Actualités

Archives J2R : Vernouillet s’oppose au Pont d’Achères

par | 30 jan­vi­er 2012 | Envi­ron­nement, Vernouil­let

Jan­vi­er 2012 : enquête publique pont d’Achères/RD30-RD190. (DR)

Marie-Hélène Lopez-Jol­livet, maire PS de Vernouil­let, s’op­pose offi­cielle­ment  au pro­jet routi­er reliant Achères et Triel. “Du fait de la A104 inachevée, les flux de cir­cu­la­tion déboucheront imman­quable­ment sur la RD 154”, à Vernouil­let, explique l’édile..

Mme Lopez-Jol­livet ne demande pas pour autant le pro­longe­ment de la A104, con­traire­ment à son homo­logue d’An­drésy, Hugues Rib­ault (UMP). La ville prend une posi­tion rad­i­cale au sein de la CA2RS qui peut bra­quer cer­taines com­munes a pri­ori pas défa­vor­ables, notam­ment Verneuil. Enfin, la maire de Vernouil­let déplore ne pas avoir fait par­tie de l’en­quête publique, mal­gré sa demande.

Ce pro­jet 2x2 voies entre Achères, Andrésy, Car­rières et Triel porté par le départe­ment ne fait décidé­ment pas l’u­na­nim­ité, tant chez les habi­tants — forte­ment mobil­isés dans le mou­ve­ment asso­ci­atif — que chez les élus.

Depuis le début, cette con­nex­ion RD30 / RD 190 pâtit de deux défauts majeurs. D’une part, elle impose un pont routi­er dans une zone urban­isée (île de la Déri­va­tion à Car­rières et quarti­er Denou­val d’An­drésy) et au-dessus des berges de Seine, lieu de vil­lé­gia­ture et de prom­e­nade prisé des Car­riérois et des Andrésiens. D’autre part, le pro­jet départe­men­tal sur­plombe le pro­jet A104, cen­sé pass­er au même endroit, mais en sous-flu­vial. Car­i­ca­ture de ce que peut don­ner le mille­feuille admin­is­tratif bureau­cra­tique français :  le départe­ment et l’E­tat ont avancé dans leur pro­jet routi­er respec­tif sans jamais se con­cert­er. Et ce, mal­gré la présence de deux con­seillers généraux de la majorité, con­cernés par notre ter­ri­toire, à savoir MM. Rib­ault (maire d’An­drésy) et Tautou (Verneuil) — voir, pour démon­stra­tion, notre arti­cle : “Rib­ault réalise le pro­longe­ment inté­gral de la A104”).

 

Vernouil­let regrette son absence dans l’en­quête publique… con­traire­ment à Andrésy:

MHLJ a écrit aus­si au départe­ment pour rap­pel­er qu’elle avait demandé à ce que Vernouil­let “soit asso­ciée au périmètre d’en­quête publique dans la mesure où ce dossier con­cerne très directe­ment les Ver­no­li­tains”. La maire regrette que ses habi­tants “n’aient pas été consultés”.

Au sein de la nou­velle CA2RS, les avis des maires décidé­ment diver­gent sur ce point. En effet, les asso­ci­a­tions ont aus­si pointé l’ab­sence d’An­drésy à l’en­quête publique. Mais, selon son maire, Hugues Rib­ault, “la nou­velle liai­son RD30 / Rd190 avec créa­tion d’un pont sur la Seine ne touche pas le ter­ri­toire de notre commune”.

Sans A104, ou avec une A104 qui s’ar­rêterait à Achères, le pont départe­men­tal deviendrait un déver­soir pour les 120 000 véhicules et camions par jour atten­dus. Le Con­seil général des Yve­lines avait par­ié sur l’ab­sence de la A104 (dont le tracé a pour­tant été retenu) pour que sa con­nex­ion soit accep­tée les bras ouverts par les élus. C’est le con­traire qui est en train de se pass­er. Eddie Aït, maire de Car­rières, qui aura pour­tant besoin de cette con­nex­ion pour absorber l’ac­croisse­ment démo­graphique prévu par ses nom­breux pro­jets immo­biliers issus de la Cen­tral­ité est offi­cielle­ment con­tre le tracé actuel de la con­nex­ion. Même Hugues Rib­ault, ancien con­seiller général des Yve­lines, qui n’a jamais voté con­tre une délibéra­tion sur ce pro­jet routi­er, n’y est plus favor­able ! Et voilà main­tenant la maire de Vernouil­let qui entre dans le débat.

Impacter grave­ment notre quotidien”

Marie-Hélène Lopez Jol­livet (MHLJ) reprend les argu­ments des asso­ci­a­tions : ce pro­jet routi­er “risque d’im­pacter grave­ment notre quo­ti­di­en”, surtout “avec les impré­ci­sions non éclair­cies sur le rac­corde­ment de la A104 et la A13”. Le pont d’Achères et la con­nex­ion jusqu’au pont de Triel entraîneront des “flux de cir­cu­la­tion qui déboucheront imman­quable­ment sur la RD 154”.

Rd 154 : un pavé dans la mare

La maire de Vernouil­let craint même que “l’on soit con­traint de procéder à un élar­gisse­ment de la RD 154”. MHLJ, fine politi­ci­enne, en prof­ite pour ouvrir un nou­veau front, cette fois-ci à des­ti­na­tion de Philippe Tautou, son col­lègue de Verneuil: “l’im­pact n’est par ailleurs pas mesuré mais bien garan­ti sur le pro­jet de voie de con­tourne­ment Verneuil/Vernouillet qui devrait bien­tôt con­naître une avancée significative”.

De 2002 à 2011, une série de délibéra­tions ont été votées par le con­seil général des Yve­lines pour con­cré­tis­er ce pro­jet routi­er, mais sans prise en compte d’un con­texte local en muta­tion : “de nom­breuses villes du ter­ri­toire ont sus­cité des pro­grammes de développe­ment économique qui vont génér­er des flux qui ne sont pas pris en compte. Aus­si, je main­tiens que la con­cer­ta­tion aurait dû être élargie et renou­velée avant l’en­quête publique et que les con­clu­sions aux­quelles vous parvien­drez (…) ne pour­ront porter sur l’ensem­ble des con­séquences de ce pro­jet”, con­clue ‑t-elle en direc­tion de l’en­quê­teur public.

Vernouil­let dans la CA2RS

La maire de Vernouil­let, dernière venue dans l’in­ter­co, con­firme son indépen­dance d’e­sprit qui devrait don­ner du souci à la majorité UMP de la CA2RS. Dans son analyse, on peut con­stater, l’ab­sence de toute référence à la CA2RS. Son posi­tion­nement con­tre démon­tre enfin que cette con­nex­ion départe­men­tale ne bloque pas seule­ment au niveau du pont entre Achères et Andrésy. C’est aus­si de l’autre côté, vers Triel et Vernouil­let que le pro­jet routi­er ne passe pas.

On attend avec impa­tience un posi­tion­nement clair tant du maire de Verneuil que du maire de Triel, Joël Man­cel,  et — pourquoi pas ? — de  Pierre Car­do, prési­dent de la CA2RS.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020