Actualités

Projet de pont entre Achères et Carrières : les associations se mobilisent le 13 et le15 janvier 2023

par | 11 jan­vi­er 2023 | Achères, Andrésy, Car­rières-sous-Pois­sy, Chanteloup-les-Vignes, Com­mu­niqués, Con­flans-Sainte-Hon­orine, Mobil­ité, Triel-sur-Seine, Vie asso­cia­tive

L’Appel à man­i­fester de l’association “Non au pont d’Achères” (DR)

Vendre­di 13 et Dimanche 15 jan­vi­er 2023, plusieurs asso­ci­a­tions appel­lent à la mobil­i­sa­tion con­tre le pro­jet de 4 voies du départe­ment des Yve­lines, dont l’association « Non au Pont d’Achères » qui a émis le tract qui sert d’il­lus­tra­tion à cet arti­cle. Une man­i­fes­ta­tion à par­tir de 11h à Achères (lieu exact : la RD30, au rond point de la rue du 8 Mai 1945) et une réu­nion publique est organ­isée égale­ment le ven­dre­di 13 jan­vi­er, tou­jours, à Achères, à la  Salle Bus­sières à 20h30. Ces infor­ma­tions, le jour­nal vous les a don­nées le 5 jan­vi­er dernier. Ces actions sont en lien avec l’en­quête publique envi­ron­nemen­tale, qui a été lancée depuis décem­bre 2022 et qui prend fin le 20 jan­vi­er 2023. Voici le com­mu­niqué des asso­ci­a­tions qui appel­lent à ces actions qui fait un point sur ces dernières mais aus­si sur la situation.

Pro­jet de pont entre Achères et Car­rières : Les asso­ci­a­tions de pro­tec­tion de l’environnement appel­lent à une mobil­i­sa­tion le 15 jan­vi­er à 11h00

Le Con­seil départe­men­tal des Yve­lines ambi­tionne de créer une 2x2 voies qua­si-autoroutières, dont un pont, entre Achères et Car­rières (78), mais les asso­ci­a­tions de
pro­tec­tion de l’environnement ne l’entendent pas de cette oreille et dénon­cent un pro­jet d’une autre époque, qui aura des con­séquences désas­treuses sur la qual­ité de l’air (déjà très dégradée) et sur l’écoulement de la Seine en cas de crue.
Alors que l’enquête publique se déroule jusqu’au 20 jan­vi­er, plusieurs asso­ci­a­tions écol­o­gistes appel­lent à bat­tre le pavé lors d’une man­i­fes­ta­tion qui se déroulera dans la bonne humeur le : DIMANCHE 15 JANVIER 2023 À ACHÈRES

Le cortège par­ti­ra à 11h00 du rond-point situé à l’intersection de la RD30
et de la rue du 8 mai 1945, pour rejoin­dre l’Hôtel de ville d’Achères, place Grosskrotzenburg.

Une réu­nion publique est aus­si organ­isée afin d’apporter au pub­lic les élé­ments de com­préhen­sion de ce pro­jet et de ses con­séquences humaines et environnementales

VENDREDI 13 JANVIER 2023 À ACHÈRES – 20h30
La réu­nion publique se tient Salle Bus­sière, 68 rue Georges Bourgoin.

Un pro­jet qui aurait dû être aban­don­né depuis 10 ans !

Si une enquête publique se déroule actuelle­ment, ce n’est pas la pre­mière rel­a­tive à ce pro­jet routi­er. En effet en 2012 une enquête publique avait été organ­isée dans le cadre de la demande de déc­la­ra­tion d’utilité pub­lic et déjà à l’époque le Com­mis­saire-enquê­teur avait émis un avis défa­vor­able. Cela n’avait pour­tant pas empêché le préfet des Yve­lines de pass­er out­re en sig­nant l’arrêté de DUP, comme le rap­pelle Denis Mil­let, Prési­dent de « Non au pont d’Achères » :
« Les enquêtes publiques per­me­t­tent aux citoyens de s’informer et de s’exprimer sur des pro­jets sus­cep­ti­bles d’avoir de lourds impacts sur leur envi­ron­nement et leur qual­ité de vie, mais mal­heureuse­ment l’État, par l’intermédiaire des préfets, en a fait de sim­ples actes admin­is­trat­ifs dénués de toute portée. Les avis défa­vor­ables des com­mis­saires enquê­teurs sont rares, sauf peut-être dans cette boucle de Seine, et ils devraient davan­tage être pris en compte par les ser­vices de l’État. Si cela avait été le cas, nous n’en seri­ons pas là aujourd’hui et ce pro­jet serait un mau­vais sou­venir depuis dix ans. »

Une autoroute « A104 Bis »

Ce pro­jet routi­er de 2x2 voies est en réal­ité une vari­ante du pro­jet de bouclage Pro­longe­ment de la Fran­cili­enne (Pro­jet A104), comme l’explique Chris­tiane Par­avy, Prési­dente du C.O.P.R.A 184 :
« C’est en octo­bre 1989 que Michel Rocard, alors Pre­mier Min­istre, décide le « Bouclage de la Fran­cili­enne » …Mais qui n’est pas un bouclage ! …et ressort des car­tons un vieux pro­jet de 1965 : La réal­i­sa­tion d’une jonc­tion par voie rapi­de à 2 fois une voie entre l’A15 et l’A13. Si aujourd’hui le Rap­port DURON recom­mande de ne pas prévoir une réal­i­sa­tion du pro­jet avant 2038, quel que soit le scé­nario con­sid­éré et d’en réex­am­in­er l’opportunité d’ici 2030, il appa­raît évi­dent que le pro­jet du Con­seil départe­men­tal est une A104 Bis, avec toutes les nui­sances qu’une telle autoroute est sus­cep­ti­ble de génér­er en zone urban­isée. »

De plus, rap­pelons la réponse toute récente (datant du 24/11/22) du Min­istre délégué auprès du Min­istre de la Tran­si­tion écologique et de la Cohé­sion des ter­ri­toires, chargé des Trans­ports, suite à la ques­tion écrite d’un séna­teur, au sujet du Pro­longe­ment de la Fran­cili­enne  : « Devant les enjeux envi­ron­nemen­taux , liés à la présence de milieux sen­si­bles et humains très forts […] le Gou­verne­ment souhaite priv­ilégi­er l’optimisation du réseau routi­er exis­tant et le report des usagers vers les trans­ports collectifs …».

Un amé­nage­ment à con­tre-courant des enjeux écologiques

Ce pro­jet, dont les pre­mières études remon­tent à 2008, est l’illustration par­faite de la vieille poli­tique d’aménagement dont souf­fre les Yve­lines et qui s’inscrit en décalage total des objec­tifs envi­ron­nemen­taux aux­quels nous devons sat­is­faire, comme l’explique
Kevin Denis, Prési­dent de l’association Sequa­na :
« Après la crise du Covid, et en pleine crise énergé­tique et cli­ma­tique, cha­cun d’entre- nous a pris con­science de la néces­sité de chang­er nos modes de mobil­ités. Mal­heureuse­ment cette prise de con­science ne sem­ble pas avoir opéré chez les élus du Con­seil départe­men­tal, qui en pour­suiv­ant cette poli­tique du « tout routi­er » mon­trent leur inca­pac­ité à appréhen­der les enjeux de notre société et les réels besoins de notre ter­ri­toire.
L’arrêt de la Cour de jus­tice de l’Union européenne du 24 octo­bre 2019, con­damnant la France pour non-respect de la direc­tive 2008/50/CE rel­a­tive à la qual­ité de l’air ambiant démon­tre le décalage entre urgence envi­ron­nemen­tale et action publique.
 »

Villes rich­es con­tre villes pauvres ?

Le pro­jet routi­er du Con­seil départe­men­tal, mal­gré toutes les nui­sances qu’il génèr­era, est pour­tant soutenu par cer­tains maires yveli­nois, comme Jacques Myard (Maisons-Laf­fitte), Arnaud Péri­card (Saint-Ger­main-En-Laye) ou encore San­drine Dos San­tos (Pois­sy) et l’explication est toute trou­vée pour Antho­ny Effroy (ou celui qui osera), Prési­dent de Rives de Seine Nature Envi­ron­nement :
«  Les élus de ces com­munes voient en ce tronçon routi­er l’occasion de réduire le traf­ic
sur leur ter­ri­toire, mais ils font fausse route. Con­traire­ment à ce qu’affirment le Départe­ment, ce pont n’améliorera pas la cir­cu­la­tion, mais sera en réal­ité un aspi­ra­teur à voitures qui vien­dra sat­ur­er tout le réseau routi­er du secteur, car cela va créer un TRAFIC INDUIT, comme l’ont démon­tré de mul­ti­ples organ­ismes sci­en­tifiques, tels l’ADEME, le CEREMA et l’Autorité envi­ron­nemen­tale. Cela est prou­vé, depuis de nom­breuses années. C’est le « Para­doxe de Braess ».
Tout ça pour quoi ? Amélior­er la qual­ité de vie déjà très con­fort­able des habi­tants des com­munes de Maisons-Laf­fitte et Saint-Ger­main-En-Laye au détri­ment des habi­tants de com­munes moins priv­ilégiées et subis­sant déjà de fortes nui­sances ?Les habi­tants d’Achères, d’Andrésy, de Chanteloup, de Car­rières-sous-Pois­sy et de Triel ont le droit comme chaque français de vivre dans un envi­ron­nement sain.
Nous pou­vons com­pren­dre que des maires agis­sent pour réduire le traf­ic dans leurs com­munes, mais pas si cela doit se faire au détri­ment de l’environnement et de tout un bassin de pop­u­la­tion. Ce pont n’est pas la solu­tion et nous en appelons à la respon­s­abil­ité et à la con­science écologique de cha­cun. 
»

Les Asso­ci­a­tions appel­lent tous les citoyens des com­munes d’Achères, Pois­sy, Andrésy, Car­rières-sous-Pois­sy, Chanteloup-les-Vignes, Triel-sur-Seine et de Con­flans Sainte Hon­orine à se mobilis­er pour être nom­breux lors de la marche du 15 jan­vi­er.
De nom­breux pro­jets ont pu être empêchés grâce à la mobil­i­sa­tion citoyenne.

Pour le pont d’Achères c’est main­tenant qu’il faut agir !

Asso­ci­a­tions sig­nataires de l’appel :
ADIV Envi­ron­nement
Bien Vivre à Vernouil­let
C.O.P.R.A 184
Non au Pont d’Achères
Rives de Seine Nature Envi­ron­nement
Sequa­na Col­lec­tif Citoyen
Triel Envi­ron­nement

 

 

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)