Actua­li­tés

Comé­die poli­tique

par | 8 juillet 2020 | Poli­tique, Tri­bunes

Illus­tra­tion du conte Le Petit Pou­cet par Gus­tave Doré (DR)

Levée de bou­cliers à l’annonce de la nomi­na­tion d’Éric Dupond-Moret­ti comme ministre de la jus­tice. D’abord, une salve d’attaques de fémi­nistes 2.0 de tous poils, trop ravies que le pré­sident leur offre une telle cible dont l’allure rap­pelle l’ogre des contes de Per­rault. Sa fran­chise, ses pas­sions cyné­gé­tiques, la défense des Bal­ka­ny … Les nou­velles dames patron­nesses vont s’en don­ner à cœur joie jusqu’à plus soif et pour­ront alter­ner leurs attaques vers le nou­veau ministre de l’intérieur qui n’a rien non plus de sym­pa­thique. A‑t-on d’ailleurs déjà vu un ministre de l’intérieur sym­pa­thique ? L’occupant de la place Beau­vau a tou­jours été, à tort ou à rai­son, la tête de turc des gaze­tiers pari­siens. Le nou­vel occu­pant endosse le rôle à mer­veille ! Per­sonne n’est dupe !

Trop finaud, le pré­sident Macron a fait ce choix à des­sein. Il doit bien rire dans son fort inté­rieur de l’effet pro­duit ; Il ne trompe pas ceux qui acceptent avec gour­man­dise de lui don­ner la réplique. Déli­bé­ré­ment, il choi­sit de sur­prendre, d’envoyer des leurres pour dis­traire les adver­saires mani­pu­lables ; il cherche ain­si à s’attirer le camp très impor­tant des ras-le-bolistes. Au fond, nous croyons que les Fran­çais détestent les don­neurs de leçons et autres curés qui hantent le Paris média­tique ; ceux-ci four­nissent de bons clients aux chaînes qui orga­nisent des contro­verses bien épi­cées pour appâ­ter le public et, comme suite natu­relle, les publi­ci­taires !

Share This