Actualités

Débat autour de GPS&O à La Péniche de Triel : “La pression fiscale est-elle une fatalité intercommunale ?” (Webtélé2r)

Jeu­di 17 novem­bre 2022 à 20 h, s’est tenue à La Péniche de Triel-Sur-Seine, à l’initiative du Col­lec­tif Citoyen GPSEO et encadrée par le Jour­nal des Deux Rives, une con­férence-débat autour GPS&O…

lire plus

Vue à la fenêtre
à Chanteloup-les-Vignes

par | 24 mai 2020 | Chanteloup-les-Vignes, Cul­ture

La Com­pag­nie des Con­traires veut attein­dre toutes les fenêtres du quarti­er de la Noë à Chanteloup-les-Vignes pen­dant le connfinement.(DR)

La Com­pag­nie des Con­traires a tou­jours été fidèle aux habi­tants de la ville de Chanteloup-les-Vignes. En cette péri­ode de con­fine­ment, c’est donc un grand plaisir pour son équipe de se déplac­er sous les fenêtres des habi­tants pour leur souhaiter une belle journée avec de l’art circassien.

Une nou­velle com­plic­ité se met en place. Cet amour sans lim­ites que la Com­pag­nie des Con­traires a tou­jours man­i­festé aux enfants chantelou­vais est présent, comme les fleurs du print­emps rev­enues pour nous dire com­bi­en la nature nous aime.

Comme le temps n’existe plus et que nous ne sommes plus oblig­és de courir der­rière ou de voir le temps courir der­rière nous, les gens peu­vent enfin se pencher aux fenêtres pour admir­er inlass­able­ment les jeux des artistes heureux d’observer les enfants qui les regardent.

Par­fois, il y a des familles entières : ils sont trois, qua­tre enfants, le père, la mère, la grand-mère, tous avec le vis­age col­lé à la fenêtre ou écrasé con­tre les grandes baies vit­rées comme s’ils étaient dans des aquariums.

Quand la com­pag­nie arrive, c’est vrai­ment un moment impor­tant pour eux et pour elle : un bol d’art créatif qui change la rou­tine de la journée. L’ac­tion Par la fenêtre nour­rit l’imaginaire des habi­tants et favorise un nou­veau dia­logue avec les familles con­finées pour apporter autre chose que les émis­sions de TV. C’est une par­en­thèse dans le con­fine­ment, comme si une mémoire com­mune venait s’installer au sein de la famille.

Ces habi­tants qui cri­ent, tapent des mains, chantent, appel­lent les artistes, applaud­is­sent, mon­trent que le lien est là ; le lien social c’est cela, aller vers les autres, avant tout être sur le ter­rain, con­quérir le ter­ri­toire avec eux et apporter ces petits bouts de bon­heur, ces gouttes d’eau qui fer­ont ger­mer de belles plantes.

La mai­son mère de la Com­pag­nie des Con­traires a tou­jours été la rue. C’est aus­si la pas­sion de sa fon­da­trice et direc­trice artis­tique, Neusa Thomasi, brésili­enne, qui a com­mencé son tra­vail dans les zones périphériques de son pays à l’âge de 18 ans. Sa pas­sion ne l’a jamais quit­tée : ce qu’elle aime c’est le bras­sage, l’humanité, les gens tout court. Peu importe leur couleur, leur nation­al­ité, leur croy­ance, leur poids ; avant tout, elle aime être là, au moment présent face à quelqu’un, dis­cuter, regarder, sourire, et apporter ses gestes pleins d’amour et de bien­veil­lance qui l’habitent depuis toujours.

Cette action Par la fenêtre fait redé­cou­vrir Chanteloup-les-Vignes. Le renou­velle­ment urbain pen­dant le print­emps a deux par­tic­u­lar­ités, le silence et les places vides de monde. C’est une toute autre ville. Les pâquerettes envahissent les pelous­es, elles sont heureuses cette année, car l’espace vert n’est pas venu leur grig­not­er les pétales. Les oiseaux chantent partout, les arbres sont en fleurs, la ville est verte. Un vrai plaisir. À vrai dire, Chanteloup-les-Vignes est une belle ville !

Le lance­ment de l’action Par la fenêtri cor­re­spond à la Journée de la Rue Con­fine­ment. Sa direc­trice artis­tique, Neusa Thomasi, a mis en place à dis­tance une série de numéros de cirque joués par des artistes renom­més qui seront présen­tés en bas de immeubles de la ville de Chanteloup-les-Vignes.

La petite troupe d’artistes est com­posée de deux à trois artistes sou­vent con­finés ensem­ble ou des cou­ples d’artistes. Ils appor­tent au quo­ti­di­en aux enfants et aux habi­tants de la cité de la Noé un moment mag­ique afin de con­serv­er le lien de con­fi­ance et dévelop­per la cul­ture pour tous pen­dant la péri­ode de confinement.

À ces fins, la direc­trice artis­tique a pris toutes les mesures néces­saires pour le confinement.

Le cir­cuit des présen­ta­tions de l’action Par la fenêtre sera affiché, quo­ti­di­en­nement, sur la page Face­book et le site Inter­net de la Com­pag­nie des Contraires.

La com­pag­nie compte touch­er l’ensemble de la pop­u­la­tion de la cité de la Noé avant le 11 mai.

Dans des péri­odes de crise comme celle que nous vivons, un artiste engagé doit vrai­ment porter un souf­fle d’invention. Il doit sans cesse se deman­der com­ment inven­ter le nou­veau, com­ment inven­ter le lende­main, un futur qui n’existait pas hier. Il doit trou­ver la faille dans l’impossible, il doit être prêt à agir et à aller de l’avant.

Il serait vrai­ment dom­mage qu’après cette crise, la société et les poli­tiques aient envie de recon­duire le monde tel qu’il était aupar­a­vant, ce qui sem­ble impos­si­ble à cette heure. Les artistes engagés doivent essay­er de trou­ver une nou­velle façon de penser ; c’est avec leur force que nous pour­rons inven­ter un nou­veau monde. Ce sera pos­si­ble si les poli­tiques et le gou­verne­ment acceptent de com­pren­dre la pen­sée des artistes.