Actualités

Collège Jean-Zay à Verneuil : apprendre dans le chaos

par | 29 février 2024 | Tri­bunes, Ver­neuil-sur-Seine

Des élèves du col­lège Jean-Zay à Ver­neuil atten­daient en vain afin de pou­voir ren­trer pour apprendre… sauf que le lieu n’est plus sûr et l’in­for­ma­tion ne cir­cule plus. (DR)

Ben est un élève du col­lège Jean-Zay de Ver­neuil-sur-Seine et il vient de nous livrer son vécu de l’in­té­rieur lors des évé­ne­ments au col­lège ver­no­lien et ses dys­fonc­tion­ne­ments récents les 27 et 28 février 2024. Voi­ci le récit de Ben.

Je pense qu’il est impor­tant de com­men­cer mon récit par le lun­di 26 février 2024, à la reprise des cours car il n’y avait pas de chauf­fage dans le col­lège, hor­mis dans les bureaux de la direc­tion, dixit mon pro­fes­seur de phy­sique-chi­mie (avant les vacances sco­laires il me semble qu’il y avait du chauf­fage).

Toute la jour­née du lun­di les pro­fes­seurs de ma classe nous ont auto­ri­sé à gar­der nos man­teaux, chose que je n’ai pas fait per­son­nel­le­ment par poli­tesse, et j’ai eu froid toute la jour­née du lun­di, même notre pro­fes­seur de phy­sique chi­mie a allu­mé des becs bun­sens élec­triques qu’elle avait à dis­po­si­tion dans sa classe pour essayer de réchauf­fer la pièce.

Le mar­di matin, comme j’ai eu 2 heures d’EPS, je ne peux pas dire si le chauf­fage a été réta­bli. Mais ensuite, il y a eu la récréa­tion du matin de 10H20 jusqu’à 10H40, l’heure à laquelle nous les élèves de 3emes devons mon­ter tout seul dans nos salles de classe res­pec­tives, contrai­re­ment aux autres niveaux qui doivent attendre leur pro­fes­seur dans leurs rangs.

Lorsque je suis mon­té avec mes cama­rades de classe au 3eme étage du bâti­ment prin­ci­pal, nous avons atten­du une dizaine de minute notre pro­fes­seur d’anglais qui ne sem­blait pas venir. Par suite, quelques élèves sont des­cen­dus en vie sco­laire pour deman­der si notre pro­fes­seur était pré­sente ou pas, ils sont ensuite remon­tés pour nous annon­cer qu’aucun élève et pro­fes­seur n’é­taient mon­tés en cours. Toute la classe est donc des­cen­du, direc­tion la cours de récréa­tion sauf moi et 3 autres élèves qui ont regar­dé sur la tablette qu’on nous a prê­té l’année der­nière, outils de tra­vail pour aller sur PRONOTE (1) et avons consta­té que notre pro­fes­seur été affi­ché comme pré­sent, nous sommes donc des­cen­du pour retrou­ver nos amis afin de leur deman­der s’ils avaient plus d’informations. Mal­heu­reu­se­ment, ils n’en savaient pas plus.

Pen­dant une dizaine de minute, on nous a lais­sé sans infor­ma­tions et des rumeurs ont com­men­cé à cir­cu­ler, comme une intru­sion ou encore une alerte à la bombe, ce qui n’était rien de tout ça, jusqu’à ce qu’on nous demande de nous ran­ger par classe pour nous infor­mer que les outils de sécu­ri­té comme les alarmes pour pré­ve­nir d’un dan­ger, un incen­die ou encore une intru­sion étaient défaillants et que les pro­fes­seurs ne vou­laient plus assu­rer les cours pour notre sécu­ri­té dans ces condi­tions.

(En effet, ça fait un petit moment que les portes coupe-feu ne s’aimantent plus et ne res­tent pas ouverte et se ferment auto­ma­ti­que­ment. Du coup, on se les prend sou­vent en pleine face.)

Il fal­lait donc attendre le ver­dict du prin­ci­pal M. Bena­mer, qui n’était pas au col­lège à ce moment-là, pour savoir si on pou­vait être libé­rer pour ren­trer chez nous.

Pour nous faire patien­ter, un seul sur­veillant a essayé de nous diver­tir en dan­sant sur une musique.  On a ensuite atten­du dehors dans le froid. Les externes ont pu sor­tir à 11H35 à l’exception de ceux qui devaient de base finir à 12H30 (ceux-là sont res­ter dans la cour à attendre une heure de plus).

Moi étant demi-pen­sion­naire, je suis res­té pour man­ger à la can­tine et j’ai pu (par chance) être par­mi les pre­miers à pas­ser dans la file d’at­tente de la can­tine. On a pu voir des élèves taper sur la porte de la can­tine pour pou­voir pas­ser, les can­ti­niers ont alors ouvert les fenêtres et ont dit qu’il fal­lait un sur­veillant pour aller au réfec­toire. Des élèves sont donc allés cher­cher un sur­veillant, mais à ce moment-là quelqu’un a dit que l’on pou­vait sor­tir, du moins c’est ce que j’ai cru entendre et qua­si tous les élèves sont par­tis à ce moment-là. Un de mes amis m’a deman­dé de gar­der sa place pour qu’il aille voir si cela été vrai. Fina­le­ment, c’é­tait une mau­vaise infor­ma­tion car aucun demi-pen­sion­naire ne pou­vait sor­tir. Tous les élèves se sont donc empres­sés de reve­nir dans la file, pous­sant tous les autres qui atten­daient déjà (je ne savais plus si on était dans une école ou dans un zoo). Comme j’ai eu de la chance, j’ai pu déjeu­ner et me dépê­cher pour pou­voir sor­tir à 13H05, heure à laquelle les demi-pen­sion­naires peuvent sor­tir ou ren­trer du col­lège. Mais nous n’é­tions pas les seuls à avoir eu cette idée-là.

Des amis m’at­ten­daient der­rière le por­tail pour savoir s’il y aurait cours l’après-midi (les externes n’ont eu aucune infor­ma­tion offi­cielle à ce sujet). Un sur­veillant est venu au por­tail pour nous dire que fina­le­ment, ils ne pou­vaient pas nous lais­ser sor­tir avant 14H et un de mes amis qui atten­dait dehors m’a deman­dé de ques­tion­ner des pro­fes­seurs qui était en train d’écrire sur des ban­de­roles des mes­sages « DROIT DE RETRAIT », « ELEVES EN DANGER » qu’ils ont atta­ché devant le col­lège.

Le pro­fes­seur que j’ai ques­tion­né m’a répon­du qu’il n’y aurait sur­ement pas cours l’après-midi et moi qui pen­sait que c’était une grève, j’ai fina­le­ment appris qu’il s’agissait d’un droit de retrait.

A 14H05, nous avons pu enfin sor­tir mais je tiens à pré­ci­ser qu’un sur­veillant nous a dit de ren­trer chez nous et de ne pas res­ter dans la rue et de pas for­mer de groupe devant le col­lège (cer­tai­ne­ment pour évi­ter les attrou­pe­ment) et que nos parents étaient infor­més. Ma mère n’a reçu que l’in­for­ma­tion vers 15h par mail, soit 1h après notre sor­tie.

Ce matin, mer­cre­di 28 février 2024, on nous a deman­dé de venir à 08H25 pour savoir si on avait cours aujourd’hui, on nous a dit sur PRONOTE qu’ils enver­raient un mes­sage à 08H25 (heure à laquelle com­mence les cours) le mes­sage n’a jamais été envoyé et ma mère n’a jamais rien reçu de toute la jour­née. Ensuite l’après-midi, ma classe devait avoir le PSC1 à 13H (pré­ven­tion et secours publique de niveau 1), quand je suis arri­vé avec un ami ont étés 3 à attendre l’arrivée du pro­fes­seur devant le col­lège, après plus d’une dizaine de minute et lorsque des pro­fes­seurs sont sor­tis du col­lège on leur a deman­dé si le PSC1 été main­te­nu et appa­rem­ment non, puis on est res­té un peu pour dis­cu­ter entre nous et le prin­ci­pale adjoint est sor­tie et il nous a annon­cé qu’il avait com­plè­te­ment oublié de nous pré­ve­nir qu’il n’y aurait pas le PSC1, alors que le mar­di j’avais deman­dé au prin­ci­pale si le PSC1 été main­te­nu il m’avait dit oui.

Tout cela pour vous dire le manque de com­mu­ni­ca­tion de la direc­tion, tout en nous pre­nant pour des girouettes. A cela, je pré­cise que ce soir nous avons été infor­més que nous n’irons pas en cours ce jeu­di.

Texte aché­vé le 28 février 2024

Note
1. Une appli­ca­tion qui nous per­met de voir nos devoirs ou nous infor­mer de cer­tains évé­ne­ments, pro­fes­seurs absent ou chan­ge­ment de plan­ning, etc ….

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Share This
Verified by MonsterInsights