Actua­li­tés

Archives J2R : Trans­ports : Ribault contre le pont d’Achères !

par | 14 juillet 2009 | Achères, André­sy, Car­rières-sous-Poissy, Envi­ron­ne­ment

Le pont d’A­chères est un de point d’a­cho­pe­ment entre les habi­tants et le Conseil dépar­te­men­tal. (DR)

Au der­nier jour de la concer­ta­tion publique orga­ni­sée par le Conseil géné­ral des Yvelines sur le pro­jet de connexion RD30/​RD190 (Achères à Triel), la majo­ri­té muni­ci­pale UMP d’Andrésy a sur­pris son monde en se décla­rant contre le pont Achères/​Carrières/​Andrésy, tout en ne contes­tant pas l’utilité de la connexion rou­tière. Après un pre­mier revi­re­ment à Achères, un véri­table coup de ton­nerre se déroule à André­sy. Un pre­mier bilan dans les com­munes concer­nées s’impose.

Pour une sur­prise, c’est une sur­prise : jamais le maire d’Andrésy n’avait émis la moindre réserve sur la connexion dépar­te­men­tale au-des­sus de la Seine, au niveau de l’île de la Déri­va­tion. Ce pont dépar­te­men­tal devait se faire pour « désen­cla­ver la boucle », pour « allé­ger la cir­cu­la­tion sur nos voies secon­daires et le pont de Poissy », a t‑il écrit et répé­té à ses concitoyens.

Quand Ribault-maire s’oppose à Ribault-conseiller général :

Le cumul des man­dats aurait-il per­tur­bé l’esprit de H. Ribault ? Alors que le Conseiller géné­ral a déci­dé et voté le pont d’Achères il y a à peine six mois, le maire s’y oppose ! Situa­tion des plus ubuesques…

On peut aus­si s’étonner qu’un conseiller géné­ral qui fait par­tie de l’exécutif dépar­te­men­tal puisse don­ner son avis sur un pro­jet du… dépar­te­ment lors de la concer­ta­tion des­ti­née aux popu­la­tions. C’est être juge et partie.

Enfin, il s’agit offi­ciel­le­ment de la « contri­bu­tion du groupe majo­ri­taire muni­ci­pal d’Andrésy ». Mais, à la moi­tié de cette contri­bu­tion écrite, la pre­mière per­sonne du sin­gu­lier est uti­li­sée et la contri­bu­tion devient celle de Ribault-maire…

Un revi­re­ment qui s’explique par les diver­gences au sein de sa majo­ri­té municipale

Lors des réunions de quar­tier de juin, M. Ribault avait ten­té de convaincre les André­siens de l’intérêt éco­no­mique des deux pro­jets rou­tiers : pont d’Achères et tra­cé vert de la A 104. Si le maire pré­fère le tra­cé blanc (« le tra­cé pré­sen­té par André­sy ») sur la rive gauche, il consi­dé­rait que les deux pro­jets étaient « com­plé­men­taires ». Depuis que M. Ribault a été élu maire en 2001, jamais il ne s’était oppo­sé au pro­jet du pont d’Achères. Encore mieux : le conseiller géné­ral Ribault avait, en jan­vier der­nier, voté le finan­ce­ment du pro­jet (voir encadré).

Mais quelle mouche a piqué M. Ribault pour chan­ger d’avis le der­nier jour de la concer­ta­tion publique et alors qu’il expli­quait, il y a encore huit jours, à ses habi­tants du bien-fon­dé de ce pont « qu’on ne ver­rait pas car il pas­se­rait bas » ?

« Les débats étaient hou­leux au sein de notre majo­ri­té : tout le monde n’était pas convain­cu par une liai­son aérienne, sur­tout avec la A104 pas­sant au même endroit ! », nous avoue l’un des maires-adjoints de la ville. Hugues Ribault a du bou­ger parce que chez cer­tains de ses élus, habi­tant à proxi­mi­té du pro­jet rou­tier, le réflexe NIMBY (« not in my back yard ») a été plus fort que le prin­cipe d’allégeance au chef vénéré.

Cette route est bonne pour « un déve­lop­pe­ment écologique… »

L’analyse de la contri­bu­tion écrite par Hugues Ribault sur le registre est élo­quente. C’est en des termes choi­sis avec grande pru­dence que Hugues Ribault jus­ti­fie la posi­tion de sa majo­ri­té muni­ci­pale UMP/​NC « Ensemble pour André­sy ».

Bilan de la concer­ta­tion publique dans les com­munes concer­nées : André­sy, Triel, Chanteloup et Carrières :

-A André­sy, une ving­taine de contri­bu­tions, ce qui est peu. A noter l’absence du mou­ve­ment asso­cia­tif local, notam­ment d’André­sy-Qua­li­té-Pour-Tous. Les contri­bu­tions sont très majo­ri­tai­re­ment oppo­sées au pro­jet actuel. L’incohérence de la pré­sence au même endroit d’une auto­route 4 voies et d’une dépar­te­men­tale (par­don : le Conseil géné­ral parle de « bou­le­vard urbain ») est una­ni­me­ment sou­li­gnée et déplo­rée. « On nous pro­met­tait l’enfer avec l’A 104, sou­ter­raine. On nous pro­met main­te­nant le para­dis, avec un pont au-des­sus ! », écrit un habi­tant d’Andrésy.

-L’opposition André­sy Citoyennes’oppose au pont. Elle se sin­gu­la­rise en remet­tant en ques­tion les avan­tages sup­po­sés de cette nou­velle connexion : la nou­velle voi­rie aura un effet d’appel et les routes secon­daires ver­ront leur tra­fic aug­men­ter. L’opposition donne des pistes pour « uti­li­ser autre­ment les 100 M € du pont » comme le déve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun (notam­ment en site propre) et appelle le Conseil géné­ral a dépen­ser moins dans des pro­jets « néfastes comme le cir­cuit de F1 à Flins ». A Triel, Chanteloup, et Car­rières, la mobi­li­sa­tion a éga­le­ment été faible : 50 observations/​critiques à Triel, une ving­taine cha­cune à Chanteloup et à Car­rières. Une seule obser­va­tion est favo­rable au Pont : « La men­ta­li­té fran­çaise n’est pas encore prête pour une muta­tion… (NDLR : alter­na­tive au tout bagnole). » « Que nous cache-t-on ? » esquisse Michel ; Fran­cis s’étonne que « nos déci­deurs res­tent atta­chés à un pro­jet né en 1962 ! » Presque 50 ans. Il res­sort de l’ensemble des obser­va­tions une conver­gence dans la vie asso­cia­tive pour lut­ter contre ce pro­jet jugé d’autre âge : un col­lec­tif, for­mé des asso­cia­tions tellles Berges en Dérive, ADRUP 154, ADRESP,… s’est mon­tré effi­cace en lais­sant des CD Rom avec les copies de signa­tures de l’ensemble de com­munes affec­tées par ce pro­jet de Pont. Un der­nier com­men­taire résume l’état d’esprit des rive­rains : « Je sou­haite que tous les nui­sances BRUITS, POLLUTION, ACCIDENTS, soient pris en compte ». NIMBY ou PAS !

-Le Col­lec­tif « Non au pont d’Achères » a dépo­sé éga­le­ment à Andrésy,dans le registre le CD-rom des 1279 pre­mières péti­tions signées. Le Col­lec­tif « se féli­cite du suc­cès de la péti­tion dans la popu­la­tion ». Guy Pécheu, membre du col­lec­tif nous pré­cise que le com­bat conti­nue : « nous encou­ra­geons tous les inté­res­sés à venir nous rejoindre dans nos dif­fé­rentes actions ain­si qu’à par­ti­ci­per à nos pro­chaines réunions d’informations, d’échanges et de dia­logues, qui seront pré­ci­sées dès la ren­trée sur notre site www​.non​-pont​-acheres​.org(link is exter­nal) ».

D’abord il s’agit de lut­ter contre l’image d’un maire qui serait sou­cieux exclu­si­ve­ment du déve­lop­pe­ment éco­no­mique, au moment même où le vote éco­lo­giste a explo­sé à André­sy (25 % aux der­nières Euro­péennes). Ancien cadre diri­geant de PSA, très offen­sif pour faire avan­cer le pro­jet de la A104 sur son ter­ri­toire, char­gé, dans ses mul­tiples fonc­tions, des ques­tions éco­no­miques, d’urbanisme ou des trans­ports (AUDAS, vice-pré­sident de la CA2R,…), Hugues Ribault n’a pas vrai­ment l’image du maire sou­cieux des ques­tions environnementales.

Alors, pour jus­ti­fier le pro­jet de connexion rou­tière entre Achères, Chanteloup et Triel, le maire, dans sa contri­bu­tion, insiste sur l’importance de ce pro­jet rou­tier pour « un déve­lop­pe­ment éco­lo­gique et éco­no­mique ». Cette infra­struc­ture est, pour notre ter­ri­toire, « néces­saire avec la créa­tion d’espaces d’habitat, de loi­sirs, d’éducation ou de zones éco­no­miques cen­trées sur l’éco-construction ». Or, à l’heure actuelle, seuls des pro­jets pure­ment éco­no­miques se sont concré­ti­sés sur la boucle de Chanteloup (comme « l’éco-ZAC » des Cet­tons II).

Une route et une auto­route au même endroit : les expli­ca­tions confuses de l’élu

Pour avoir eu connais­sance des contri­bu­tions anté­rieures du registre, et quitte à mélan­ger un peu les rôles, Hugues Ribault tente de jus­ti­fier l’injustifiable : com­ment le dépar­te­ment peut-il finan­cer un pro­jet rou­tier au même endroit qu’un pro­jet d’autoroute ? L’explication est des plus confuses : quand ont été connus les deux pro­jets (tra­cé vert + pont), immé­dia­te­ment (« et à sa demande »), « la direc­tion régio­nale de l’équipement et les ser­vices tech­niques du CG78 se sont ren­con­trés pour trou­ver une cohé­rence entre les deux pro­jets… ». Mais, « tou­te­fois, le dépar­te­ment réaf­fir­mant que la liai­son s’avérait urgente, il lui parais­sait obli­ga­toire de créer cette nou­velle infra­struc­ture sans attendre… ». Donc, si on com­prend bien : c’est le conseil géné­ral qui vou­lait négo­cier (« à sa demande ») mais qui fina­le­ment n’a pas atten­du les négo­cia­tions en vue de rendre cohé­rent les deux projets ?

Non au pont ! Oui à la pas­se­relle pour les cir­cu­la­tions douces !!!

Quoi qu’il en soit, le maire d’Andrésy (qui parle au nom de sa majo­ri­té) sur­prend son monde en écri­vant que la construc­tion des deux infra­struc­tures au même endroit est « incom­pré­hen­sible » (sic). Hugues Ribault plaide doré­na­vant pour un pas­sage en sous-flu­vial de la connexion dépar­te­men­tale, au niveau de l’île de la Déri­va­tion. Le maire va encore plus loin : « un sous flu­vial des flux moto­ri­sés impose la créa­tion d’une pas­se­relle réser­vée aux cir­cu­la­tions douces ». Ce qui per­met­tra de pro­po­ser aux fran­ci­liens un pro­jet rou­tier « déve­lop­pe­ment durable, sans pol­lu­tion, sans nui­sance ». Hugues Ribault pro­pose un co-finan­ce­ment Etat/​département. Notons au pas­sage que le maire d’Andrésy ne conteste pas le tra­cé rete­nu pour la fran­ci­lienne (le vert).

La nou­velle posi­tion de la majo­ri­té andré­sienne va satis­faire le maire de Car­rières, Eddie Aït, et le col­lec­tif « Non au Pont d’Achères ». Elle s’accorde aus­si du coup avec celle de l’opposition muni­ci­pale d’Andrésy, oppo­sée au pont (voir autre encadré).

La posi­tion de Ribault est-elle tenable ?

En défi­ni­tive, la pro­po­si­tion d’un pas­sage en sous-flu­vial des deux pro­jets (Dépar­te­men­tale et fran­ci­lienne) sou­lève de nom­breuses interrogations :

* Doit-elle se faire en 2×3 voies ? En 2×4 voies ?

* Com­ment finan­cer un tel pro­jet com­mun for­cé­ment plus coû­teux, alors que Hugues Ribault affir­mait lui-même, en juin, que le dépar­te­ment ne « met­trait pas un sou de plus » dans ce pro­jet du pont d’Achères ?

* Par ailleurs, outre les pro­blèmes de fai­sa­bi­li­té tech­nique, com­ment rendre com­pa­tibles ces deux pro­jets alors que Hugues Ribault et Pierre Car­do affirment doré­na­vant que la fran­ci­lienne sera « très pro­ba­ble­ment à péage » en rai­son du coût finan­cier exor­bi­tant des trois pas­sages de Seine en douze kilo­mètres du tra­cé vert ?…

Le maire et conseiller géné­ral Ribault croit-il vrai­ment en ce qu’il pro­pose ? Ou a t‑il tour­né casaque pour des rai­sons tac­tiques en vue de ne pas se mettre à dos, pour les pro­chaines Can­to­nales, un élec­to­rat sen­sible au cadre de vie et aux ques­tions environnementales ?

+ sur le sujet : le dos­sier du nou­veau pont d’Achères
Le maire PRG de Car­rières-sous-Poissy a vite répon­du au col­lec­tif car­rié­rois qui dou­tait un peu de sa sin­cé­ri­té : la muni­ci­pa­li­té non seule­ment s’oppose au pro­jet du pont, mais rap­pelle son refus du tra­cé vert de la A104. Eddie Aït veut aus­si cal­mer le jeu avec le maire d’Andrésy sur le posi­tion­ne­ment du pont d’Achères… Ce der­nier a reçu le sou­tien des élus MoDem mais pas des ins­tances du par­ti, dont le (…)
- Publié le 24 novembre 2009 par Lio­nel Wastl
Fort de leurs 1650 signa­tures s’opposant au pont d’Achères, le col­lec­tif cri­tique un pro­jet rou­tier qui se concré­tise sans l’accord des Car­rié­rois et des André­siens. Les deux maires sont inter­pel­lés.
- Publié le 31 octobre 2009 par Lio­nel Wastl
Comme bien sou­vent, la popu­la­tion se réveille au der­nier moment. Le pro­jet du pont Achères/​Carrières/​Andrésy est très ancien. Mais main­te­nant que le bou­clage finan­cier a été réa­li­sé et que l’enquête publique démarre, les citoyens se mobi­lisent contre ce nou­veau pro­jet rou­tier. Trop tar­di­ve­ment ?
- Publié le 20 juin 2009 par Lio­nel Wastl
Pierre Car­do, le pré­sident de la Com­mu­nau­té d’agglomération des Deux Rives et dépu­té des Yvelines, a annon­cé la date du com­men­ce­ment de l’enquête publique concer­nant le pont tra­ver­sant la Seine et des­ser­vant la Boucle de Chanteloup.
- Publié le 5 juin 2009 par la rédac­tion
Dimanche 17 mai : l’île de la Déri­va­tion orga­ni­sait sa modeste bro­cante. L’occasion de se pro­me­ner sur cet îlot de ver­dure et de ren­con­trer ses habi­tants décou­ra­gés par les pro­jets rou­tiers qui condam­ne­ront leur île et leur vie… La nou­velle majo­ri­té muni­ci­pale s’oppose au tra­cé du pont d’Achères. Au sein de l’interco, André­sy et Car­rières sont ouver­te­ment en désac­cord sur ce pro­jet rou­tier (…)
- Publié le 29 mai 2009 par Lio­nel Wastl
Le Conseil géné­ral des Yvelines (CG 78) a donc voté, jeu­di 22 jan­vier 2009, cet inves­tis­se­ment rou­tier impor­tant qui per­met­tra d’alléger le tra­fic sur le pont de Poissy et de mailler un ter­ri­toire appe­lé à se déve­lop­per. Néan­moins, le choix d’un pont sur le tra­cé vert de la fran­ci­lienne relève d’un pari osé de la part de la majo­ri­té dépar­te­men­tale. Ce pro­jet contre­dit aus­si les prin­cipes édic­tés du (…)
- Publié le 9 février 2009 par Lio­nel Wastl

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This