Actualités

Débat autour de GPS&O à La Péniche de Triel : “La pression fiscale est-elle une fatalité intercommunale ?” (Webtélé2r)

Jeu­di 17 novem­bre 2022 à 20 h, s’est tenue à La Péniche de Triel-Sur-Seine, à l’initiative du Col­lec­tif Citoyen GPSEO et encadrée par le Jour­nal des Deux Rives, une con­férence-débat autour GPS&O…

lire plus

Triel et sa politique : la discorde s’installe (durablement ?)

par | 16 novem­bre 2022 | Poli­tique, Triel-sur-Seine

L’in­stal­la­tion du nou­veau pou­voir à Triel-sur-Seine s’é­tait bien opérée. Que s’est-il passé ensuite ? (J2R)

En juil­let 2020, une nou­velle équipe munic­i­pale avait pris le pou­voir à Triel-sur-Seine ; tant de choses restaient à faire et beau­coup le restent mais la con­fi­ance s’est éva­porée au sein de la majorité pour laiss­er la place à la dis­corde, comme autrefois !

Le ton a été don­né par le maire de Triel-sur-Seine, Cédric Aoun, chez nos con­frères de La Gazette en Yve­lines(1), le 16 novem­bre : “Je ne démis­sion­nerai pas !”.  Le con­texte actuel mérite un retour en arrière :  à l’is­sue d’une belle cam­pagne élec­torale, en 2019 et 2020, une jeune équipe avait gag­né haut la main ; dans le cadre d’un pro­gramme “osé” et sin­guli­er qui cher­chait à “sécuris­er la ville” dans tous ses aspects, elle avait pro­posé deux grands pro­jets, l’amé­nage­ment du cen­tre-ville et la réal­i­sa­tion d’un équipement sportif dans le parc munic­i­pal. La nou­velle majorité avait tout pour met­tre en place une gou­ver­nance “pour tous les Triel­lois”, même si cer­tains avaient des doutes sur le car­ac­tère “col­lé­gial” de Cédric Aoun.

En tout cas, le nou­veau maire de Triel-sur-Seine a voulu aller vite pour régler toute une série de prob­lèmes de la ville qui s’é­taient accu­mulés pen­dant vingt ans en matière d’ur­ban­isme, de cir­cu­la­tion, d’équipement publics et de sécu­rité etc. De plus, il a “sur­pris tous” par l’achat d’un bus élec­trique (mal­gré le fait que la com­mune ne s’é­tait pas con­certée avec l’au­torité organ­isatrice des trans­ports) et il a rédy­namisé les bor­ds de Seine en dévelop­pant l’événe­men­tiel, éphémère ou saisonnier.

Cepen­dant, un fonc­tion­nement démoc­ra­tique restait à être instal­lé. Deux ans et qua­tre mois plus tard, neuf élus de la majorité(2) se sont ajoutés aux trois pre­miers dis­si­dents de 2021 pour dénon­cer le mode de gou­ver­nance munic­i­pale : “Ges­tion auto­cra­tique, manque de con­cer­ta­tion, man­age­ment déplorable (du per­son­nel munic­i­pal) et un mépris envers des con­seillers” de l’op­po­si­tion.  Pire, Yvon Roscan­vol, con­seiller minori­taire, a fait part, le 9 novem­bre, de “la dégra­da­tion du cli­mat social” à la mairie : “Le cli­mat social s’est pro­gres­sive­ment dégradé au sein du per­son­nel munic­i­pal, avec des risques psy­choso­ci­aux aujourd’hui avérés : stress, con­flits internes, har­cèle­ment moral… Le préfet a inter­pelé le maire de Triel sur cette dérive et sur l’absence de réu­nion du CHSCT depuis 2 ans et demi.” Toute­fois, le maire a réfuté en bloc ces affir­ma­tions : “C’est un dossier vide.”, a‑t-il souligné dans les colonnes de 78 Actu, dans son édi­tion du 16 novem­bre 2022.

Il affirme qu’il s’ag­it d’une cabale mon­tée con­tre lui et con­tre la direc­trice générale des ser­vices qui “est assez cash” et gère d’une manière très directe. En out­re, il se dit vic­time d’un chan­tage poli­tique de la part des “neuf fron­deurs”. Ce con­flit ouvert pour­rait être le début d’une péri­ode de dis­corde, au détri­ment du bon fonc­tion­nement de la ville. Le 18 octo­bre dernier, dix-huit élus, dont neuf de la majorité actuelle, ont demandé la tenue d’une réu­nion extra­or­di­naire du con­seil munic­i­pal, comme la loi le per­met. Le maire a prévu une réu­nion ordi­naire du con­seil munic­i­pal, le 28 novem­bre 2022.

Un fait poli­tique majeur est évi­dent : la con­fi­ance n’ex­iste plus entre une par­tie de la majorité et le maire. Les élus minori­taires (six du groupe Bien vivre à Triel et trois de Triel Autrement) ne vont pas man­quer de lui ren­dre la vie encore plus dure. La dis­corde a tri­om­phé à Triel-sur-Seine, créant une sit­u­a­tion chao­tique durable, que per­son­ne n’avait prévue.

Notes

1. La Gazette en Yve­lines, “Le con­seil munic­i­pal se fis­sure sur la ges­tion de la Ville”, édi­tion du 16 novem­bre 2022.

2. Les adjoints au maire, Valérie Duval, Cather­ine Evano, Bérangère Voil­lot, Marc Fontaine, Valérie Lenor­mand, et les con­seillers munic­i­paux délégués, Pamela Bou­quet-Maire, Fer­nan­do Mendes, Flo­rant Béquignon, Aman­dine Benoist.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)