Actua­li­tés

Les com­man­di­taires et le construc­teur de la Mai­son de fer de Pois­sy (pre­mière par­tie)

L’inauguration, le same­di 19 sep­tembre 2020, de la Mai­son de fer de Pois­sy, recons­truite dans le Parc Meis­so­nier, a mar­qué la renais­sance de cet impor­tant élé­ment du patri­moine local. Elle a été l’aboutissement d’un remar­quable pro­jet de sau­ve­tage d’un ori­gi­nal bâti­ment en ruines, construit en 1896.

lire plus

L’a­près-Covid-19 : des solu­tions de loge­ment inno­vantes pour les jeunes aisés

par | 21 juillet 2020 | Immo­bi­lier

Loge­ment post-confi­ne­ment : les jeunes actifs sont plus que jamais à la recherche de vie en com­mu­nau­té et de mobi­li­té. (DR)

Les études sont for­melles : 71 % des 18 – 34 ans aime­raient être plus mobiles si les démarches étaient plus faciles. Près de 55 % d’entre eux sont inté­res­sés par une offre de cowor­king dans leur immeuble pour tra­vailler dans de bonnes condi­tions. 58 % des 18 – 34 ans pensent qu’il est impor­tant de par­ta­ger des valeurs com­munes avec son voi­si­nage.

La majo­ri­té des Fran­çais viennent de pas­ser plus de deux mois confi­nés, contraints à res­ter enfer­més chez eux et à tra­vailler à dis­tance. Cette période sans pré­cé­dent a, sans nul doute, eu un impact sur leur mode de vie. A tra­vers une étude, The Babel Com­mu­ni­ty, acteur fran­çais pro­po­sant des rési­dences de coli­ving et l’ins­ti­tut de recherche You­Gov se sont par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sés aux nou­velles attentes des 18 – 34 ans à pro­pos de leur mode de vie, plus pré­ci­sé­ment de leur manière de se loger. Trois grandes ten­dances en res­sortent : mobi­li­té, flexi­bi­li­té et com­mu­nau­té. 
 
Des envies nomades
 
L’é­mer­gence des métiers du numé­rique et la démo­cra­ti­sa­tion du télé­tra­vail pen­dant le confi­ne­ment ont bous­cu­lé les jeunes actifs qui rêvent désor­mais de plus de mobi­li­té. En effet, l’é­tude menée par The Babel Com­mu­ni­ty et You­Gov auprès des 18 – 34 ans révèle que plus de 70 % d’entre eux aime­raient chan­ger de ville et donc de de lieu d’ha­bi­ta­tion si les démarches pour se loger étaient plus simples. Cette ten­dance est accen­tuée dans les zones urbaines, puisque 75 % des inter­ro­gés vivant dans une ville moyenne ou grande attestent de cette envie.
 
Par ailleurs, ils sont près de 40 % à recon­naître avoir déjà refu­sé une oppor­tu­ni­té (per­son­nelle, sco­laire ou pro­fes­sion­nelle) dans une autre ville à cause des dif­fi­cul­tés liées au démé­na­ge­ment, à l’ac­ces­si­bi­li­té du loge­ment et aux contraintes que cela implique.
 
Des ser­vices pour télé-tra­vailler dans de bonnes condi­tions
 
Qui dit mobi­li­té, dit aus­si flexi­bi­li­té. Depuis plu­sieurs années, des rési­dences offrant des ser­vices sur-mesure à leurs habi­tants se déve­loppent dans les villes fran­çaises. Des ser­vices de chambre, à la salle de gym en pas­sant par la res­tau­ra­tion, de mul­tiples pres­ta­tions sont pro­po­sées aux rési­dents. Les résul­tats de l’é­tude montrent que 42 % des 18 – 34 ans vivant en zone urbaine ont déjà envi­sa­gé de vivre dans ce type de rési­dence.
 
Par­mi les ser­vices pro­po­sés, les espaces de cowor­king sont d’ailleurs lar­ge­ment sol­li­ci­tés par 55 % des inter­ro­gés. En effet, alors que les Fran­çais ont dû impro­vi­ser en quelques jours un bureau à domi­cile, avoir accès à un espace de cowor­king dans leur immeuble serait un réel plus pour tra­vailler dans de bonnes condi­tions.
 
Par­ta­ger des valeurs com­munes avec ses voi­sins
 
Main­te­nir un lien social pen­dant le confi­ne­ment n’é­tait pas tou­jours facile et, bien sou­vent, les seules inter­ac­tions se fai­saient avec les voi­sins. Il n’est donc pas éton­nant de décou­vrir dans cette étude que 58 % des 18 – 34 ans estiment qu’il est très impor­tant de par­ta­ger des valeurs com­munes avec son voi­si­nage. Ce résul­tat est par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué chez les jeunes actifs qui sont 63 % à affir­mer que vivre au sein d’une com­mu­nau­té par­ta­geant les mêmes valeurs est impor­tant.
 
Cette ten­dance fait écho à la recherche d’une mobi­li­té sim­pli­fiée par les jeunes actifs. En effet, plus mobiles, ils recherchent à s’in­té­grer et à créer du lien rapi­de­ment lors d’une ins­tal­la­tion dans une nou­velle ville.
 
Métho­do­lo­gie – The Babel Com­mu­ni­ty, avec l’ins­ti­tut de recherche You­gov, a mené une étude auprès d’un panel de 1015 per­sonnes âgées entre 18 et 34 ans entre le 2 et le 6 juillet 2020.
 
A pro­pos de The Babel Com­mu­ni­ty
 
The Bebel Com­mu­ni­ty, pion­nier du coli­ving en France, déve­loppe depuis 2017 des rési­dences hybrides de 4000 à 15 000m² au cœur des villes : des lieux de vie com­po­sés de loge­ments plug & play en coli­ving et d’es­paces de tra­vail flexibles en cowor­king autour des­quels se déploient des espaces mutua­li­sés (res­tau­rant, salle de fit­ness, ciné club…), le tout asso­cié à un éco­sys­tème de ser­vices et de loi­sirs pour faci­li­ter la vie et favo­ri­ser les ren­contres.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This