Actua­li­tés

Pro­jet de la RD190
reto­qué !

par | 24 mai 2020 | Envi­ron­ne­ment, Triel-sur-Seine

Le pro­jet de réamé­na­ge­ment de la RD-190 pose de pro­blèmes de taille à l’en­trée de Triel-sur-Seine. (DR)

Le dépar­te­ment porte un pro­jet de réamé­na­ge­ment de la route entre Car­rières et Triel mais, au lieu de favo­ri­ser les trans­ports en com­mun entre ces deux villes satu­rées par les voi­tures, il veut encore favo­ri­ser l’usage de la voi­ture, une vision reto­quée par l’Autorité envi­ron­ne­men­tale.

Nous publions un article de l’as­so­cia­tion ADIV Envi­ron­ne­ment.

En 2012, le dépar­te­ment avait pré­sen­té, en enquête publique, son pro­jet de liai­son RD 30-RD 190 et de construc­tion d’un nou­veau pont à Achères. Avec l’association Non au Pont d’Achères, nous avions mon­tré grâce à des don­nées du bureau d’études (non jointes au dos­sier) que ce pro­jet coû­teux (120 M€) allait conduire à une satu­ra­tion com­plète de la Boucle de Chan­te­loup. Le com­mis­saire-enquê­teur avait logi­que­ment don­né un avis défa­vo­rable au pro­jet esti­mant que les incon­vé­nients du pro­jet l’emportaient sur les avan­tages.

Concer­nant le réamé­na­ge­ment de la RD 190, la pre­mière remarque de la Mis­sion Régio­nale de l’Autorité envi­ron­ne­men­tale (MRAe)(link is exter­nal) concerne la notion de pro­gramme : com­ment le dépar­te­ment peut-il pré­sen­ter deux pro­jets rou­tiers situés au même endroit de façon indé­pen­dante, sans mon­trer leurs impacts cumu­lés ? C’est contraire à la légis­la­tion.

Sur ce pro­jet de réamé­na­ge­ment de la RD 190, le dépar­te­ment semble encore une fois avoir vou­lu dis­si­mu­ler les don­nées mon­trant que son pro­jet n’est pas bon : la MRAe recense les nom­breuses don­nées absentes :

Les dates de mises en ser­vice de ce pro­jet et de la liai­son RD 30-RD 190 ;
Les simu­la­tions de tra­fic à la mise en ser­vice et à la date de livrai­son des nom­breux pro­jets immo­bi­liers de Car­rières-sous-Pois­sy ;
Les besoins futurs de dépla­ce­ments en bus ;
Les objec­tifs du TCSP (Trans­port en Com­mun en Site Propre, c’est-à-dire une ligne de bus avec horaires régu­liers et voie dédiée) ;
Une éva­lua­tion de l’adéquation du pro­jet rete­nu avec les besoins en termes de dépla­ce­ment en bus.
Il est clair que Jean-Fran­çois Ray­nal, vice-pré­sident aux mobi­li­tés au conseil dépar­te­men­tal, a mis en œuvre les bonnes vieilles recettes : déve­lop­per avant tout le réseau rou­tier sans étu­dier d’alternatives à l’automobile. Où sont donc pas­sées les mobi­li­tés ? Pour le réamé­na­ge­ment de la RD 190, il aurait fal­lu pri­vi­lé­gier le TCSP sur tout le tra­jet entre Car­rières et Triel et non pas aug­men­ter le nombre de voies pour les voi­tures. Que vont faire les auto­mo­bi­listes qui vont arri­ver à Car­rières, sinon res­ter blo­qués sur le pont de Pois­sy.

Sur son site Internet(link is exter­nal), le dépar­te­ment affirme que le pro­jet per­met­tra d’améliorer les condi­tions de cir­cu­la­tion et la sécu­ri­té de la RD 190 dans la boucle de Chan­te­loup mais l’étude d’impact recon­nait qu’il y aura aug­men­ta­tion de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile : 20 mil­lions d’euros pour aug­men­ter les embou­teillages !

Bien enten­du, il y aura encore des voix pour dire que pour résoudre cela, il n’y a qu’à construire le Pont d’Achères et pour­quoi pas l’A 104.

Le dépar­te­ment doit main­te­nant revoir sa copie pour pré­sen­ter son dos­sier en enquête publique : nous ferons, bien enten­du, part de nos argu­ments au com­mis­saire-enquê­teur.

Le nord des Yvelines est déjà satu­ré de routes et de voi­tures ; la cir­cu­la­tion auto­mo­bile ne peut pas aug­men­ter dans les mêmes pro­por­tions que les construc­tions réa­li­sées et à venir dans la Boucle de Chan­te­loup ; favo­ri­ser loca­le­ment la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, c’est aug­men­ter encore la satu­ra­tion par­tout ailleurs. M. Ray­nal ne peut-il pas com­prendre cela ?

Share This