Actualités

Les Mureaux et son 11 Novembre

par | 11 novem­bre 2020 | His­toire, Les Mureaux

Céré­monie du 11 novem­bre 2020 aux Mureaux. (Pho­to EK) 

Le mer­cre­di 11 novem­bre 2020, une com­mé­mora­tion de l’armistice du 11 novem­bre 1918 s’est déroulée devant le mon­u­ment aux morts de la ville des Mureaux dans le Parc Jean-Vauzelle à 11 h ? En rai­son des mesures san­i­taires, celle-ci fut dif­férente afin de respecter les gestes bar­rières comme le maire le pré­cisa dans son dis­cours. L’accueil du pub­lic fut restreint en rai­son du con­texte san­i­taire et le défilé tra­di­tion­nel, qui ouvre habituelle­ment cette com­mé­mora­tion, ne s’est pas fait.

Le 11 novembre 

Savez-vous ce que représente la com­mé­mora­tion du 11 novem­bre en France ? Il est clair que beau­coup de jeunes ou moins  jeunes, ne le savent plus aujourd’hui. Cette date est celle de l’armistice signé le 11 novem­bre 1918. L’armistice est la sus­pen­sion totale ou par­tielle des hos­til­ités entre deux armées, en par­ti­c­uli­er pour per­me­t­tre au pays, qui en fait la demande, d’étudier les con­di­tions de fin de guerre de l’adversaire. Pour les Français aujourd’hui, cela cor­re­spond à la sig­na­ture des Alliés et de l’Allemagne pour sig­ni­fi­er la fin de la guerre. C’est le jour où toutes les cloches et clairons son­nent en cœur pour annon­cer cette bonne nou­velle à la France. L’Histoire retien­dra à jamais que la Pre­mière Guerre mon­di­ale s’est déroulée de 1914 à 1918 bien que  son arrêt offi­ciel n’ait été signé que le 28 juin 1919 par le Traité de Ver­sailles.

Pourquoi est-il inscrit partout que la guerre s’est finie en 1918 ? Elle s’est alors arrêtée mais il a fal­lu, ensuite, libér­er les pris­on­niers, rap­a­tri­er les corps des défunts des deux côtés, même si on s’est aperçu que les enter­rer sur place coûterait moins cher. Admin­is­tra­tive­ment, la fin de la guerre fut signée en 1919 et ce traité a été pro­mul­gué, comme une loi, le 10 jan­vi­er 1920.

Hommages aux soldats morts pour la France

Photo et légende de Wikipedia

En 1920 appa­raît l’idée de ren­dre un hom­mage aux sol­dats de la Grande Guerre morts pour la France mais non iden­ti­fiés. Il a été décidé de pren­dre le corps d’un sol­dat non iden­ti­fié par­mi tant d’autres pour l’enterrer sous l’Arc de Tri­om­phe à Paris. Cet homme représente tous les défunts non iden­ti­fiés de cette guerre. Ce n’est que le 24 octo­bre 1922 qu’une loi est pro­mul­guée pour ren­dre hom­mage aux sol­dats qui ont com­bat­tu lors de la Grande Guerre. Les prési­dents de la cinquième République, depuis François Mit­ter­rand en 1981, ont fait vot­er plusieurs lois en lien avec cette commémoration.

Actuelle­ment, les Français hon­orent les sol­dats de la Grande Guerre et les sol­dats tombés pour la France jusqu’à nos jours. Ces journées du sou­venir se fai­saient en 1920 au pied des mon­u­ments aux morts érigés en sou­venir aux défunts de la guerre fran­co-alle­mande de 1870, puis des mon­u­ments aux morts des guer­res mon­di­ales ont été érigés.  L’Allemagne, ne pou­vant com­mé­mor­er ce jour de défaite, a mis en place en 1926 un « Jour nation­al de deuil » pour les sol­dats alle­mands morts à la guerre. Celui-ci, fixé le deux­ième dimanche avant le pre­mier dimanche de l’Avent (début décem­bre), a donc lieu à la mi-novem­bre mais sans date précise.

Ce jour-là, les élus, les anciens com­bat­tants et les asso­ci­a­tions représen­tant les anciens com­bat­tants se réu­nis­sent pour défil­er sur la place de la mairie « en grande fan­fare », d’après la loi de 1920. La pro­ces­sion part en direc­tion du mon­u­ment aux morts de la ville. Lorsqu’elle est devant, une minute de silence est imposée, puis vien­nent les dis­cours et le dépot d’une gerbe ou d’une couronne de fleurs tri­col­ores, en remer­ciement et en sou­venir des hommes et des femmes tombés pour la France. Cha­cun est le bien­venu (en dehors de la crise san­i­taire). C’est un geste patri­o­tique et d’unité.

C’est ce qui s’est passé le mer­cre­di 11 novem­bre 2020 à 11 h devant le mon­u­ment aux morts situé dans le Parc Jean-Vauzelle des Mureaux, en présence du maire, François Garay, des élus du con­seil munic­i­pal, du sous-préfet, des autorités mil­i­taires et autres, de mem­bres des con­seils munic­i­paux des enfants et des jeunes ain­si que d’an­ciens com­bat­tants. En cette occa­sion, une déco­ra­tion fut remise par le maire à Daniel Coudraie.

Ce 11 novem­bre 2020 est aus­si mar­qué en France par l’entrée au Pan­théon de l’écrivain Mau­rice Genevoix, grand témoin de cette guerre qu’il exposa dans son œuvre en 5 vol­umes : Ceux de 14.

« Mer­ci aux hommes et aux femmes tombés pour notre pays ! »

Par Elis­a­beth Kohl

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020

Share This