Actualités

Appel à une marche familiale :« Non à l’A104bis »

par | 10 novembre 2023 | André­sy, Asso­cia­tions, Car­rières-sous-Pois­sy, Envi­ron­ne­ment, Pois­sy, Ver­neuil-sur-Seine

Affiche de l’appel à mani­fes­ter le 12 novembre contre la liai­son rou­tière RD30/RD190 (Image com­mu­ni­qué)

Dimanche 12 novembre 2023, le Col­lec­tif Copra 184 et les asso­cia­tions Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­ne­ment, ADIV-Envi­ron­ne­ment, Triel Envi­ron­ne­ment et Bien vivre à Ver­nouillet orga­nisent une mani­fes­ta­tion d’ampleur contre le pro­jet d’une route à 2x2 voies sur les com­munes d’Achères, André­sy, Car­rières Sous Pois­sy et Triel-sur-Seine. Ce pro­jet, la fameuse liai­son rou­tière RD30/RD190 que le dépar­te­ment des Yve­lines a lan­cé et que la popu­la­tion et les élus semblent reje­ter.

Alors qu’à Paris, une impor­tante mani­fes­ta­tion, qui dés­unie, contre l’antisémitisme est pré­vue ce dimanche 12 novembre, une autre mani­fes­ta­tion plus locale et qui fait l’unité auprès d’une par­tie de la popu­la­tion et des élus est pré­vue sur l’épineuse pro­blé­ma­tique du pro­jet de liai­son rou­tière RD30/RD190.
« Non à l’A104bis » lancent de nom­breuses asso­cia­tions locales comme slo­gan d’appel à mani­fes­ter ce dimanche à André­sy dès 10h30.
Le Col­lec­tif Copra 184 et les asso­cia­tions Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­ne­ment, ADIV-Envi­ron­ne­ment, Triel Envi­ron­ne­ment et Bien vivre à Ver­nouilletsont ces asso­cia­tions qui appellent à cette marche ou mani­fes­ta­tion qu’ils veulent fes­tive et fami­liale. La marche va par­tir à 10h30 au 4 rue Marie-Jane Pru­vot à André­sy, pour rejoindre l’Hôtel de ville de Car­rières Sous Pois­sy, puis ensuite rejoindre la plaine de l’ile de la Déri­va­tion (Car­rières Sous Pois­sy) (Carte de la marche).

Une oppo­si­tion qui per­dure pour l’environnement

Les asso­cia­tions s’opposent à la déci­sion du dépar­te­ment des Yve­lines, qui a lan­cé le pro­jet d’une route à 2x2 voies sur les com­munes d’Achères, André­sy, Car­rières Sous Pois­sy, Triel sur Seine. La fameuse liai­son RD30/ RD190 qui est aus­si nom­mée la A104bis, d’où le slo­gan. Cette liai­son doit per­mettre le lien entre les auto­routes A15 et A13.
Les asso­cia­tions contestent depuis de nom­breuses années, car le pro­jet est très ancien. En effet, en 2012, une enquête publique fut orga­ni­sée dans le cadre de la demande de décla­ra­tion d’utilité public et déjà à l’époque le Com­mis­saire enquê­teur avait émis un avis défa­vo­rable. Cela n’avait pour­tant pas empê­ché le pré­fet des Yve­lines de pas­ser outre en signant l’arrêté de DUP, comme le rap­pel Denis Millet, Pré­sident du Col­lec­tif Non à l’A104Bis, dans le com­mu­ni­qué de presse du 9 novembre 2023 :
« Les enquêtes publiques per­mettent aux citoyens de s’informer et de s’exprimer sur des pro­jets sus­cep­tibles d’avoir de lourds impacts sur leur envi­ron­ne­ment et leur qua­li­té de vie, mais mal­heu­reu­se­ment l’État, par l’intermédiaire des pré­fets, en a fait de simples actes admi­nis­tra­tifs dénués de toute por­tée. Les avis défa­vo­rables des com­mis­saires enquê­teurs sont rares, sauf peut-être dans cette boucle de Seine, et ils devraient davan­tage être pris en compte par les ser­vices de l’État. Si cela avait été le cas, nous n’en serions pas là aujourd’hui et ce pro­jet serait un mau­vais sou­ve­nir depuis dix ans. »

Ce pro­jet, pour ces asso­cia­tions, est une variante du pro­jet de pro­lon­ge­ment de la Fran­ci­lienne (Pro­jet A104), comme l’explique Chris­tiane Para­vy, Pré­si­dente du C.O.P.R.A 184 :
« «  C’est en octobre 1989 que Michel Rocard, alors Pre­mier Ministre, décide le « Bou­clage de la Fran­ci­lienne » …Mais qui n’est pas un bou­clage ! …et res­sort des car­tons un vieux pro­jet de 1965 : La réa­li­sa­tion d’une jonc­tion par voie rapide à 2 fois une voie entre l’A15 et l’A13. Si aujourd’hui le Rap­port DURON recom­mande de ne pas pré­voir une réa­li­sa­tion du pro­jet avant 2038, quel que soit le scé­na­rio consi­dé­ré et d’en réexa­mi­ner l’opportunité d’ici 2030, il appa­raît évident que le pro­jet du Conseil dépar­te­men­tal est une A104 Bis, avec toutes les nui­sances qu’une telle auto­route est sus­cep­tible de géné­rer en zone urba­ni­sée. »
De plus, rap­pe­lons la réponse toute récente (datant du 24/11/22) du Ministre délé­gué auprès du Ministre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et de la Cohé­sion des ter­ri­toires, char­gé des Trans­ports, suite à la ques­tion écrite d’un séna­teur, au sujet du Pro­lon­ge­ment de la Fran­ci­lienne : « Devant les enjeux envi­ron­ne­men­taux , liés à la pré­sence de milieux sen­sibles et humains très forts […] le Gou­ver­ne­ment sou­haite pri­vi­lé­gier l’optimisation du réseau rou­tier exis­tant et le report des usa­gers vers les trans­ports col­lec­tifs …
 ». »

Du coup, selon ces asso­cia­tion, le pro­jet « ne répond à aucun besoin, est en totale oppo­si­tion aux poli­tiques de déve­lop­pe­ment du ter­ri­toire et pré­sente des impacts dis­pro­por­tion­nés aux enjeux. » Les asso­cia­tions, la plus part de pro­tec­tion de l’environnement, dénoncent un pro­jet d’une autre époque, qui aura des consé­quences désas­treuses sur la qua­li­té de l’air (déjà très dégra­dée), la bio­di­ver­si­té avec la des­truc­tion de plus de 50 espèces pro­té­gées, l’artificialisation des sols, la qua­li­té de vie des habi­tants d’Eragny à Orgeval, la san­té des popu­la­tions et par­ti­cu­liè­re­ment des enfants, et sur l’écoulement de la Seine en cas de crue selon le com­mu­ni­qué.

Le but de la marche…

Le but de la marche est de mon­trer la forte oppo­si­tion de la popu­la­tion et des élus locaux à ce pro­jet. Une oppo­si­tion qui s’appuie, éga­le­ment, sur une péti­tion de plus de 11 000 signa­tures. Des per­son­na­li­tés et des élus seront pré­sents lors de la marche comme M. Tho­mas Brail, figure de proue de la lutte contre l’A69, M. Eddie Aït, Maire de Car­rières-Sous-Pois­sy, M.Lionel Wastl, Maire d’Andrésy, M.Thibault Hum­bert, Maire d’Éragny, Mme Ghis­laine Senée, Séna­trice des Yve­lines et Mme Diey­na­ba Diop, Conseillère régio­nale d’Ile-de-France et adjointe au maire des Mureaux.

Communiqué d’appel à la manifestation en intégralité : Manifeste pour une alternative au projet de liaison routière RD30/RD190 (A104bis)

Le Col­lec­tif Copra 184 et les asso­cia­tions Non au Pont d’Achères, Rives de Seine Nature Envi­ron­ne­ment, ADIV-Envi­ron­ne­ment, Triel Envi­ron­ne­ment et Bien vivre à Ver­nouillet demandent :

• L’abandon du pro­jet rou­tier reliant Achères à Triel-sur-Seine, et donc l’abandon de la liai­son entre l’A13 et l’A15

• Une pro­fonde réflexion rela­tive aux alter­na­tives, afin d’inscrire plei­ne­ment tout pro­jet dans les objec­tifs fran­çais et euro­péens de lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, de pro­tec­tion de la san­té et de l’environnement, et de déve­lop­pe­ment intel­li­gent des ter­ri­toires.

L’inutilité du pro­jet

Selon les affir­ma­tions du Dépar­te­ment des Yve­lines (cf. le dos­sier d’enquête publique de jan­vier 2023), la liai­son rou­tière RD30/RD190 vise­rait à faci­li­ter la cir­cu­la­tion sur l’ensemble de la zone et à flui­di­fier le tra­fic en par­ti­cu­lier sur le pont de Pois­sy.

Pour­tant :
• Le Dépar­te­ment des Yve­lines, por­teur du pro­jet, four­nit des don­nées mon­trant une baisse de la cir­cu­la­tion de plus de 10%, mal­gré une aug­men­ta­tion de la popu­la­tion de 10%, baisse qui s’est sans doute accen­tuée depuis la crise sani­taire (télé­tra­vail, covoi­tu­rage, mobi­li­tés douces …)

• L’étude man­da­tée par le Dépar­te­ment (Etude de tra­fic du cabi­net Egis) indique que la réa­li­sa­tion de cette liai­son rou­tière entraî­ne­ra un fort accrois­se­ment de la cir­cu­la­tion dans la zone et, à terme (esti­mé à 2032), un engor­ge­ment total du réseau rou­tier avec une forte aug­men­ta­tion du tra­fic sur tout le sec­teur, y com­pris sur le pont de Pois­sy.
Il appa­raît donc clai­re­ment que cette liai­son rou­tière aurait des consé­quences pré­ci­sé­ment inverses à l’objectif recher­ché.

Les impacts du pro­jet

Les impacts envi­ron­ne­men­taux de ce pro­jet sont impor­tants :

• Une impor­tante aug­men­ta­tion des émis­sions de pol­luants issus du tra­fic rou­tier (oxydes d’azote, par­ti­cules fines), alors même que l’Europe tente de décli­ner une poli­tique de pro­tec­tion de la san­té par des objec­tifs ambi­tieux ins­crits dans la direc­tive “qua­li­té de l’air” dont la révi­sion se clô­ture

• Une forte hausse des émis­sions de gaz à effet de serre, alors même que la France a éri­gé la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique en prio­ri­té natio­nale, notam­ment par la Stra­té­gie Natio­nale Bas Car­bone

• Une perte de bio­di­ver­si­té notable, alors même que la France a tra­duit son enga­ge­ment au titre de la conven­tion sur la diver­si­té bio­lo­gique par une Stra­té­gie Natio­nale Bio­di­ver­si­té 2030 et que l’Europe a fait de même par la stra­té­gie de l’UE en faveur de la bio­di­ver­si­té à l’horizon 2030

• Une arti­fi­cia­li­sa­tion des sols sur tout le tra­cé du pro­jet, alors même que la France tente de décli­ner dans les ter­ri­toires son objec­tif légis­la­tif de Zéro Arti­fi­cia­li­sa­tion Nette

• D’autres impacts inhé­rents aux infra­struc­tures : bruit, pol­lu­tion visuelle. Il appa­raît donc clai­re­ment que ce pro­jet va à l’encontre de tous les objec­tifs fran­çais et euro­péens de pro­tec­tion de la san­té et de l’environnement et de lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique.

Un bud­get à réorien­ter

Le coût des tra­vaux, récem­ment rééva­lué à 200M€, pour­rait être attri­bué à des infra­struc­tures de mobi­li­tés douces, à des trans­ports alter­na­tifs à la route, et donc à des pro­jets d’aménagement intel­li­gent du ter­ri­toire.

La liai­son rou­tière RD30/RD190 :

• Ne répond à aucun besoin

• S’inscrit en totale oppo­si­tion aux poli­tiques de déve­lop­pe­ment des ter­ri­toires

• Pré­sente des impacts envi­ron­ne­men­taux dis­pro­por­tion­nés aux enjeux.

Il est aujourd’hui néces­saire de stop­per ce pro­jet !

 

RÉSERVEZ VOTRE PANIER DU MARCHÉ (FERME DE TORCHY) A RETIRER LE VENDREDI OU LE SAMEDI AU RELAIS JOURNAL DES DEUX RIVES 76 RUE PAUL DOUMER À TRIEL !

RÉSERVATION
LES MARDI & MERCREDI
PAR SMS AU 07 67 53 45 63
RENS AU 06 79 69 51 50

Share This
Verified by MonsterInsights