Actua­li­tés

Nou­velle col­lecte des déchets : la grande pagaille !

par | 19 jan­vier 2021 | Inter­co

Camion de la Socié­té Nico­lin qui enlève les déchets dans le centre-ville de Triel-sur-Seine. 

Depuis le 1er jan­vier 2021, GPS&O a chan­gé son mode de col­lecte des déchets. Cette déci­sion bou­le­verse le quo­ti­dien des habi­tants des 49 com­munes concer­nées par ce chan­ge­ment qui sus­cite de nom­breuses cri­tiques et contestations.

Depuis plu­sieurs jours, il suf­fit de pas­ser la tête à tra­vers sa fenêtre ou , mieux, de sor­tir pour se rendre compte de l’amoncellement des déchets dans nos rues. En cause, le nou­veau calen­drier de ramas­sage des déchets. 

Ce qui a chan­gé le 1er janvier

Les rési­dences pavillon­naires sont les plus impac­tées par ce nou­veau calen­drier. Désor­mais, la col­lecte des embal­lages recy­clables passe à seule­ment une fois toutes les deux semaines. Quant aux ordures ména­gères, les éboueurs les ramas­se­ront une fois par semaine. La col­lecte du verre reste hebdomadaire.

Concer­nant les habi­tats col­lec­tifs, le ramas­sage des ordures ména­gères s’effectue deux fois par semaine.

Les encom­brants des rési­dences indi­vi­duelles de type pavillon­naire seront désor­mais enle­vés trois fois par an au lieu de onze ! Pour les habi­tats col­lec­tifs, la col­lecte à lieu une fois par mois.

Pour­quoi un tel changement ?

La com­mu­nau­té urbaine tente de jus­ti­fier l’ob­jec­tif de cette déci­sion : « mieux maî­tri­ser les dépenses pour évi­ter de les réper­cu­ter sur les impôts des habi­tants ». Le coût de la col­lecte des déchets est donc, pour la Com­mu­nau­té urbaine Grand Paris Seine & Oise, une des prin­ci­pales rai­sons de ce rema­nie­ment. Le bud­get d’environ 50 mil­lions d’euros en fait son pre­mier poste de dépenses.

Ce nou­veau calen­drier de la col­lecte des déchets a, éga­le­ment, pour but d’in­ci­ter les habi­tants à moins jeter et donc à réduire dras­ti­que­ment le volume de leurs ordures. GPS&O met tout de même, gra­tui­te­ment, à la dis­po­ni­bi­li­té des habi­tants qui le sou­haitent un bac plus large afin d’y entre­po­ser une quan­ti­té plus impor­tante de déchets. Vous pou­vez le com­man­der sur le site Inter­net de GPS&O. Tou­te­fois, l’in­ter­com­mu­na­li­té semble ne pas avoir pen­sé aux éboueurs qui risquent d’avoir encore plus de dif­fi­cul­tés pour col­lec­ter les déchets dans des bacs qui seront bien plus lourds.

Ces déci­sions, prises sans véri­table concer­ta­tion et sans avoir réel­le­ment pen­sé aux nom­breux incon­vé­nients et contraintes pour les habi­tants, ne font donc pas l’unanimité, loin de là.

Des chan­ge­ments qui sus­citent de nom­breuses contes­ta­tions chez les élus municipaux

De nom­breux élus ont fait connaître leurs mécon­ten­te­ments, suite à ce cham­bou­le­ment cau­sé par la Com­mu­nau­té urbaine Grand Paris Seine & Oise. 

Laurent Brosse, maire de Conflans-Sainte-Hono­rine, lors d’un Face­book live du 15 jan­vier, a regret­té la mau­vaise mise en marche de ce sys­tème de déchets. Il estime que de nom­breuses pistes d’améliorations sont pos­sibles. Au niveau de la col­lecte des encom­brants, il sou­hai­te­rait réajus­ter le nombre de col­lectes pour les zones pavillon­naires, pour l’instant au nombre de trois par an seule­ment, en sup­pri­mant la col­lecte de l’après-midi pour des ques­tions de cir­cu­la­tion entre autres.

Dans un cour­rier adres­sé au pré­sident de GPS&O, début jan­vier, le nou­veau maire de Triel Cédric Aoun a poin­té les « nom­breux désordres » pré­sents au sein de sa com­mune en lien avec le ramas­sage des déchets. Le maire (SE) note les « nom­breuses dif­fi­cul­tés pour les per­sonnes à mobi­li­té réduite » pour se dépla­cer en rai­son de l’encombrement des trot­toirs de pou­belles, ordures et autres. M. Aoun s’est plaint, éga­le­ment, que les nui­sances visuelles et olfac­tives soient dom­ma­geables pour les habi­tants du centre-ville. Une autre ano­ma­lie a aus­si été men­tion­née par la maire triel­lois : « la perte sèche de ser­vices sans la dimi­nu­tion de la taxe d’enlèvement des ordures ména­gères n’est pas accep­tée par les contri­buables ». Cette taxe sur les ordures ména­gères res­te­rait donc, pour l’instant, la même mal­gré la réduc­tion des ser­vices de col­lecte des ordures ménagères.

Karl Olive, maire de Poissy depuis 2014 et vice-pré­sident de la com­mu­nau­té urbaine, juge cette déci­sion mau­vaise. Il a pro­mis de « tout faire pour ten­ter de faire chan­ger cette déci­sion ».

D’autres élus muni­ci­paux réclament éga­le­ment une amé­lio­ra­tion de ce sys­tème ; c’est le cas du maire de Car­rières-sous-Poissy, Eddie Aït, qui a décla­ré ne pas par­ta­ger les orien­ta­tions de la com­mu­nau­té urbaine, en regret­tant comme plu­sieurs de ses confrères le manque de concer­ta­tion avec les élus et la popu­la­tion. Il en est de même pour Lio­nel Wastl, maire d’Andrésy qui, actif dans ce dos­sier, dit évo­quer ce pro­blème dans chaque com­mis­sion ain­si qu’au sein des conseils com­mu­nau­taires depuis cet été.

Une mobi­li­sa­tion hypo­crite de cer­tains maires ?

« C’est incroyable de voir cer­tains maires pro­tes­ter alors qu’ils sont des membres émi­nents et déci­deurs au sein du bureau exé­cu­tif de GPS&O et que c’est pré­ci­sé­ment le bureau exé­cu­tif qui a pris cette déci­sion stu­pide. J’entends de plus en plus sou­vent que le maire, Laurent Brosse, serait contre ce nou­veau dis­po­si­tif. […] Cette déci­sion stu­pide a été prise en 2019 par le bureau exé­cu­tif de GPS&O dont il est un membre impor­tant en tant que vice-pré­sident. » Un ancien élu de Conflans-Sainte-Hono­rine, Jean-Pierre Lacombe, reproche ain­si la res­pon­sa­bi­li­té de cer­tains maires, notam­ment Karl Olive et Laurent Brosse, dans cette nou­velle ges­tion de la col­lecte des déchets. Il cri­tique les plaintes émises par ces maires alors qu’ils ont été des vice-pré­si­dents de l’intercommunalité ; pour M. Lacombe, ils ont par­ti­ci­pé à la déli­bé­ra­tion de ce nou­veau plan de col­lecte des déchets. Concer­nant le maire de Poissy, l’ancien élu ren­ché­rit : « Le maire de Poissy [Karl Olive] est extra­or­di­naire ! Il était le numé­ro 3 de GPS&O, vice-pré­sident quand la déci­sion a été prise en 2019 par son propre exé­cu­tif. Il a par­ti­ci­pé à la déci­sion et l’a votée !!! ».

Cette réac­tion est par­ta­gée par Lio­nel Wastl : « On atteint quand même des som­mets d’hypocrisie !!! Le maire LR de Poissy était déjà… 2e vice-pré­sident de GPS&O entre 2016 et 2020. Il était donc non seule­ment par­fai­te­ment au cou­rant du nou­veau mar­ché de col­lecte mais en plus il l’a approu­vé, puisqu’il fai­sait par­tie de l’exécutif et du bureau communautaire ! ».

Une déci­sion injuste et insen­sée pour la majo­ri­té des habitants

Les habi­tants se plaignent, eux aus­si, de ce nou­veau sys­tème. Sur les réseaux sociaux, ils sont nom­breux à regret­ter le manque de concer­ta­tion de la com­mu­nau­té urbaine avec les com­munes. Une Triel­loise, sur Face­book, se dit se « sen­tir prise en otage par des per­sonnes qui imposent leurs déci­sions sans concer­ta­tion ». Un autre inter­naute se montre inquiet sur la pos­si­bi­li­té pour cer­taines per­sonnes de ne plus res­pec­ter le tri sélec­tif et de voir les bacs d’ordures ména­gères rem­plis au détri­ment des bacs recyclés.

La dimi­nu­tion du nombre de ramas­sages des encom­brants sus­cite éga­le­ment des réac­tions. Une habi­tante de Triel regrette cette déci­sion qu’elle juge contrai­gnante pour les gens habi­tants en appar­te­ment : « Trois pas­sages pour les encom­brants ? Bah ceux qui pour­ront les gar­der dans leur jar­din pas trop de pro­blèmes, ça fera juste « désordre », mais ceux qui sont en appar­te­ment cela va être pro­blé­ma­tique pour eux pour les entreposer ».

Odi­lon Tio­cass, au sein du groupe « Tu sais que tu viens de Triel sur Seine quand… » accueille, lui, cette nou­velle col­lecte de manière posi­tive et pro­gres­siste : « Je trouve très bien ce nou­veau sys­tème de col­lecte des déchets ! […] Le ramas­sage bimen­suel des embal­lages et du plas­tique va inci­ter à pri­vi­lé­gier le verre ! Très bons choix ! ».

D’autres habi­tants des com­munes concer­nées par cette nou­velle orga­ni­sa­tion se plaignent du non-res­pect des nou­velles dates de pas­sages dans cer­tains quar­tiers. Une André­sienne remon­tée se plaint que les dates des col­lectes ne soient pas res­pec­tées et que les pou­belles res­tent, pour cer­taines, plu­sieurs jours sur le trot­toir sans être vidées : « Pour une réus­site, c’est une réus­site ! les dates ne sont pas res­pec­tées, les pou­belles res­tent sur les trot­toirs, deux, par­fois trois jours !!! ». De nom­breux Pis­cia­cais dénoncent aus­si les pre­mières semaines du nou­veau calen­drier de col­lecte des déchets comme étant ratées avec de nom­breuses rues oubliées lors de ces pre­miers ramassages.

De plus, de nom­breuses per­sonnes par­tagent, sur les réseaux sociaux, notam­ment Face­book, des pho­tos de trot­toirs jon­chés de pou­belles et d’ordures diverses. Ceci contri­bue à une mau­vaise cir­cu­la­tion des pié­tons, obli­gés d’esquiver les pou­belles en les contour­nant, par­fois, en pas­sant sur la route.

Les réac­tions des habi­tants sont nom­breuses. La majo­ri­té regrette le manque de concer­ta­tion dans la prise de cette déci­sion ain­si que les nom­breuses pou­belles débor­dantes de plus en plus visibles dans les rues. Plu­sieurs péti­tions ont été lan­cées, cer­taines deman­dant le réta­blis­se­ment de l’ancien ser­vice de col­lecte des déchets.

La mobi­li­sa­tion qui se fait entendre pour­rait faire réflé­chir GPS&O à des pistes d’améliorations pour une meilleure orga­ni­sa­tion. Selon une décla­ra­tion de l’exé­cu­tif de GPS&O à nos confrères du Cour­rier des Yvelines, rela­tée dans un article du 20 jan­vier, la nou­velle orga­ni­sa­tion de la col­lecte des déchets a été un lou­pé : « On a ren­con­tré un cer­tain nombre de dif­fi­cul­tés ». Seule­ment ? 


Encart :

Com­men­taires de l’UFC Que Choi­sir Val de Seine

Ces nou­velles pro­cé­dures d’enlèvement sont en cours depuis le 1er jan­vier dans deux des 3 zones : Ouest et Est.

Plu­sieurs élus des com­munes concer­nées se plaignent d’un manque de concer­ta­tion. Il faut bien admettre que la popu­la­tion n’a pas été aver­tie et sur­tout pas pré­pa­rée à ce chan­ge­ment. On ne modi­fie pas ses modes d’achats et ses volumes de déchets du jour au len­de­main. C’est donc un choc et un mécon­ten­te­ment notam­ment dans les zones pavillonnaires.

D’ores et déjà, après une semaine de mise en œuvre, on peut consta­ter que de nom­breuses pou­belles débordent, notam­ment celles du tri sélec­tif, et des habi­tants avouent avoir com­men­cé à mettre des recy­clables dans la pou­belle des ordures générales.

Il serait regret­table que cela stoppe l’effort de tri fait par la popu­la­tion des zones pavillon­naires. Dans un pre­mier temps, il faut recom­man­der aux per­sonnes concer­nées de deman­der un bac jaune plus grand. Plus grave, si le bac à O.M. géné­ral est plein aus­si, cela risque de créer des dépôts sau­vages, ce qui serait vrai­ment contreproductif.

- L’arrêt envi­sa­gé de l’enlèvement du verre en porte à porte nous étonne car il va obli­ger les par­ti­cu­liers, à prendre leur véhi­cule et donc brû­ler du car­bu­rant. Même si la dis­tance est faible, cer­tains, dont des per­sonnes âgées, ne pour­ront pas trans­por­ter à pied un bac de verres.

Par ailleurs, les encom­brants ne sont pas tou­jours de gros ou grands objets. Est-ce judi­cieux d’appeler spé­cia­le­ment une benne ? Cela veut-il dire qu’il fau­dra sto­cker plu­sieurs mois ces déchets ?

Tout en recon­nais­sant que les inten­tions der­rière ces chan­ge­ments sont louables, on ne peut que regret­ter une com­mu­ni­ca­tion et une concer­ta­tion insuf­fi­santes pour la pré­pa­ra­tion aux chan­ge­ments de rythme des col­lectes. Espé­rons que dans la pra­tique le per­son­nel char­gé de l’enlèvement aura des consignes pour accep­ter de prendre sacs et tri dépo­sés en plus, sinon un délai sup­plé­men­taire per­met­tant une pré­pa­ra­tion à la réduc­tion des volumes de déchets est à examiner.

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://​fr​.tipeee​.com/​l​e​s​-​2​-​r​i​v​e​s​-​y​v​e​l​i​nes

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This