Actua­li­tés

35 000 masques « grand public » mis à dis­po­si­tion gra­tui­te­ment par la muni­ci­pa­li­té des Mureaux

par | 10 mai 2020 | Com­mu­ni­qués, Meulan/Les Mureaux

Le ven­dre­di 1er mai 2020, à un peu plus d’une semaine du dé-confi­ne­ment du 11 mai, la muni­ci­pa­li­té des Mureaux a mis en ligne un com­mu­ni­qué vidéo du maire, Fran­çois Garay, qui fait un point sur la dis­tri­bu­tion de masques « grand public », la réou­ver­ture des écoles, la gra­tui­té de la res­tau­ra­tion sco­laire

La muni­ci­pa­li­té des Mureaux a publié, le ven­dre­di 1er mai, une inter­view en vidéo de Fran­çois Garay, maire de la ville. Elle a été tour­née dans la salle du conseil muni­ci­pal de la mai­rie ; le maire y répond aux ques­tions sui­vantes : La ville des Mureaux four­ni­ra-t-elle des masques « grand public » à ses habi­tants ? Com­ment se pré­pare la ren­trée ? Un net­toyage des écoles est-il pré­vu ? Et la res­tau­ra­tion sco­laire ? Et les centres de loi­sirs ? Quelles mesures défen­dez-vous pour sou­te­nir les plus fra­giles ? Un mot à l’occasion du 1er mai ?

La ville des Mureaux four­ni­ra-t-elle des masques « grand public » à ses habi­tants ?

Cette ques­tion a déjà été évo­quée lors d’une pré­cé­dente inter­view. La muni­ci­pa­li­té des Mureaux vient de rece­voir plus de 20 000 masques dits « grand public » et 15 000 sont à venir éga­le­ment. C’est d’ailleurs là, dans la salle du conseil muni­ci­pal de la ville, qu’ils sont sto­ckés afin d’être condi­tion­nés par une dou­zaine de per­sonnes pour être dis­tri­bués par la Poste dans les 14 300 boîtes aux lettres recen­sées dans la com­mune. Ce sont, en tout, 35 000 masques que la Ville des Mureaux dis­tri­bue­ra gra­tui­te­ment aux habi­tants, soit par la Poste, donc, soit en les met­tant à dis­po­si­tion dans des lieux pré­cis. La ville compte un peu plus de 32 000 habi­tants. Cela signi­fie, comme l’a pré­ci­sé le maire dans la vidéo, que « l’ensemble des habi­tants aura au moins un masque. »

Com­ment se pré­pare la ren­trée ?

Avant de répondre à la ques­tion, le Mai­rie des Mureaux a vou­lu trans­mettre un mes­sage sur les condi­tions de la pan­dé­mie. Que cela soit par l’État, le Gou­ver­ne­ment ou l’Education Natio­nale, chaque jour « on nous dit quelque chose mais on ne se rend pas compte que ce sont les maires à qui reviennent l’organisation de cette ren­trée ! ». « Je pense [ … ] qu’il aurait fal­lu un peu plus de temps, sep­tembre peut-être ? » Il faut, selon le maire, que de bonnes condi­tions de pro­tec­tion soient réunies, pour les enfants ain­si que pour le per­son­nel, 350 en tout en charge de l’éducation aux Mureaux.

Un net­toyage des écoles est-il pré­vu ?

La réponse à cette ques­tion a déjà été don­née lors de l’interview pré­cé­dente. Une opé­ra­tion de net­toyage aura lieu à par­tir de la semaine du 4 mai pour les classes et les abords des écoles. Des mesures de pro­pre­té et de pro­tec­tion seront défi­nies avec l’Education natio­nale.

Et la res­tau­ra­tion sco­laire ?

Ce sujet n’avait pas encore été évo­qué ces der­nières semaines et, là aus­si, c’est un sujet « dif­fi­cile à trai­ter avec beau­coup de contraintes ». Tou­te­fois, le maire essaie­ra d’ouvrir tous les res­tau­rants sco­laires dans les meilleures condi­tions d’accueil. Dans le cadre de la soli­da­ri­té sociale, la res­tau­ra­tion sco­laire sera gra­tuite jusqu’au 3 juillet, a pré­ci­sé Fran­çois Garay.

Et les centres de loi­sirs ?

Pour aider les parents vou­lant reprendre leurs acti­vi­tés, il leur faut les meilleurs ser­vices pour la garde de leurs enfants. Dans ce but, le maire a annon­cé que les centres de loi­sirs seront ouverts le 13 mai, mais ils vont connaître des évo­lu­tions en fonc­tion des contraintes sani­taires. Le maire fera en sorte que tous les plans soient prêts pour la ren­trée du 12 mai, puisque le 11 est le jour de la ren­trée des pro­fes­seurs.

Quelles mesures défen­dez-vous pour sou­te­nir les plus fra­giles ?

Le maire a pro­po­sé quelques mesures, notam­ment à Julien Denor­man­die, ministre de la Ville et du Loge­ment : sus­pendre les expul­sions, deman­der aux bailleurs sociaux de ne pas aug­men­ter les charges en rai­son du confi­ne­ment, deman­der aux banques d’étaler ou de geler les échéances des cré­dits immo­bi­liers, des rem­bour­se­ments ban­caires en rai­son des dif­fi­cul­tés ren­con­trées par la popu­la­tion en rai­son du confi­ne­ment.

Un mot à l’occasion du 1er mai ?

Cette der­nière ques­tion a per­mis au maire des Mureaux de conclure son inter­ven­tion par un mes­sage de soli­da­ri­té envers tous les béné­voles qui s’activent pour aider la popu­la­tion à bien vivre le confi­ne­ment. « Le 1er mai est un moment fort », a expli­qué le maire, car c’est la fête du tra­vail et c’est un jour de mani­fes­ta­tion et de mobi­li­sa­tion des luttes sociales en France comme par­tout dans le Monde. C’est aus­si, pour lui, un moment de réflexion.

Fran­çois Garay a ter­mi­né son pro­pos en reve­nant sur le sym­bole du muguet offert, qui est un porte-bon­heur : « J’espère que ce muguet qu’on se donne le 1er mai [sera le] signe que la pan­dé­mie à terme sera réglée […] dans un monde dif­fé­rent où l’égalité sera plus forte entre nous tous ! »

Share This