Actualités

Un ancien du Raid aux idées d’extrême droite invité à Triel-sur-Seine

par | 1 octobre 2021 | Socié­té, Triel-sur-Seine

Robert Patu­rel. (Cap­ture d’é­cran Robertpaturel.com)

La ville de Triel-sur-Seine orga­nise un stage de négo­cia­tion de crise le 13 octobre avec Robert Patu­rel, un ancien du Raid dont le pro­fil pose questions.

C’est par une com­mu­ni­ca­tion via ses réseaux sociaux que la ville de Triel-sur-Seine a infor­mé le public de son inten­tion d’organiser un stage de négo­cia­tion le 13 octobre à la salle Grel­bin de 9h à 12h et de 14h à 17h. Au pro­gramme ? L’enseignement de tech­niques de com­mu­ni­ca­tion et de com­por­te­ments face à une situa­tion stres­sante ou encore la pro­jec­tion de dia­po­si­tives et de vidéos entre­cou­pés de jeux de rôles et de retour d’expérience.

L’animateur, Robert Patu­rel, est pré­sen­té sur le flyer de pré­sen­ta­tion comme ins­truc­teur et négo­cia­teur du Raid pen­dant 20 ans, et comme ancien cham­pion de France et d’Europe de boxe fran­çaise. Reste que son pro­fil pose questions.

La théo­rie du grand remplacement 

En octobre 2016, cet ex-poli­cier, qui a offi­cié une tren­taine d’années dont 20 ans dans les rangs de l’unité d’élite de la police natio­nale, avait été évo­qué pour deve­nir le porte-parole du mou­ve­ment des poli­ciers non syn­di­qués. Mais le « Gorille », son sur­nom lié à sa pra­tique de la boxe et non à George Bras­sens, n’a guère fait l’unanimité. Et pour cause. L’homme, qui a notam­ment publié des ouvrages dédiés à la boxe de rue, est aus­si répu­té pour ses idées d’extrême droite, comme le prouve un cer­tain nombre d’entretiens accor­dés à la presse ces der­nières années. A l’instar de son inter­view accor­dée au média d’extrême droite Breizh Info en décembre 2015 où il avait décla­ré ceci : « Il faut que les gens sachent que les musul­mans seront majo­ri­taires dans une tren­taine d’années, peut-être moins vu les flux de réfu­giés. Et cette fois nous serons bien contraint de filer doux ou de dis­pa­raître ». La fameuse théo­rie raciste du grand rem­pla­ce­ment, si chère à la mou­vance iden­ti­taire, et récem­ment lar­ge­ment reprise par un cer­tain Eric Zem­mour qui n’hésite pas à stig­ma­ti­ser sans cesse l’islam et les musul­mans ou à ins­tau­rer l’idée qu’il faille une fran­ci­sa­tion des prénoms.

Amal­game et préjugés

De son côté, Robert Patu­rel s’est tou­jours défen­du d’être raciste. Il affirme sim­ple­ment être franc. « On veut me col­ler des éti­quettes parce que je suis un patriote, répond-il à L’Obs en octobre 2016. Je connais la ban­lieue, j’ai ensei­gné la boxe dans les quar­tiers chauds. Ces expé­riences, mon franc-par­ler, tout ça c’est moi, que ça plaise ou non. » Ou encore après l’attentat de Magnan­ville en juin 2016, sur le pla­teau de LCI où il explique « qu’il faut remon­ter très loin, repar­tir en 1962, avec des gens qu’on a enva­hi, qu’on a soi-disant mar­ty­ri­sé et qu’une fois libé­rés viennent chez nous. » La jour­na­liste lui répond du tac au tac que « tous ne deviennent pas isla­mistes radi­caux » et « qu’il ne faut pas faire d’amalgame ». Il répond alors ceci : « Les musul­mans ne sont pas tous ter­ro­ristes, par contre tous les ter­ro­ristes sont musul­mans ». Outre son déni face à la colo­ni­sa­tion et l’esclavage, ses réponses sont ici bour­rées de pré­ju­gés, direc­te­ment issus de ce bon vieux racisme sys­té­mique ins­tal­lé dans les ins­ti­tu­tions qu’on espère qu’il lais­se­ra de côté lors de son inter­ven­tion à la salle Grelbin.

Selon cet expert en tech­nique d’autodéfense, les vio­lences poli­cières aux Etats-Unis n’ont rien à voir avec celles dénon­cées en France, affirme-t-il en juin 2020 à Sput­nik News. Selon lui, l’interdiction faite aux poli­ciers d’user de la tech­nique d’étranglement par Chris­tophe Cas­ta­ner lui appa­raît incom­pré­hen­sible, rap­porte encore cette agence de presse mul­ti­mé­dia russe. Inter­ro­gé sur les vio­lences poli­cières, comme dans l’affaire Trao­ré où la tech­nique du pla­quage ven­tral a été remise en cause, il estime que c’est le stress, plu­tôt que le racisme, qui serait la cause des bavures : « Sou­vent, le pro­blème qui arrive, c’est par le stress, le poli­cier devient violent par peur. C’est comme ça qu’arrivent les accidents. » 

Un stage réser­vé aux forces de l’ordre 

Quid, encore, d’inviter un ancien du Raid pour for­mer des poli­ciers muni­ci­paux, dans une époque où nous aurions davan­tage besoin de média­tion que de répression ?

Cette jour­née de for­ma­tion est en véri­té à l’initiative de Pas­cal Gilles, le pre­mier adjoint à la sécu­ri­té de la ville de Triel qui dirige en paral­lèle sa propre aca­dé­mie de self défense basée à Achères. Sur son compte Face­book, ce der­nier affirme que « ce stage est réser­vé aux forces de l’ordre enca­drés par mon ami et pro­fes­seur Robert Patu­rel. » Il pré­cise par ailleurs : « La for­ma­tion en elle-même est à des­ti­na­tion des forces de l’ordre pour avoir les outils pour mieux gérer le stress et les conflits liés à la pro­fes­sion. Le soir, par contre, il y a une séance de dédi­cace des ouvrages de Mr Patu­rel. Vous pour­rez venir le ren­con­trer et faire dédi­ca­cer les livres. Mr Robert Patu­rel est aus­si conseiller tech­nique pour le ciné­ma et acteur. » Sur le même réseau social, enfin, la per­son­na­li­té contro­ver­sée de Robert Patu­rel occa­sionne de vifs échanges. Pas­cal Gilles défend à chaque fois « son très bon ami de longue date », dit-il, en ajou­tant qu’il s’agit de « rac­cour­cis faciles et idiots », de « rumeurs déli­vrés par des frus­trés », et qu’il faut « véri­fier les sources ». Or, les sources en ques­tion pro­viennent en l’occurrence de médias dans les­quels l’ex-policier a témoigné. 

Contac­té par mail mar­di 28 sep­tembre puis par télé­phone ven­dre­di 1er octobre, la ville de Triel-sur-Seine n’a pas sou­hai­té à ce jour répondre à nos sol­li­ci­ta­tions. Le ser­vice com­mu­ni­ca­tion a indi­qué qu’un com­mu­ni­qué sera pro­chai­ne­ment publié. Reçu dans l’a­près-midi du 1er octobre, ce com­mu­ni­qué ne nous apprend rien de plus. Il confirme l’or­ga­ni­sa­tion du stage à l’is­sue duquel une séance de dédi­cace aura lieu.

 

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This