Actua­li­tés

Pro­gres­si­ve­ment, un retour à la nor­male pour les mar­chés ouverts

par | 19 mai 2020 | Éco­no­mie

Un com­mer­çant heu­reux de vous retrou­ver au mar­ché de Verneuil-sur-Seine. (J2R).

Le mot « décon­fi­ne­ment » fait par­tie du voca­bu­laire actuel. D’une manière pra­tique, le retour aux mar­chés ouverts heb­do­ma­daires révèle qu’un retour à la nor­male s’ef­fec­tue pro­gres­si­ve­ment. Voi­ci un rapide compte-ren­du de l’é­tat des mar­chés à André­sy et à Verneuil-sur-Seine, tout en fai­sant un clin d’œil aux com­mer­çants du Centre com­mer­cial Val-de-Seine et de Ver­nouillet.

Depuis la fin du confi­ne­ment, l’ou­ver­ture ou non des mar­chés sert de para­mètre pour savoir si les acti­vi­tés quo­ti­diennes se nor­ma­lisent. La Ville d’An­dré­sy était la pre­mière à ouvrir son mar­ché le 9 mai 2020. Certes, l’at­tente a été longue pour les com­mer­çants et les habi­tants, mais il était indis­pen­sables de suivre avec rigueur les mesures sani­taires sui­vantes : une per­sonne par famille, le port du masque obli­ga­toire, la pré­co­ni­sa­tion du gel hydro­al­coo­lique, l’es­pa­ce­ment de quatre mètre entre deux com­mer­çants… De plus, le nombre de per­sonnes était limi­té à cent per­sonnes sous la halle cou­verte. La police muni­ci­pale a contrô­lé d’une manière sym­pa­thique le flux des per­sonnes. Enfin, il fal­lait un flé­chage afin de ne pas arri­ver face à une autre per­sonne. En liai­son avec le pré­sident des com­mer­çants du mar­ché, Tan­guy Her­lange, Frank Petit, char­gé de mettre en place cet ensemble d’ou­tils, a été très satis­fait du bon dérou­le­ment du mar­ché après les deux séances (les mer­cre­di 9 et same­di 16 mai) : « Tout le monde a joué le jeu et le mar­ché est de retour ! »

En paral­lèle, la Ville de Verneuil-sur-Seine a aus­si rem­pli les condi­tions pour rou­vrir son mar­ché heb­do­ma­daire qui se tient les mer­cre­dis et dimanches. Le retour pro­gres­sif a eu lieu le mer­cre­di 9 mai et le dimanche 17 mai, sous un soleil radieux. Tout le monde sem­blait être en vacances et parais­sait très déten­du. Pas de stress !

Cha­cun des com­mer­çants a rap­pe­lé les gestes bar­rières à res­pec­ter : suivre le sens du flux et, sur­tout, ne pas tou­cher les pro­duits ali­men­taires. De toute façon, les habi­tués du mar­ché ont sui­vi les consignes sans trop d’en­combres. Il fai­sait si chaud et agréable que cer­tains, dont le maire de Verneuil, Philippe Tautou, ont pris le temps de conver­ser. M. Tautou, fai­sait-il ses adieux ? Nul ne le sau­ra.

En outre, les empla­ce­ments étaient emplis de fruits et légumes, de pois­sons, de plats pré­pa­rés que les clients ne se las­saient pas de regar­der comme des gamins ayant à choi­sir leur pro­chain jouet de Noël. C’é­tait mer­veilleux à voir.

Tout le monde était agréable et deman­dait des nou­velles de son voi­sin. On ne peut que consta­ter le rôle et la place des mar­chés dans le quo­ti­dien : ils ne seront jamais rem­pla­cés par l’a­chat en drive ou par Inter­net. Il s’a­git d’é­chan­ger et de vivre encore sous le même toit, le ciel bleu.

Les com­merces ont aus­si été rou­verts dans les com­munes de Triel, de Verneuil-sur-Seine et de Ver­nouillet. Voi­ci un échan­tillon de pho­tos, suite à notre pho­to­re­por­tage :

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Com­mu­ni­qués & brèves

Share This