Actua­li­tés

Cré­dit immo­bi­lier : une bonne résis­tance mal­gré la Covid-19

par | 5 février 2021 | Éco­no­mie, Immo­bi­lier

Le cré­dit immo­bi­lier résiste bien à la crise sani­taire. Mais pour com­bien de temps ? (DR)

Les experts sont opti­mistes ; La pro­duc­tion de cré­dits en hausse de 2,3 % en 2020 : une bonne résis­tance grâce à des effets de rat­tra­page après les deux pre­mières vagues de la Coronavirus. 

La Banque de France vient de publier ses don­nées sur la pro­duc­tion de cré­dits à l’habitat du mois de décembre 2020. Ain­si au glo­bal, et en dépit des deux confi­ne­ments, la pro­duc­tion atteint au total 252 mil­liards d’euros, contre 246,3 mil­liards en 2019, notam­ment grâce à la hausse des rené­go­cia­tions de prêt, mais pas seule­ment… Mal­gré une année chao­tique, la pro­duc­tion de cré­dits liée à des tran­sac­tions est stable, grâce à un effet de rat­tra­page après le pre­mier confi­ne­ment notamment.

Une pro­duc­tion de cré­dits sou­te­nue en 2020, grâce aux rené­go­cia­tions, mais pas seulement…

En 2020, mal­gré une année mar­quée par la crise sani­taire, deux confi­ne­ments, et un dur­cis­se­ment des condi­tions d’octroi de cré­dit suite aux recom­man­da­tions du HCSF, la pro­duc­tion de cré­dits res­sort en légère hausse, de 2,3 % par rap­port à 2019, à 252 mil­liards contre 246,3 mil­liards ! Cela est lié notam­ment à la hausse de près de 12 % des rené­go­cia­tions de crédits.

Au 1er semestre et notam­ment pen­dant le confi­ne­ment, le mou­ve­ment des rené­go­cia­tions de prêt est repar­ti en forte hausse. D’après les chiffres de la Banque de France les rené­go­cia­tions de prêts ont même repré­sen­té 47 % des nou­veaux cré­dits (9,6 mil­liards d’euros) en avril, contre 14 % en décembre pour un mon­tant de 3 mil­liards d’euros. Une acti­vi­té sou­te­nue consta­tée aus­si par Vous­fi­nan­cer dans son réseau d’agences. Au 1er semestre, à fin juin, les rené­go­cia­tions de cré­dit ont aug­men­té de 53 % par rap­port à la même période en 2019 et leur part dans la pro­duc­tion de cré­dit a dou­blé ! Elles repré­sen­taient 15 % de la pro­duc­tion de cré­dit au 1er semestre 2020, contre 7 % au S1 2019.

Au final en moyenne, cette année 23,7 % des cré­dits nou­veaux étaient des rené­go­cia­tions ou rachats de prêt selon la Banque de France.

« Le mou­ve­ment de rené­go­cia­tions de cré­dit a for­te­ment repris cette année pour plu­sieurs rai­sons. Beau­coup de demandes qui avaient été dépo­sées en fin d’année 2019, à un moment où les taux étaient à nou­veau très bas, n’ont été trai­tées qu’en 2020, en rai­son de la prio­ri­té don­née aux dos­siers d’acquisitions. Par ailleurs, ceux qui sou­hai­taient rené­go­cier leur cré­dit mais ne l’avaient pas encore fait, ont pris le temps d’effectuer les démarches pen­dant le confi­ne­ment, et n’étant pas tri­bu­taires d’une signa­ture notaire, ces dos­siers ont pu abou­tir rapi­de­ment au prin­temps. Avec les récentes baisses de taux, le mou­ve­ment devrait se pour­suivre en 2021 car il y a encore de belles oppor­tu­ni­tés de rené­go­cier son cré­dit pour tous ceux qui rem­boursent un cré­dit à plus de 2,5 % » explique San­drine Allo­nier, porte-parole de Vousfinancer.

Mais une bonne résis­tance aus­si de la pro­duc­tion de cré­dit car à un effet de rat­tra­page post confinement

Hors rené­go­cia­tions de cré­dit, la pro­duc­tion 2020 est équi­va­lente à celle de 2019, alors même que l’année a été mar­quée par deux confi­ne­ments, une crise sani­taire et des condi­tions d’octroi plus strictes en lien avec les recom­man­da­tions du Haut conseil de sta­bi­li­té finan­cière. La pro­duc­tion liée à des tran­sac­tions atteint ain­si 192,4 mil­liards d’euros, contre 193 en 2019, grâce à un effet de rat­tra­page post-confi­ne­ment.

 

« Durant le 1er confi­ne­ment, qui a sur­pris tout le monde, peu de banques accor­daient des cré­dits notam­ment en rai­son du manque de per­son­nel de la dif­fi­cul­té de le faire à dis­tance. De toute façon, le mar­ché immo­bi­lier était à l’arrêt et la pro­duc­tion est ain­si tom­bée à 10,7 mil­liards d’euros en avril, l’un de ses plus bas niveaux, puis est res­tée aux alen­tours de 13 mil­liards jusqu’en juillet, avant de rebon­dir à plus de 20 mil­liards d’euros en octobre, un record ! Durant le second confi­ne­ment, la pro­duc­tion a pu se main­te­nir… D’un point de vue macroé­co­no­mique, mar­ché immo­bi­lier a fina­le­ment été très rési­lient en 2020 » ana­lyse Julie Bachet, direc­trice géné­rale de Vousfinancer.

Quelle pré­vi­sion pour la pro­duc­tion de cré­dits 2021 ?

S’il est trop tôt pour faire des pré­vi­sions à moyen ou long terme, la pro­duc­tion de cré­dits devrait se main­te­nir en 2021 : « Les banques ont la volon­té de prê­ter pour cap­ter de nou­veaux clients via le cré­dit immo­bi­lier qui reste leur prin­ci­pal vec­teur de conquête. Par ailleurs elles ont des objec­tifs de pro­duc­tion de cré­dit pour 2021 équi­va­lents à ceux de 2020, donc ambi­tieux… Enfin, les taux qui devraient res­ter bas, devraient conti­nuer à boos­ter la demande dans un contexte en outre de légère détente des condi­tions d’octroi de cré­dits. La grande incon­nue est donc l’évolution de la situa­tion éco­no­mique et de l’emploi et son impact sur le mar­ché, mais le fait que l’immobilier soit une valeur refuge devrait contri­buer au dyna­misme du mar­ché immo­bi­lier cette année » conclut Julie Bachet.

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://​fr​.tipeee​.com/​l​e​s​-​2​-​r​i​v​e​s​-​y​v​e​l​i​nes

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This