Actualités

Chroniques de Rodrigo : la démocratie est-elle malade ?

par | 24 juin 2022 | His­toire, Poli­tique

Les événe­ments récents à Orgeval ou à Triel n’ont rien à voir avec cette réflex­ion qui se base sur la durée. (DR)

Qu’est-ce la démoc­ra­tie ? “Le pou­voir du peu­ple, pour et par le peu­ple”, pou­vons-nous rapi­de­ment répli­quer. Ce sys­tème ne souf­fre-t-il pas de mal­adies chroniques ? Voici une réflex­ion sur l’é­tat de notre démoc­ra­tie locale et nationale.

Sou­vent, la démoc­ra­tie est définie comme l’avait fait jadis Abra­ham Lin­coln, prési­dent améri­cain pen­dant la guerre civile améri­caine :  “le sys­tème de gou­verne­ment du peu­ple, par le peu­ple et pour le peu­ple”. Ce  terme est issu du mot grec ancien dēmokra­tia, for­mé de deux élé­ments : dēmos (peu­ple) et kratos (pou­voir).

Cepen­dant, on con­state que la démoc­ra­tie est con­fron­tée à des “mal­adies chroniques” comme l’avait souligné, en 2017, Frédéric Worms(1). Pour M. Worms, per­siste une vio­lence intérieure aux rela­tions humaines, un sys­tème binaire de raison­nement (oui/non), une régres­sion dans les rela­tions humaines. Ces com­porte­ments sont accen­tués par les ébran­le­ments de l’époque : les excès d’In­ter­net et des réseaux soci­aux, la xéno­pho­bie, l’in­tolérance vis-à-vis des adver­saires (que l’on assim­i­le à des enne­mis à bat­tre, par­fois physique­ment !) et le cynisme pour accéder au pou­voir (ou le garder).

Lors de l’ac­ces­sion au pou­voir de Don­ald Trump, des soci­o­logues et des poli­to­logues ont exam­iné les raisons prin­ci­pales de ce vote inédit dans une Amérique “idéal­isée” comme le pina­cle de la démoc­ra­tie. Dans Revolt, un livre qui retrace les inten­tions puis les votes dans les états piv­ots (Swing States) comme l’O­hio et la Penn­syl­vanie,  l’au­teur avait observé ces maux con­cep­tu­al­isés par M. Worms. Pire, il ressort de Revolt qu’aux Etats-Unis d’Amérique, il ne restait qu’In­ter­net et les réseaux soci­aux, avec leurs défauts, pour débat­tre et échang­er sur la chose publique et l’in­térêt d’élire tel ou tel can­di­dat. Pas d’ago­ra, pas de forum, pas de jour­naux locaux. Tout a disparu !

En out­re, s’a­joute à cette sit­u­a­tion de crise le manque de mod­éra­tion et de sérénité. Il ne faut pas entr­er dans le piège des out­rances car il nous con­duirait à un point de non-retour. C’est du quitte ou dou­ble ! Or, la vie est et doit rester com­plexe. “La sérénité que l’on accorde aux mys­tiques”(2) peut per­me­t­tre aux élus d’un con­seil munic­i­pal ou d’un régime par­lemen­taire ou prési­den­tiel, de s’at­tribuer une force naturelle. Celle-ci peut faire dépass­er les obsta­cles de cette sit­u­a­tion de crise à l’échelle locale ou nationale.

Enfin, dans l’un des derniers ouvrages de Mar­cel Deti­enne(3), “le fait démoc­ra­tique” est uni­versel car, dans le temps et dans l’e­space, ce moment per­met aux “peu­ples” de décider leurs des­tins com­muns. Ain­si, en prenant le cas de la Révo­lu­tion française, dans le cas d’une tribu africaine (les Ocho­los) et celui des Cosaques des steppes de Russie, le chef (ou cheffe si vous voulez) évoque des enjeux et la déci­sion à pren­dre dans un par­fait “cer­cle démoc­ra­tique”, puis il fait une pause. A ce moment, un des mem­bres de ce cer­cle peut et doit pren­dre la parole pour l’ap­puy­er, le cri­ti­quer, voire le con­tredire… C’est ensuite que les mem­bres du cer­cle acqui­es­cent ou non, comme dans une entité délibéra­tive mod­erne et “démoc­ra­tique”.

Reprenons nos esprits et tâchons de revenir aux fon­da­men­taux de la démoc­ra­tie, quelle que soit l’échelle, locale ou nationale. Suis-je naïf ? Peut-être, mais notre démoc­ra­tie mérite davan­tage que ce que nous con­sta­tons dans cette année de crise.

 

Notes

1.  Les mal­adies chroniques de la démoc­ra­tie, Frédéric Worms, 2017, Desclée de Brouw­er, 249 pages

2. idem, page 111

3. Com­par­er l’incomparable, Mar­cel Deti­enne, Paris, Éd. Le Seuil, coll. Points, 2009, 188 p.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020