Actualités

Archives J2R : Transports : Ribault contre le pont d’Achères !

par | 14 juil­let 2009 | Achères, Andrésy, Car­rières-sous-Pois­sy, Envi­ron­nement

Le pont d’Achères est un de point d’a­chope­ment entre les habi­tants et le Con­seil départe­men­tal. (DR)

Au dernier jour de la con­cer­ta­tion publique organ­isée par le Con­seil général des Yve­lines sur le pro­jet de con­nex­ion RD30/RD190 (Achères à Triel), la majorité munic­i­pale UMP d’Andrésy a sur­pris son monde en se déclarant con­tre le pont Achères/Carrières/Andrésy, tout en ne con­tes­tant pas l’utilité de la con­nex­ion routière. Après un pre­mier revire­ment à Achères, un véri­ta­ble coup de ton­nerre se déroule à Andrésy. Un pre­mier bilan dans les com­munes con­cernées s’impose.

Pour une sur­prise, c’est une sur­prise : jamais le maire d’Andrésy n’avait émis la moin­dre réserve sur la con­nex­ion départe­men­tale au-dessus de la Seine, au niveau de l’île de la Déri­va­tion. Ce pont départe­men­tal devait se faire pour « désen­claver la boucle », pour « alléger la cir­cu­la­tion sur nos voies sec­ondaires et le pont de Pois­sy », a t‑il écrit et répété à ses concitoyens.

Quand Rib­ault-maire s’oppose à Rib­ault-con­seiller général :

Le cumul des man­dats aurait-il per­tur­bé l’esprit de H. Rib­ault ? Alors que le Con­seiller général a décidé et voté le pont d’Achères il y a à peine six mois, le maire s’y oppose ! Sit­u­a­tion des plus ubuesques…

On peut aus­si s’étonner qu’un con­seiller général qui fait par­tie de l’exécutif départe­men­tal puisse don­ner son avis sur un pro­jet du… départe­ment lors de la con­cer­ta­tion des­tinée aux pop­u­la­tions. C’est être juge et partie.

Enfin, il s’agit offi­cielle­ment de la « con­tri­bu­tion du groupe majori­taire munic­i­pal d’Andrésy ». Mais, à la moitié de cette con­tri­bu­tion écrite, la pre­mière per­son­ne du sin­guli­er est util­isée et la con­tri­bu­tion devient celle de Ribault-maire…

Un revirement qui s’explique par les divergences au sein de sa majorité municipale

Lors des réu­nions de quarti­er de juin, M. Rib­ault avait ten­té de con­va­in­cre les Andrésiens de l’intérêt économique des deux pro­jets routiers : pont d’Achères et tracé vert de la A 104. Si le maire préfère le tracé blanc (« le tracé présen­té par Andrésy ») sur la rive gauche, il con­sid­érait que les deux pro­jets étaient « com­plé­men­taires ». Depuis que M. Rib­ault a été élu maire en 2001, jamais il ne s’était opposé au pro­jet du pont d’Achères. Encore mieux : le con­seiller général Rib­ault avait, en jan­vi­er dernier, voté le finance­ment du pro­jet (voir encadré).

Mais quelle mouche a piqué M. Rib­ault pour chang­er d’avis le dernier jour de la con­cer­ta­tion publique et alors qu’il expli­quait, il y a encore huit jours, à ses habi­tants du bien-fondé de ce pont « qu’on ne ver­rait pas car il passerait bas » ?

« Les débats étaient houleux au sein de notre majorité : tout le monde n’était pas con­va­in­cu par une liai­son aéri­enne, surtout avec la A104 pas­sant au même endroit ! », nous avoue l’un des maires-adjoints de la ville. Hugues Rib­ault a du bouger parce que chez cer­tains de ses élus, habi­tant à prox­im­ité du pro­jet routi­er, le réflexe NIMBY (« not in my back yard ») a été plus fort que le principe d’allégeance au chef vénéré.

Cette route est bonne pour « un développement écologique… »

L’analyse de la con­tri­bu­tion écrite par Hugues Rib­ault sur le reg­istre est élo­quente. C’est en des ter­mes choi­sis avec grande pru­dence que Hugues Rib­ault jus­ti­fie la posi­tion de sa majorité munic­i­pale UMP/NC « Ensem­ble pour Andrésy ».

Bilan de la con­cer­ta­tion publique dans les com­munes con­cernées : Andrésy, Triel, Chanteloup et Carrières :

- A Andrésy, une ving­taine de con­tri­bu­tions, ce qui est peu. A not­er l’absence du mou­ve­ment asso­ci­atif local, notam­ment d’Andrésy-Qual­ité-Pour-Tous. Les con­tri­bu­tions sont très majori­taire­ment opposées au pro­jet actuel. L’incohérence de la présence au même endroit d’une autoroute 4 voies et d’une départe­men­tale (par­don : le Con­seil général par­le de « boule­vard urbain ») est unanime­ment soulignée et déplorée. « On nous promet­tait l’enfer avec l’A 104, souter­raine. On nous promet main­tenant le par­adis, avec un pont au-dessus ! », écrit un habi­tant d’Andrésy.

- L’opposition Andrésy Citoyennes’oppose au pont. Elle se sin­gu­larise en remet­tant en ques­tion les avan­tages sup­posés de cette nou­velle con­nex­ion : la nou­velle voirie aura un effet d’appel et les routes sec­ondaires ver­ront leur traf­ic aug­menter. L’opposition donne des pistes pour « utilis­er autrement les 100 M € du pont » comme le développe­ment des trans­ports en com­mun (notam­ment en site pro­pre) et appelle le Con­seil général a dépenser moins dans des pro­jets « néfastes comme le cir­cuit de F1 à Flins ». A Triel, Chanteloup, et Car­rières, la mobil­i­sa­tion a égale­ment été faible : 50 observations/critiques à Triel, une ving­taine cha­cune à Chanteloup et à Car­rières. Une seule obser­va­tion est favor­able au Pont : « La men­tal­ité française n’est pas encore prête pour une muta­tion… (NDLR : alter­na­tive au tout bag­nole). » « Que nous cache-t-on ? » esquisse Michel ; Fran­cis s’étonne que « nos décideurs restent attachés à un pro­jet né en 1962 ! » Presque 50 ans. Il ressort de l’ensemble des obser­va­tions une con­ver­gence dans la vie asso­cia­tive pour lut­ter con­tre ce pro­jet jugé d’autre âge : un col­lec­tif, for­mé des asso­ci­a­tions tel­lles Berges en Dérive, ADRUP 154, ADRESP,… s’est mon­tré effi­cace en lais­sant des CD Rom avec les copies de sig­na­tures de l’ensemble de com­munes affec­tées par ce pro­jet de Pont. Un dernier com­men­taire résume l’état d’esprit des riverains : « Je souhaite que tous les nui­sances BRUITS, POLLUTION, ACCIDENTS, soient pris en compte ». NIMBY ou PAS !

- Le Col­lec­tif « Non au pont d’Achères » a déposé égale­ment à Andrésy,dans le reg­istre le CD-rom des 1279 pre­mières péti­tions signées. Le Col­lec­tif « se félicite du suc­cès de la péti­tion dans la pop­u­la­tion ». Guy Pécheu, mem­bre du col­lec­tif nous pré­cise que le com­bat con­tin­ue : « nous encour­a­geons tous les intéressés à venir nous rejoin­dre dans nos dif­férentes actions ain­si qu’à par­ticiper à nos prochaines réu­nions d’informations, d’échanges et de dia­logues, qui seront pré­cisées dès la ren­trée sur notre site www.non-pont-acheres.org(link is exter­nal) ».

D’abord il s’agit de lut­ter con­tre l’image d’un maire qui serait soucieux exclu­sive­ment du développe­ment économique, au moment même où le vote écol­o­giste a explosé à Andrésy (25 % aux dernières Européennes). Ancien cadre dirigeant de PSA, très offen­sif pour faire avancer le pro­jet de la A104 sur son ter­ri­toire, chargé, dans ses mul­ti­ples fonc­tions, des ques­tions économiques, d’urbanisme ou des trans­ports (AUDAS, vice-prési­dent de la CA2R,…), Hugues Rib­ault n’a pas vrai­ment l’image du maire soucieux des ques­tions environnementales.

Alors, pour jus­ti­fi­er le pro­jet de con­nex­ion routière entre Achères, Chanteloup et Triel, le maire, dans sa con­tri­bu­tion, insiste sur l’importance de ce pro­jet routi­er pour « un développe­ment écologique et économique ». Cette infra­struc­ture est, pour notre ter­ri­toire, « néces­saire avec la créa­tion d’espaces d’habitat, de loisirs, d’éducation ou de zones économiques cen­trées sur l’éco-construction ». Or, à l’heure actuelle, seuls des pro­jets pure­ment économiques se sont con­crétisés sur la boucle de Chanteloup (comme « l’éco-ZAC » des Cet­tons II).

Une route et une autoroute au même endroit : les explications confuses de l’élu

Pour avoir eu con­nais­sance des con­tri­bu­tions antérieures du reg­istre, et quitte à mélanger un peu les rôles, Hugues Rib­ault tente de jus­ti­fi­er l’injustifiable : com­ment le départe­ment peut-il financer un pro­jet routi­er au même endroit qu’un pro­jet d’autoroute ? L’explication est des plus con­fus­es : quand ont été con­nus les deux pro­jets (tracé vert + pont), immé­di­ate­ment (« et à sa demande »), « la direc­tion régionale de l’équipement et les ser­vices tech­niques du CG78 se sont ren­con­trés pour trou­ver une cohérence entre les deux pro­jets… ». Mais, « toute­fois, le départe­ment réaf­fir­mant que la liai­son s’avérait urgente, il lui parais­sait oblig­a­toire de créer cette nou­velle infra­struc­ture sans atten­dre… ». Donc, si on com­prend bien : c’est le con­seil général qui voulait négoci­er (« à sa demande ») mais qui finale­ment n’a pas atten­du les négo­ci­a­tions en vue de ren­dre cohérent les deux projets ?

Non au pont ! Oui à la passerelle pour les circulations douces !!!

Quoi qu’il en soit, le maire d’Andrésy (qui par­le au nom de sa majorité) sur­prend son monde en écrivant que la con­struc­tion des deux infra­struc­tures au même endroit est « incom­préhen­si­ble » (sic). Hugues Rib­ault plaide doré­na­vant pour un pas­sage en sous-flu­vial de la con­nex­ion départe­men­tale, au niveau de l’île de la Déri­va­tion. Le maire va encore plus loin : « un sous flu­vial des flux motorisés impose la créa­tion d’une passerelle réservée aux cir­cu­la­tions douces ». Ce qui per­me­t­tra de pro­pos­er aux fran­ciliens un pro­jet routi­er « développe­ment durable, sans pol­lu­tion, sans nui­sance ». Hugues Rib­ault pro­pose un co-finance­ment Etat/département. Notons au pas­sage que le maire d’Andrésy ne con­teste pas le tracé retenu pour la fran­cili­enne (le vert).

La nou­velle posi­tion de la majorité andrési­enne va sat­is­faire le maire de Car­rières, Eddie Aït, et le col­lec­tif « Non au Pont d’Achères ». Elle s’accorde aus­si du coup avec celle de l’opposition munic­i­pale d’Andrésy, opposée au pont (voir autre encadré).

La position de Ribault est-elle tenable ?

En défini­tive, la propo­si­tion d’un pas­sage en sous-flu­vial des deux pro­jets (Départe­men­tale et fran­cili­enne) soulève de nom­breuses interrogations :

* Doit-elle se faire en 2x3 voies ? En 2x4 voies ?

* Com­ment financer un tel pro­jet com­mun for­cé­ment plus coû­teux, alors que Hugues Rib­ault affir­mait lui-même, en juin, que le départe­ment ne « met­trait pas un sou de plus » dans ce pro­jet du pont d’Achères ?

* Par ailleurs, out­re les prob­lèmes de fais­abil­ité tech­nique, com­ment ren­dre com­pat­i­bles ces deux pro­jets alors que Hugues Rib­ault et Pierre Car­do affir­ment doré­na­vant que la fran­cili­enne sera « très prob­a­ble­ment à péage » en rai­son du coût financier exor­bi­tant des trois pas­sages de Seine en douze kilo­mètres du tracé vert ?…

Le maire et con­seiller général Rib­ault croit-il vrai­ment en ce qu’il pro­pose ? Ou a t‑il tourné casaque pour des raisons tac­tiques en vue de ne pas se met­tre à dos, pour les prochaines Can­tonales, un élec­torat sen­si­ble au cadre de vie et aux ques­tions environnementales ?

+ sur le sujet : le dossier du nou­veau pont d’Achères
Le maire PRG de Car­rières-sous-Pois­sy a vite répon­du au col­lec­tif car­riérois qui doutait un peu de sa sincérité : la munic­i­pal­ité non seule­ment s’oppose au pro­jet du pont, mais rap­pelle son refus du tracé vert de la A104. Eddie Aït veut aus­si calmer le jeu avec le maire d’Andrésy sur le posi­tion­nement du pont d’Achères… Ce dernier a reçu le sou­tien des élus MoDem mais pas des instances du par­ti, dont le (…)
- Pub­lié le 24 novem­bre 2009 par Lionel Wastl
Fort de leurs 1650 sig­na­tures s’opposant au pont d’Achères, le col­lec­tif cri­tique un pro­jet routi­er qui se con­cré­tise sans l’accord des Car­riérois et des Andrésiens. Les deux maires sont inter­pel­lés.
- Pub­lié le 31 octo­bre 2009 par Lionel Wastl
Comme bien sou­vent, la pop­u­la­tion se réveille au dernier moment. Le pro­jet du pont Achères/Carrières/Andrésy est très ancien. Mais main­tenant que le bouclage financier a été réal­isé et que l’enquête publique démarre, les citoyens se mobilisent con­tre ce nou­veau pro­jet routi­er. Trop tar­di­ve­ment ?
- Pub­lié le 20 juin 2009 par Lionel Wastl
Pierre Car­do, le prési­dent de la Com­mu­nauté d’agglomération des Deux Rives et député des Yve­lines, a annon­cé la date du com­mence­ment de l’enquête publique con­cer­nant le pont tra­ver­sant la Seine et desser­vant la Boucle de Chanteloup.
- Pub­lié le 5 juin 2009 par la rédac­tion
Dimanche 17 mai : l’île de la Déri­va­tion organ­i­sait sa mod­este bro­cante. L’occasion de se promen­er sur cet îlot de ver­dure et de ren­con­tr­er ses habi­tants découragés par les pro­jets routiers qui con­damneront leur île et leur vie… La nou­velle majorité munic­i­pale s’oppose au tracé du pont d’Achères. Au sein de l’interco, Andrésy et Car­rières sont ouverte­ment en désac­cord sur ce pro­jet routi­er (…)
- Pub­lié le 29 mai 2009 par Lionel Wastl
Le Con­seil général des Yve­lines (CG 78) a donc voté, jeu­di 22 jan­vi­er 2009, cet investisse­ment routi­er impor­tant qui per­me­t­tra d’alléger le traf­ic sur le pont de Pois­sy et de mailler un ter­ri­toire appelé à se dévelop­per. Néan­moins, le choix d’un pont sur le tracé vert de la fran­cili­enne relève d’un pari osé de la part de la majorité départe­men­tale. Ce pro­jet con­tred­it aus­si les principes édic­tés du (…)
- Pub­lié le 9 févri­er 2009 par Lionel Wastl

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020