Actualités

La démocratie est morte, vive la démocratie

par | 3 octobre 2023 | Poli­tique

Thi­mo­thy Sny­der, pro­fes­seur de l’u­ni­ver­si­té de Yale, lors du col­loque « the Future is Being Deci­ded in Ukraine » relie notre démo­cra­tie occi­den­tale au sort de la guerre en Ukraine. (DR)

Après la chute du mur du Ber­lin, « la fin de l’His­toire » avait été pos­tu­lée. Per­sonne n’a­vait pen­sé à la fin de la démo­cra­tie. Le monde occi­den­tal a pêché par naï­ve­té et, par la même logique, a mis en dan­ger non seule­ment la démo­cra­tie mais aus­si la « civi­li­sa­tion à l’Oc­ci­den­tale ». Cer­tains se sont acco­mo­dés à la fin de la démo­cra­tie. Mais, le sens de l’His­toire, sur la démo­cra­tie, se joue-t-il en Ukraine ? Peut-être bien, mais pas seule­ment.

La démo­cra­tie est en danger.(1) Même avant la Covid, la démo­cra­tie fai­sait l’ob­jet des attaques par des lea­ders popu­listes et illi­bé­raux, c’est-à-dire celles et ceux qui veulent mettre en oeuvre une poli­tique auto­ri­taire et anti­no­mique aux droits « clas­siques » telle la libre expres­sion et le droit de la presse.… La démo­cra­tie a été affai­blie, voire qua­si-détruite, par des pra­tiques peu com­pa­tibles avec la belle idée que devrait être struc­tu­rer l’in­té­rêt natio­nal : illi­gi­mi­té de choix des poli­tiques publiques (vote sur la Consti­tu­tion Euro­péenne…), dés­illu­sion du rêve euro­péen et d’un mar­ché unique (avec son corol­laire d’une com­pé­ti­ti­vi­té néfaste et non effi­cace pour le bon fonc­tion­ne­ment démo­cra­tique de nos socié­tés en Europe), dog­ma­tisme irréa­liste d’une logique néo­li­bé­rale qui capi­tule face aux forces finan­cières mon­dia­li­sées, opa­ci­té et irres­pon­sa­bi­li­té dans la prise de déci­sions entre les niveaux natio­naux et euro­péen. Quant à l’exemple amé­ri­cain, le trum­pisme a ren­ver­sé les valeurs de la droite répu­bli­caine et a pous­sé ses par­ti­sans à se com­por­ter comme les membres d’une secte et non pas comme des citoyens éclai­rés.

Quelque soit le temps et l’es­pace, des socié­tés se sont orga­ni­sés pour défi­nir les rap­ports (équi­tables) entre les uns et les autres. En outre, des membres d’une socié­té don­née ont besoin des ins­ti­tu­tions pour gérer/organiser ces mêmes rap­ports d’ordre social et éco­no­mique. Dans le cas de notre tra­di­tion gre­co-romaine, la démo­cra­tie est la forme de gou­ver­ne­ment sous laquelle le peuple légi­ti­miste, à la base, le bien-fon­dé de ces rap­ports qui peuvent  évo­luer dans le temps. La notion de sou­ve­rai­ne­té est pri­mor­diale pour vali­der ou non les prin­cipes en usage dans les socié­tés dites démo­cra­tiques. La civi­li­sa­tion, dit-on, a pro­gres­sé avec ce prin­cipe qui régit les socié­tés occi­den­tales. Cepen­dant, la hausse de mor­ta­li­té aux États-Unis, la pau­vre­té ram­pante (2) et l’i­né­ga­li­té éco­no­mique démontrent le fait que la démo­cra­tie (avec le capi­ta­lisme) n’est pas à l’hau­teur de ses ambi­tions. Le situa­tion hexa­go­nale semble glis­ser sur la même pente insi­dieuse qui décons­truit les mythes fon­da­teurs de la démo­cra­tie occi­den­tale. La démo­cra­tie est en outre gan­gre­née par des lob­bys et par le dés­in­té­rêt crois­sant des citoyens pour le fait démo­cra­tique.

Pire, la naï­ve­té de l’Oc­ci­dent a per­mis au régime de M. Pou­tine de mettre en ques­tion les fron­tières des pays depuis 1945 ; en paral­lèle, il a mis en cause l’es­sence même de la civi­li­sa­tion occi­den­tale : selon le pro­fes­seur Thi­mo­thy Sny­der de l’U­ni­ver­si­té de Yale (USA), la démo­cra­tie avec sa tra­di­tion grecque et romaine avait for­gé la civi­li­sa­tion occi­den­tale, certes impar­faite. Pour lui, la démo­cra­tie est syno­nyme de civi­li­sa­tion. La guerre en Ukraine met ces deux notions en dan­ger car Pou­tine dénie notre huma­ni­té, nos idées fon­da­trices, nos valeurs et nos prin­cipes. Pour lui, il ne s’a­git pas d’i­déo­lo­gie mais de pou­voir car sa force mili­taire régi­ra sur la rai­son et les rap­ports diplo­ma­tiques dans un contexte géo­po­li­tique en plein muta­tion. En somme, c’est la concur­rence des régimes des­po­tiques et/ou auto­ri­taires qui l’emporte dans cer­tains pays de l’Eu­rope cen­trale, au Moyen-orient, en Asie cen­trale et en Chine et en Asie orien­tale.

Au nom de la démo­cra­tie, nous sommes plu­tôt dans une his­toire de civi­li­sa­tion. Le résul­tat de la guerre en Ukraine mar­que­ra le cycle sui­vant avec ou sans démo­cra­tie. La vic­toire de l’U­kraine est indis­pen­sable pour la sur­vie même de la civi­li­sa­tion occi­den­tale tel que nous la connais­sons. Fai­blir en 2023 dans cet effort de guerre signi­fie que nos alga­rades au niveaux com­mu­nal, inter­com­mu­nal, dépar­te­men­tal, régio­nal ne seraient qu’in­si­gni­fiantes par rap­port à la ques­tion cen­trale qu’est la sur­vie de notre civi­li­sa­tion.

Soyons, enfin, réa­listes et nous vain­crons à nou­veau sur l’au­to­ri­ta­risme qui fut le fléau de l’a­vant la Révo­lu­tion. Une fois la civi­li­sa­tion démo­cra­tique sau­vée de l’a­bîme, il nous reste à nous citoyens d’être inven­tifs et d’o­rien­ter tous les efforts vers de meilleurs ins­ti­tu­tions afin d’être en osmose avec les attentes de la majo­ri­té et d’é­ri­ger des rap­ports équi­tables ente les gou­ver­nants et les gou­ver­nés.

Notes

1. Fré­dé­ric Worms, Les mala­dies chro­niques de la démo­cra­tie, Ed. Des­clée de Brou­wer, 2017, 254 pages.

2. La dés­in­dus­tria­li­sa­tion des États-Unis a conduit à la déso­la­tion des villes aupa­ra­vant pros­pères comme Young­stown (Ohio), Mem­phis (Ten­nesse) et Stock­ton, Cali­for­nie. Cf. Docu­men­taire PBS, « Ame­ri­ca Lost » 2019.  https://youtu.be/Vd6YhDy_ZSI?si=bgo7mqKmQFlYM6ZR

Dans leur livre, Deaths of Des­pair and the Future of Capi­ta­lism, 2020, 312 pages, Anne Case et Angus Dea­ton, prix Nobel d’é­co­no­mie, pro­posent une expli­ca­tion, cartes et chiffres à l’appui. La prin­ci­pale vic­time ? La classe ouvrière blanche, en proie à une épi­dé­mie de sui­cides et d’overdoses – les morts de déses­poir. Le cou­pable ? Un capi­ta­lisme mon­dia­li­sé en état de dégé­né­res­cence, pros­pé­rant sur une nation divi­sée et une démo­cra­tie gan­gre­née par l’argent et les lob­bies.

 

 

RÉSERVEZ VOTRE PANIER DU MARAÎCHER (FERME DE TORCHY) A RETIRER LE VENDREDI OU LE SAMEDI AU RELAIS JOURNAL DES DEUX RIVES 76 RUE PAUL DOUMER À TRIEL !

RÉSERVATION
LES MARDI & MERCREDI
PAR SMS AU 07 67 53 45 63
RENS AU 06 79 69 51 50

Share This
Verified by MonsterInsights