Actualités

Triel : Déjà cinq mois d’une nouvelle mandature

par | 8 décembre 2020 | Poli­tique, Triel-sur-Seine

Cédric Aoun est deve­nu maire en juin 2020 ; depuis, il fait feu de tout bois. (DR)

L’an­cien maire de Triel-sur-Seine, Jean-Pierre Houl­le­mare tire un bilan de cinq mois de man­da­ture de Cédric Aoun. Ce texte est une tri­bune et il ne reflète pas l’o­pi­nion de la rédac­tion du Jour­nal des 2 Rives. Le cha­peau et les inter­titres sont de la rédaction.

Le temps est venu de mesu­rer les actes qui ont mar­qué les 150 pre­miers jours de votre man­dat. J’espère que l’objectivité qui demeure, depuis sa créa­tion, une valeur reven­di­quée de ce blog sau­ra être recon­nue. Avec « pré­mé­di­ta­tion », vous avez déci­dé le recru­te­ment coû­teux d’une Direc­trice de Cabi­net, une pre­mière à Triel-sur-Seine, en jus­ti­fiant cet inves­tis­se­ment par de sup­po­sées retom­bées finan­cières enre­gis­trées par quelques villes alen­tour dis­po­sant de cette orga­ni­sa­tion. J’espère pour cette col­la­bo­ra­trice et sur­tout pour les Triel­lois qu’elle sera à la hau­teur de l’espoir suscité.

Passage de l’inaction à l’action

Ain­si donc, depuis le 3 juillet, date de votre ins­tal­la­tion, vous avez pour­sui­vi sur la lan­cée de la cam­pagne, en fai­sant preuve d’un acti­visme sou­te­nu et sou­vent recon­nu par les Triel­lois, tran­chant avec le sen­ti­ment d’inaction qui pré­va­lait auparavant.

Dès juillet, vous avez réta­bli l’accès au PARC MUNICIPAL, comme je l’espérais ain­si que de nom­breux habi­tants. Vous êtes même allé au-delà, en implan­tant pro­gres­si­ve­ment quelques mou­tons en éco-pâtu­rage, ce qui montre l’intérêt de votre équipe pour la pla­nète et votre atten­tion aux effets de mode. Il ne vous reste plus qu’à le remettre réel­le­ment en sécu­ri­té pour l’accueil du public.

Très rapi­de­ment, vous avez réglé le pro­blème de voi­rie de la rue des Fon­te­nelles, qui était inter­dite à la cir­cu­la­tion auto­mo­bile depuis… plu­sieurs années. De même, la ver­rue consti­tuée par l’immeuble en péril du 177 rue Paul Dou­mer a été résor­bée autour du 15 août, détruit avec une remar­quable rapi­di­té… mais au prix d’un bud­get visi­ble­ment mal cer­né, si l’on en juge par vos éva­lua­tions discordantes !

Confor­mé­ment à vos enga­ge­ments, vous avez inver­sé le sens unique de la rue Saint-Vincent et ain­si réta­bli un maillage des voies logique et effi­cace. La déci­sion inverse pour la rue Saint-Mar­tin semble aus­si avoir sécu­ri­sé les flux à cette inter­sec­tion très contrainte par l’implantation de l’immeuble de la Martinière.

Vous avez pris les bonnes dis­po­si­tions pour orga­ni­ser à la ren­trée la Forum des Asso­cia­tions à la satis­fac­tion de tous, dans ce contexte déli­cat ain­si que la Fête du Flan, écla­tée pour l’occasion sur trois sites. Dom­mage, la météo n’était pas de la partie…

En revanche, votre inves­tis­se­ment pérenne pour des cha­lets de Mar­ché de Noël « d’occasion » s’est révé­lé plus hasar­deux, en cette période de crise sani­taire mal maî­tri­sée ! Res­te­ront-ils en place pour accueillir chaque semaine le mar­ché heb­do­ma­daire du centre-ville fixé au same­di alors que celui des Châ­te­laines est bien ins­tal­lé main­te­nant dans les esprits le dimanche matin ? Pour­quoi ne pas favo­ri­ser le milieu de semaine en bord de Seine, le mer­cre­di par exemple pour mieux répondre aux besoins de pro­duits frais de la clien­tèle ? Vos com­mer­çants sélec­tion­nés ne sont-ils dis­po­nibles que le samedi ?

Vos pre­mières ini­tia­tives en matière de cir­cu­la­tion rou­tière furent louables. Inter­dire les poids lourds et les convois excep­tion­nels dans l’avenue de Pois­sy et la rue Paul Dou­mer relève du bon sens et aucune des voies de contour­ne­ment pos­sibles n’affiche une lar­geur aus­si faible que la seule voie de tran­sit triel­loise, avec un rétré­cis­se­ment de la chaus­sée infé­rieure à sept mètres au niveau de l’in­ter­sec­tion avec la rue Trous­se­line. De sur­croît, le nombre de désordres récur­rents dus aux fuites du réseau d’eau potable ne peuvent qu’apporter des argu­ments tant vis-à-vis du Dépar­te­ment que de la Préfecture…

Mais des décisions moins heureuses !

A prio­ri, vos déci­sions en matière bud­gé­taire furent moins heu­reuses. La sup­pres­sion de la pro­vi­sion pour risque de 1,5 mil­lion, consé­quence du conflit fis­cal entre la CU GPS&O et plu­sieurs com­munes de l’ancienne Com­mu­nau­té d’Agglomération des Deux Rives de la Seine, dont Triel, n’est abso­lu­ment pas conforme à la pru­dence qui doit pré­si­der à la ges­tion des finances com­mu­nales. L’appel de la CU sur le juge­ment du Tri­bu­nal Admi­nis­tra­tif est tou­jours pen­dant et au final, si la déci­sion est infir­mée, ce sont les Triel­lois qui paie­ront. De même, vos pré­vi­sions d’emprunts de 3 mil­lions et vos ouver­tures de cré­dits de 900 000 euros pour un « panier » d’études insuf­fi­sam­ment pré­cises ne ras­surent pas les contri­buables locaux. Sans par­ler du mil­lion « sur la table » pour une Police Muni­ci­pale qui fait plus que dou­bler son effectif !

Votre pre­mier pro­jet consa­cré à la mobi­li­té et à une expé­ri­men­ta­tion de Navette élec­trique n’a pas pu être menée à bien dans votre calen­drier, pour cause de crise sani­taire. Ce n’est que par­tie remise, mais son réel suc­cès dépen­dra de l’ensemble des moda­li­tés finan­cières qui, pour l’instant, res­tent bien opaques.

Mal­gré une fré­né­sie de com­mu­ni­ca­tion, audio­vi­suelle et épis­to­laire, les infor­ma­tions ne semblent pas cir­cu­ler au mieux entre les équipes, majo­ri­taire et mino­ri­taire. Votre déci­sion, au bout de trois mois, de sup­pri­mer la délé­ga­tion Finances, Res­sources humaines et Déve­lop­pe­ment éco­no­mique à votre neu­vième Adjointe et votre volon­té de gom­mer son élec­tion par le conseil muni­ci­pal, pour la rava­ler au rang de conseiller muni­ci­pal, res­te­ra un motif d’incompréhension et de révolte.

Vous avez par­fai­te­ment su mono­po­li­ser la parole, avec l’appui de médias prompts à relayer vos ini­tia­tives, sur­tout quand elles se dis­tinguent du dis­cours poli­tique ambiant. Ain­si, vous êtes pas­sé maître dans l’utilisation de vos dif­fé­rents sup­ports, du Triel-infos assez sobre à la lettre spé­ci­fique COVID et aux pages Face­book de vos trois « asso­cia­tions » ou groupe de sou­tien que sont « Mieux vivre à Triel », « Triel c’est vous » et « Triel soli­da­ri­té »… Tout cela ren­for­cé par les Face­book Live pério­diques de vos réponses per­son­nelles aux ques­tions cen­sées pro­ve­nir des Triel­lois et les retrans­mis­sions, mal­heu­reu­se­ment par­fois inau­dibles, des séances du conseil muni­ci­pal. Dif­fi­cile de se plaindre d’un manque de communication…mais aspi­ra­tion aus­si à plus de clarté.

Par ailleurs, votre vision « sécu­ri­taire » de la vie com­mu­nale semble en pro­fond déca­lage avec la situa­tion réelle de la délin­quance dans la com­mune. Por­ter les effec­tifs de la Police muni­ci­pale à 12 agents ne me paraît pas par­ti­cu­liè­re­ment utile, sur­tout après le déploie­ment par vos pré­dé­ces­seurs de la vidéo­sur­veillance. Cela vou­drait dire qu’en douze ans, entre 2008 ET 2020, l’insécurité aurait plus que dou­blé à Triel ? Que vous disent les sta­tis­tiques préfectorales ?

Il faut devenir le maire de tous les Triellois

Enfin, vos der­nières déci­sions d’organiser les conseils muni­ci­paux à 14 heures ne trompent per­sonne. Votre sou­ci pre­mier est de limi­ter au maxi­mum l’expression de vos « oppo­sants » et leur visi­bi­li­té, et non pas, comme vous le décla­rez mal­adroi­te­ment à la Presse, pour répondre au sup­po­sé besoin de per­mettre au public plus dis­po­nible en jour­née de suivre en « pré­sen­tiel » les séances publiques du Conseil ! Tant et si bien que votre der­nière trou­vaille fut de récla­mer un huis-clos…Pour quelle rai­son rece­vable ? Ne pas don­ner les noms des heu­reux béné­fi­ciaires de la sub­ven­tion de 1000 euros pour aide au paie­ment du loyer dû pen­dant la période de fer­me­ture admi­nis­tra­tive obligatoire ?

Voi­là, Mon­sieur le Maire, ce qu’un obser­va­teur un peu atten­tif peut pen­ser de vos 150 pre­miers jours de conduite des affaires de la com­mune. Le bilan est contras­té. Faute d’une véri­table trans­pa­rence, de nom­breux Triel­lois se posent des ques­tions sur votre véri­table sin­cé­ri­té et notam­ment sur celle de votre dis­cours au soir de l’élection : « Avant tout, il faut se sou­ve­nir que 52 % des votants ont voté contre nous, et il faut en tenir compte…beaucoup de belles pro­po­si­tions ont été faites par les dif­fé­rentes équipes… ».

Ne nous trom­pons pas. Les vain­queurs d’une élec­tion ne sont pas là pour mettre en œuvre un autre pro­gramme que le leur et seule une véri­table culture du consen­sus peut mener au dia­logue construc­tif. Visi­ble­ment, l’interdiction faite à la popu­la­tion « lamb­da » de mon­ter à l’étage de l’Hôtel de Ville ne va pas dans cette direction…

Et comme il faut tou­jours se nour­rir du pas­sé pour construire l’avenir, je vais main­te­nant regar­der le der­nier Compte Admi­nis­tra­tif 2019.

Bon cou­rage pour la suite aux Conseillers Muni­ci­paux et Com­mu­nau­taires de notre belle cité, ain­si qu’au per­son­nel muni­ci­pal qui assure la conti­nui­té de l’administration, à ceux qui res­tent et à ceux qui partent…

Jean-Pierre Houl­le­mare

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This