “le Départe­ment des Yve­lines [doit] entr­er dans le XXIe siè­cle pour le bien-être de toutes et tous. Par l’action publique, dans un souci quo­ti­di­en de trans­parence, il faut met­tre en place les poli­tiques néces­saires pour réduire les iné­gal­ités ter­ri­to­ri­ales, pour accélér­er la tran­si­tion écologique et pour dynamiser une vie sociale et économique vertueuse et por­teuse d’un espoir retrou­vé. La qual­ité de vie sera au cœur de l’action et, dans un souci de maîtrise des dépens­es publiques, il fau­dra stop­per tous les pro­jets inutiles, néfastes et coû­teux pour les Yve­lines.

La can­di­da­ture d’u­nion portée par Fabi­en Lemoine, Alexan­dre Guil­lot, Nathalie Mostows­ki et Aman­dine Ran­got dans le Can­ton de Verneuil-sur-Seine. (DR)

En con­clu­sion, la gauche peut renaître de ses cen­dres, mais le fac­teur temps joue con­tre elle car les élec­tions prési­den­tielles sont déjà dans les têtes de tous et cela ne per­me­t­trait pas une recon­struc­tion des idées et l’émer­gence d’une union sacrée. En atten­dant, des défaites d’au­jour­d’hui pour­raient être le ciment de la vic­toire prési­den­tielle (en 2027 ?).

Notes

1. Cette sec­tion com­prend les villes d’Achères, d’An­drésy, de Car­rières-sous-Pois­sy, de Chanteloup-les-Vignes, de Mau­re­court et de Poissy.

2. Papa Waly Dan­fakha, can­di­dat aux élec­tions départe­men­tales sans éti­quette ; Gwe­naële Guil­lo et Boris Venon, can­di­dats PS dans un souci de faire un nou­veau départ­MENT; Fati­ma Cuny et Michel Mal­let s’as­so­cient pour for­mer un tan­dem EE-LV et France insoumise.

3. La can­di­da­ture d’union est portée par Nathalie Mostows­ki, con­seil­lère munic­i­pale à Vernouil­let, et Fabi­en Lemoine, con­seiller munic­i­pal à Verneuil sur Seine, tit­u­laires, Aman­dine Ran­got et Alexan­dre Guil­lot, suppléants.

 

 

Aider notre jour­nal indépen­dant en souscrivant à l’adresse suiv­ante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020

Share This