Actualités

Île du Gallardon : massacre à la tronçonneuse ?

par | 25 févri­er 2022 | Envi­ron­nement, Verneuil-sur-Seine

Le “défrichage illé­gal” a été réal­isé par une asso­ci­a­tion de pêche. (DR)

La polémique enfle autour de l’a­battage de “quelques arbres” dans l’Île du Gal­lar­don à la base de loisirs de Verneuil-sur-Seine. Selon l’ADIV, le directeur a pris l’en­gage­ment de ne pas les couper. Ces arbres abri­tent des nids de cor­morans ; de fait, cet abattage a con­duit à leur dis­pari­tion. Le maire de Verneuil-sur-Seine demande des comptes et des asso­ci­a­tions écol­o­gistes por­tent plainte. 

Début févri­er, des per­son­nes avaient alerté les asso­ci­a­tions écol­o­gistes sur des pro­pos tenus par des pêcheurs qui annonçaient vouloir faire abat­tre tous les arbres présents sur l’île située au milieu de l’étang du Gal­lar­don ; ces arbres abri­taient, en effet, de nom­breux nids de cormorans.

L’ADIV a ten­té de se ren­seign­er sur la vérac­ité de ces pro­pos. Ain­si, elle a envoyé un cour­riel  de l’Île de loisirs du Val-de-Seine pour lui rap­pel­er que les cor­morans sont une espèce pro­tégée et que toute destruc­tion de leur habi­tat doit faire l’objet d’une demande de déro­ga­tion pour destruc­tion d’espèces protégées.

La réponse du directeur  était ras­sur­ante dans un cour­riel du 7 févri­er 2022 : “[…] Cette rumeur est totale­ment infondée et je puis vous assur­er que rien ne peut être entre­pris sur la Base de Loisirs sans un accord préal­able de ma part. En l’oc­cur­rence, ce n’est pas le cas et ce ne le sera pas”.

Le week­end du 19 févri­er,  de nom­breux pêcheurs de l’U­nion de Pêcheurs de la Base de loisirs (UPBS) ont fait un net­toy­age et un éla­gage sur leur ter­ri­toire de l’Île de loisirs. Depuis vingt ans, sous l’égide d’une con­ven­tion liant le syn­di­cat mixte qui gère la base de loisirs et leur asso­ci­a­tion, des pêcheurs s’at­tachent à net­toy­er les déchets et à éla­guer la brousse. Toute­fois, le week­end dernier, ils ont eu la main trop forte en coupant “quelques arbres morts et frag­ilisés par les rafales de jan­vi­er”. Certes, “deux ou trois nids de cor­morans ont été affec­tés”,  nous a expliqué Jean-Luc Gal­lais, prési­dent d’UPBS.

Ensuite, la séquence s’est accélérée. Le 22 févri­er, la LPO, Triel-Envi­ron­nement et ADIV-Envi­ron­nement ont envoyé un cour­ri­er au directeur de l’Île de loisirs du Val-de-Seine pour lui posant les ques­tions suivantes :

Pourquoi nous avez-vous affir­mé que vous n’autoriseriez jamais la coupe des arbres sur l’île du Gal­lar­don ?
“Ces coupes ont-elles eu lieu sans votre accord, ce qui pose alors ques­tion sur la ges­tion de la base ?

Pour les riverains comme pour les asso­ci­a­tions citées ci-dessus, la con­stata­tion est sans équiv­oque : “Tous les arbres présents sur l’île avaient été abat­tus” ; cela a été “con­fir­mé par un groupe de pêcheurs”. Les pho­tos de l’ADIV ne sont pas assez détail­lées pour démon­tr­er l’a­battage “à la tronçon­neuse”. A ce stade de notre enquête, aucun élé­ment ou état des lieux n’ex­iste pour savoir exacte­ment ce qui avait été “détru­it” et dans quelle ampleur.

Fabi­en Aufrechter, maire de Verneuil-sur-Seine, quant à lui, s’est dit scan­dal­isé “suite à l’a­battage des arbres” et une plainte sera déposée par la Ville de Verneuil pour défrichage illé­gal et pour absence de demande de déro­ga­tion pour destruc­tion d’espèces protégées.

Remon­té, le maire de Verneuil-sur-Seine a souligné que “ce type d’ini­tia­tive est inac­cept­able et… abîmer [la nature] est un délit”. Inter­rogé par le jour­nal, le directeur a min­imisé l’af­faire et demande à tous de revoir ce dossier en fonc­tion de la sit­u­a­tion géopoli­tique. Nous sommes en guerre et l’hu­man­ité peut dis­paraître… mais il restera une poignée d’irascibles qui défendront les nids de cormorans.

Réac­tion du tré­sori­er de l’as­so­ci­a­tion des pécheurs, UPBS :

Vous m’avez inter­rogé sur le tra­vail accom­pli autour de l’étang du Gal­lar­don. Tra­vail qui sem­ble avoir choqué quelques per­son­nes au vu des vives réac­tions de cer­tains, cer­taine­ment manip­ulés par des mem­bres de la LPO.

Con­for­mé­ment à la con­ven­tion signée entre l’Ile de Loisirs et l’UPBL (Union des Pêcheurs de la Base de Loisirs), l’UPBL a l’obligation d’entretenir les abor­ds de l’étang du Gal­lar­don. Chaque année nous con­sacrons plusieurs journées pour effectuer ce tra­vail. Nous faisons appel chaque année aux bonnes volon­tés et selon les années plus ou moins de per­son­nes y par­ticipent, des mem­bres de l’UPBL, mais aus­si des riverains, des promeneurs, des per­son­nes qui appré­cient ce lieu et qui souhait­ent le con­serv­er en bon état de pro­preté et d’usage. Cette année 2 journées ont été con­sacrées à ce tra­vail, le same­di 12 févri­er et le same­di 19 févri­er. Fin jan­vi­er nous avons apposé tout autour de l’étang, à l’accueil de l’ile de Loisirs, et chez nos détail­lants, l’affiche qui annonçait ce net­toy­age. Nous avons avec l’aide des bénév­oles ramassé les déchets, canettes, papiers, bouteilles et autres sur les berges de l’ensemble du petit Gal­lar­don, ain­si que sur les berges du grand Gal­lar­don, de l’égout, jusqu’à la pointe de la digue entre petit et grand Gal­lar­don. C’est plus de 20 sacs poubelle qui ont été rem­plis. Nous avons débrous­sail­lé la bute de la digue côté petit Gal­lar­don, où se trou­vaient nom­bres de ronciers et de pieds d’églantiers. Nous avons égale­ment débrous­sail­lé cer­tains accès pêcheurs au bord de l’étang. Nous avons abat­tu au bout du petit Gal­lar­don 3 arbres morts dont un était per­ché et par­ti­c­ulière­ment dan­gereux. Nous avons élagué quelques arbres et notam­ment les tilleuls qui pour la plu­part étaient cou­verts de gui. Ceci afin de leur per­me­t­tre de sur­vivre à cette plante par­a­site. Nous avons procédé au bru­lage de ces déchets verts afin de ne pas les retrou­ver dans l’eau et nous avons procédé à l’évacuation des morceaux de bois.

Depuis quelques années l’Ile de Loisirs a autorisé la pêche en float tube. Ceci a eu pour con­séquence que l’ile dite aux cor­morans est dev­enue une berge, puisque les pra­ti­quants du float tube pêchent les bor­dures de l’ile. Con­for­mé­ment à notre con­ven­tion nous avons la charge de l’entretien de cet endroit. L’ile est très basse et recou­verte par l’eau en péri­ode de crue de la seine. Les arbres ont les racines les pieds dans l’eau, ce qui ne favorise pas leur sta­bil­ité par grand vent, surtout chez les sujets malades, mourant ou morts. Le 12 févri­er, une équipe de 3 per­son­nes s’est ren­due sur l’ile et a con­staté que nom­bres d’arbres étaient soit morts, soit en piteux état du fait de l’abondance de gui qui les recou­vrait, ou du lierre qui les enser­rait. Des fientes de cor­morans avaient tué quelques arbres. Par ailleurs plusieurs arbres pen­chaient dan­gereuse­ment. L’équipe a pris la déci­sion d’abattre ces arbres morts, mourant ou dan­gereux, ceci afin d’assurer la sécu­rité de tous et égale­ment afin que les sujets plus jeunes et en bonne san­té puis­sent se dévelop­per. Con­traire­ment à ce que j’ai lu, aucun débrous­sail­lage n’a eu lieu sur l’ile. Nous sommes donc inter­venu env­i­ron 2 mois avant la nid­i­fi­ca­tion des cor­morans et ceci afin de ne pas per­turber leur cycle de repro­duc­tion. Si cer­tains arbres étaient por­teurs de nids anciens, je peux vous garan­tir qu’aucun nid de l’année n’avait com­mencé à être con­stru­it. Cette inter­ven­tion est donc favor­able aux cor­morans puisque ceux-ci vont pou­voir nid­i­fi­er sur les arbres en bonne san­té aux alen­tours, sans ris­quer de voir leurs nids tomber à l’eau avec les arbres qui les sup­por­t­ent, les jours de tempête.

Je rajouterai juste une remar­que, si les défenseurs de la nature et la LPO étaient venus aux journées de net­toy­age, ils auraient pu don­ner leurs avis, que nous auri­ons bien évidem­ment pris en compte. Je leur pro­pose d’ores et déjà de pren­dre date pour les prochaines années.

Jean-Luc Gal­lais

 

 

 

Aider notre jour­nal indépen­dant en souscrivant à l’adresse suiv­ante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020