Actualités

Débat autour de GPS&O à La Péniche de Triel : “La pression fiscale est-elle une fatalité intercommunale ?” (Webtélé2r)

Jeu­di 17 novem­bre 2022 à 20 h, s’est tenue à La Péniche de Triel-Sur-Seine, à l’initiative du Col­lec­tif Citoyen GPSEO et encadrée par le Jour­nal des Deux Rives, une con­férence-débat autour GPS&O…

lire plus

Plusieurs associations de protection de l’environnement dans les Yvelines saisissent le tribunal de Versailles contre le Port industriel et les projets routiers

par | 22 févri­er 2022 | Achères, Andrésy, Com­mu­niqués, Envi­ron­nement, Inter­co, Triel-sur-Seine, Vernouil­let, Vie asso­cia­tive

L’ADIV Envi­ron­nement, l’AVL3C, Bien Vivre à l’Hautil, Bien vivre à Vernouil­let, CEAS, le CO.P.R.A. 184, Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­nement et Triel Envi­ron­nement, rassem­blées pour une même démarche (pho­tomon­tage J2R) 

Vendre­di 25 févri­er 2022, à 10 h 30 dans la salle Lep­ic à Andrésy, plusieurs asso­ci­a­tions de pro­tec­tion de l’environnement organ­isent une con­férence pour présen­ter leur démarche com­mune. Elles vien­nent de s’unir pour deman­der au tri­bunal admin­is­tratif de Ver­sailles l’annulation de plusieurs pro­jets qu’elles esti­ment inadap­tés, trop coû­teux et éco­cides dans les Yvelines.

L’ADIV Envi­ron­nement, l’AVL3C, Bien Vivre à l’Hautil, Bien vivre à Vernouil­let, CEAS, le CO.P.R.A. 184, Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­nement et Triel Envi­ron­nement annon­cent leur union, par un com­mu­niqué du 21 févri­er, pour une démarche com­mune. Ces asso­ci­a­tions de pro­tec­tion de l’environnement yveli­nois­es et locales, dont les actions ont sou­vent été présen­tées dans les colonnes du jour­nal, ont demandé au tri­bunal admin­is­tratif de Ver­sailles l’annulation de plusieurs pro­jets qu’elles esti­ment « inadap­tés, trop coû­teux et éco­cides. »

« Depuis plus de 30 ans cette val­lée de Seine est mal­traitée et les asso­ci­a­tions sont le dernier rem­part à des pro­jets d’aménagement et d’infrastructures d’une autre époque : autoroute urbaine, voie rapi­de tra­ver­sant une île pié­tonne, dévi­a­tion routière dans la forêt, car­rières et cimenterie dans le parc naturel du Vex­in… Tous ces pro­jets ont comme point com­mun qu’ils entraîneront une dégra­da­tion sig­ni­fica­tive de la qual­ité de vie des habi­tants et la destruc­tion de l’environnement », déclar­ent-elles dans leur com­mu­niqué inti­t­ulé « Port indus­triel et pro­jets routiers dans les Yve­lines : Les défenseurs de l’environnement sai­sis­sent la jus­tice ! ».

S’unir pour faire cause commune

Pour faire face au « rouleau com­presseur des amé­nageurs et béton­neurs », ces asso­ci­a­tions ont, pour la pre­mière fois, décidé de s’unir pour faire cause com­mune en lançant une série de recours juridiques. Pour cela, elles se sont entourées d’avocats spé­cial­istes des caus­es envi­ron­nemen­tales : Me Alexan­dre Faro, avo­cat de FNE et de Green­peace, spé­cial­iste des instal­la­tions classées pour la pro­tec­tion de l’environnement (ICPE) et Me Benoits Bus­son, avo­cat de FNE, spé­cial­iste de la loi sur l’eau et des espèces protégées.

Ces derniers vien­nent de dépos­er plusieurs requêtes en annu­la­tion con­tre les pro­jets de port d’Achères (PSMO) et de requal­i­fi­ca­tion de la RD190 entre Triel-sur-Seine et Car­rières-sous-Pois­sy, portés respec­tive­ment par Haropa Ports de Paris et le Con­seil départe­men­tal de Yvelines.

Pourquoi maintenant ?

Dans le com­mu­niqué, les asso­ci­a­tions expliquent leur action com­mune en déclarant que cette démarche est le « dernier recours », car elles esti­ment que les proces­sus de con­cer­ta­tion et de par­tic­i­pa­tion du pub­lic ont dysfonctionné.

«  Si l’on prend l’exemple du pro­jet de port d’Achères, il est totale­ment aber­rant que des asso­ci­a­tions comme les nôtres, qui prônons pour­tant le report modal, soient oblig­ées de l’attaquer. Si nous en sommes là, c’est parce que Ports de Paris n’a pas réus­si à adapter suff­isam­ment son pro­jet aux enjeux envi­ron­nemen­taux du territoire.

Alors que la pri­or­ité aurait dû être de créer une véri­ta­ble liai­son « Voie d’eau eau — Rail », ce pro­jet est davan­tage axé « Voie d’eau — Route ».

Nos asso­ci­a­tions deman­dent, depuis 2014, que cet aspect du pro­jet soit amélioré, mais Haropa fait la sourde oreille. Que devri­ons-nous faire ? Laiss­er l’argent pub­lic couler à flot pour con­stru­ire un port déjà dépassé avant même que ses travaux de con­struc­tion aient com­mencé ? Laiss­er ce pro­jet se faire, pour qu’il serve de jus­ti­fi­ca­tion à la créa­tion de routes et d’autoroutes qui viendraient inévitable­ment dégrad­er une qual­ité de l’air déjà très mau­vaise dans cette val­lée de Seine ?

Nous aimons notre ter­ri­toire et souhaitons qu’il évolue vers un mod­èle plus vertueux sur le plan envi­ron­nemen­tal, davan­tage en phase avec les besoins des habi­tants. Si cela doit pass­er par des procé­dures longues, nous y sommes pré­parés et ne ménagerons pas notre énergie. », expliquent-elles dans le communiqué.

L’ADIV Envi­ron­nement, l’AVL3C, Bien Vivre à l’Hautil, Bien vivre à Vernouil­let, CEAS, le CO.P.R.A. 184, Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­nement et Triel Envi­ron­nement tien­dront une con­férence de presse dans la salle Lep­ic (8 rue du Général Lep­ic) à Andrésy le ven­dre­di 25 févri­er à 10 h 30 pour don­ner tous les détails de cette action com­mune et unique dans les Yvelines.

 

Aider notre jour­nal indépen­dant en souscrivant à l’adresse suiv­ante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020