Actualités

Le canton d’Aubergenville : il restera, vraisemblablement, à droite de l’échiquier politique

par | 18 juin 2021 | Poli­tique

La rura­li­té et la proxi­mi­té sont des valeurs défen­dues par les can­di­dats de la droite répu­bli­caine comme ceux et celles de l’ex­trême droite. (J2R)

Pour les élec­tions dépar­te­men­tales, le can­ton d’Au­ber­gen­ville compte trois listes : la liste Ensemble pour les Yve­lines (EPY) avec Laurent Richard et Pau­line Wino­cour, la liste du Ras­sem­ble­ment natio­nal (RN) avec Chris­tiane Gadé et Fré­dé­ric Faré et la liste Europe Eco­lo­gie-Les Verts (EELV) avec Léa Denise Dela­croix-Bidart et Rachid Zeroua­li. Le Jour­nal des Deux Rives a inter­ro­gé deux des ces listes situées à droite sur l’é­chi­quier poli­tique. Le can­ton d’Au­ber­gen­ville, qui  s’é­tend sur de nom­breux vil­lages et villes, est un can­ton très rural, com­pre­nant 70 000 habitants.

Liste EPY : « le lien entre le rural et l’urbain »

La liste EPY est menée par Laurent Richard, le maire de Maule, actuel conseiller géné­ral, pré­sident de la Com­mis­sion des finances, des affaires euro­péennes et géné­rales ; il s’est asso­cié à Pau­line Lefèvre, qui est délé­guée à la rura­li­té et pro­fes­seure de fran­çais. Ce binôme s’est consti­tué suite à leur bonne entente des deux can­di­dats, tous deux atta­chés à leur territoire.

Ils déclarent vou­loir se pré­sen­ter, à nou­veau, car ils jugent leur bilan posi­tif, ayant par­ti­ci­pé à la  bonne ges­tion du dépar­te­ment  : il dépense le moins par habi­tant, assu­rant ain­si un auto­fi­nan­ce­ment ; il a inves­ti pour sou­te­nir, entre autres, les com­munes avec 89 mil­lions d’aides. Les can­di­dats estiment que le Conseil dépar­te­men­tal des Yve­lines est utile car il apporte des actions sociales, il s’oc­cupe des routes et il inves­tit pour l’a­ve­nir. C’est une admi­nis­tra­tion de proxi­mi­té pour les com­munes dans les com­pé­tences qui lui sont données.

A la ques­tion de l’aug­men­ta­tion de 66 % de la taxe fon­cière, après les élec­tions de 2015, le binôme répond que cette aug­men­ta­tion était néces­saire pour conti­nuer à sou­te­nir les com­munes. En effet, cette hausse a per­mis d’ac­croître l’in­ves­tis­se­ment au sein du dépar­te­ment car les baisses des dota­tions de l’E­tat, éva­luées à une perte de 190 mil­lions d’eu­ros, auraient signi­fié la perte d’une cer­taine auto­no­mie finan­cière et par consé­quent, le pou­voir de créer un autofinancement.

Le binôme, conscient que le can­ton est majo­ri­tai­re­ment rural, veut être une pas­se­relle entre le rural et l’ur­bain. En effet, M. Richard nous a expli­qué que « le manque d’in­ves­tis­se­ment dans la fibre dans cer­taines com­munes fut un véri­table pro­blème. Nous avons fait un appel de pro­jet et un opé­ra­teur est venu ins­tal­ler la fibre dans ces zones blanches ». D’autres pro­blèmes existent pour ces vil­lages éloi­gnés de tout ; le binôme, qui a fait construire un EPHAD, sou­haite conti­nuer à agir dans le domaine du social et de la san­té. La « poli­tique du vieillir mieux à la mai­son » comme ils l’ont renom­mée les  incite à ouvrir d’autres mai­sons médi­cales,  met­tant en œuvre la télé­mé­de­cine ou dis­po­sant de struc­tures mobiles, par exemple. Ain­si, ils ont sou­te­nu la créa­tion de Yes+, per­met­tant aux jeunes à d’a­voir un job étu­diant l’é­té, en aidant les per­sonnes âgées chez elles. Le binôme veut, aus­si, être un sou­tien aux agri­cul­teurs du can­ton, en conti­nuant les inves­tis­se­ments pour les aider et en créant, par exemple, un cir­cuit court entre les can­tines sco­laires et les agri­cul­teurs de proximité.

Enfin, les can­di­dats se posi­tionnent contre la dévia­tion de la RD191 car, selon eux, 95 % des rive­rains sont contre ce pro­jet, sauf à Nézel. Ils sont conscients que la cir­cu­la­tion entraîne de gros désa­van­tages et que la voi­rie pour­rait être amé­na­gée car c’est une demande de la popu­la­tion. Un autre solu­tion plus simple sur ce « pro­jet com­pli­qué » serait de dévier les poids lourds pour lais­ser un tra­fic de tran­sit et les diri­ger vers la RD30.

 

Liste RN : elle se veut la représentante du seul parti d’opposition à l’opacité de M. Bédier

 La liste du RN est com­po­sée de Fré­dé­ric Far­ré qui est l’an­cien maire de Vil­liers-le-Mahieu (2008−2020), qui a récem­ment adhé­ré au RN car il sou­haite « défendre les idées fran­çaises car [il est] patriote » et de Chris­tianne Gadé, membre éga­le­ment de ce par­ti. Ce binôme s’est for­mé suite à leur ren­contre, les deux can­di­dats incar­nant les idées du RN. Leur vision du conseil dépar­te­men­tal, est que c’est « une gou­ver­nance locale avec plu­sieurs com­pé­tences telles que les enfants, les han­di­ca­pés ou les per­sonnes âgées ». De plus, ce binôme juge que le conseil dépar­te­men­tal « déte­nu » par Pierre Bédier n’a pas assez fait et que l’argent pour­rait être redis­tri­bué dans les trans­ports, la sécu­ri­té autour des col­lèges ou les PMI, mal­gré un tra­vail déjà effec­tué. En effet, le binôme juge la ges­tion du dépar­te­ment comme  « hégé­mo­nique » et sou­haite donc plus de mixi­té au sein du conseil.

Les can­di­dats ont sou­le­vé dif­fé­rentes ques­tions comme le rap­pro­che­ment entre les dépar­te­ments des Yve­lines et des Hauts-de-Seine (78÷92), dont ils ne voient aucun inté­rêt. En outre, ils jugent « inutile la créa­tion d’une mai­son des Yve­lines au Séné­gal  qui ne marche pas et sa valeur de 200 mil­lions d’eu­ros pour­rait ser­vir à d’autres choses au sein du Dépar­te­ment des Yve­lines ».

Inter­ro­gé sur l’aug­men­ta­tion de 66 % de la taxe fon­cière, le binôme a esti­mé que  » le dépar­te­ment ne se porte pas si mal  » mais qu’une meilleure ges­tion finan­cière est pos­sible, » où trop d’argent est uti­li­sé d’une manière dis­pen­dieuse et que l’aug­men­ta­tion de 66 % a été de trop, en plus de pas avoir de regard sur cette aug­men­ta­tion ».

Le binôme sou­haite favo­ri­ser le carac­tère rural du can­ton et déve­lop­per le ter­ri­toire d’une manière har­mo­nieuse. Par exemple, ils vou­draient déve­lop­per les cir­cuits courts entre les agri­cul­teurs et les can­tines sco­laires, ain­si qu’aug­men­ter les mai­sons de san­té, esti­mant que le can­ton en manque. De plus, ils veulent déve­lop­per les trans­ports adap­tés aux han­di­ca­pés et créer davan­tage de crèches.

A pro­pos de la RD191, le binôme a décla­ré que c’est un sec­teur com­pli­qué pour les rou­tiers, esti­mant « qu’il faut les dévier » et que des endroits poten­tiels de dévia­tion existent. Une solu­tion peut être envi­sa­gée, celle de la voie ferrée.

Les can­di­dats ont conclu l’en­tre­tien en sou­li­gnant une cer­taine impuis­sance poli­tique : « le can­ton sera dif­fi­ci­le­ment gagnable » mais ensemble, ils se veulent être la véri­table oppo­si­tion à Pierre Bédier. Ils jugent par ailleurs  » inad­mis­sible qu’un patron de fonc­tion­naires ait un casier judi­ciaire [char­gé] alors que, pour entrer dans la fonc­tion publique au plus bas de l’é­chelle, les fonc­tion­naires doivent avoir un casier vierge « .

Ils ont ajou­té vou­loir  » dépen­ser plus d’eu­ros par Yve­li­nois, arrê­ter les éoliennes et enle­ver l’o­pa­ci­té de la ges­tion au sein du Dépar­te­ment des Yve­lines ». Selon leurs mots,  » leur binôme est le seul par­ti d’op­po­si­tion sans com­pro­mis­sions « .

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This