Actua­li­tés

Véri­tés, men­songes, pro­messes, arran­ge­ments … cher­chez l’erreur !

par | 13 juin 2020 | Poli­tique, Triel-sur-Seine

De g. à d. : Cédric Aoun, liste Triel c’est vous, Sophie Keri­gnard, liste Triel autre­ment, et Jonas Mau­ry, liste Triel a du talent (mon­tage DR).

La déma­go­gie, du grec demos = peuple et ago = conduire, est une mau­vaise habi­tude poli­tique qui désigne ceux qui flatte la mul­ti­tude par des intrigues sour­noises et des dis­cours flat­teurs en appe­lant aux pas­sions du moment. Contre toute rai­son les pro­pos de ceux qui la pra­tiquent mènent le peuple droit dans le mur en le mani­pu­lant pour s’attirer ses faveurs par un dis­cours qui feint de sou­te­nir ses inté­rêts

Le but oppor­tu­niste est d’obtenir le sou­tien des élec­teurs à n’importe quel prix. Les pro­pos déma­go­giques sont pro­fé­rés en exa­cer­bant les frus­tra­tions et les pré­ju­gés qui ne sont rien d’autre que des opi­nions hâtives et pré­con­çues. Ces opi­nions, adop­tées sans exa­men ni démons­tra­tion, ont, sou­vent, été construites par avance  sur des rumeurs. Vol­taire les jugeait sévè­re­ment : « Les pré­ju­gés sont la rai­son des sots.» Il n’avait qu’à moi­tié rai­son car, si les pro­pos déma­go­giques sont construits sur des idées déli­bé­ré­ment sim­plistes, sans nuances, déna­tu­rant la véri­té et fai­sant preuve d’une com­plai­sance exces­sive envers l’auditoire, ils atteignent par­fois leur but. C’est ain­si que cha­cun peut affir­mer tout et son contraire : si cette pra­tique intel­lec­tuelle est née avec la démo­cra­tie, elle se pra­tique sur­tout en période élec­to­rale, tou­te­fois avec plus ou moins de suc­cès. Les urnes ne font pas de cadeau.

Véri­tés, men­songes, pro­messes, arran­ge­ments… Tôt ou tard tout can­di­dat se trouve confron­té à ses contra­dic­tions et le paie cher. Actuel­le­ment, nous sommes dans une période favo­rable à des affir­ma­tions fai­sant appel à la faci­li­té, voire à la paresse intel­lec­tuelle ; elles pro­posent des ana­lyses et des solu­tions qui semblent évi­dentes et immé­diates mais ne sont en réa­li­té que des faux sem­blants, des para­vents qui cachent la réa­li­té beau­coup plus com­plexe que les fan­tasmes clien­té­listes. L’erreur des déma­gogues est de croire que leur véri­té en est une pour tout le monde et force l’adhésion. Déma­go­gie et démo­cra­tie sont anti­no­miques c’est-à-dire abso­lu­ment oppo­sées.

A Triel, il y aura un deuxième tour ni clair ni net mais compte tenu des pro­grammes pré­sen­tés la tâche des vain­queurs, quels qu’ils soient, sera rude. Espé­rons qu’a­près un devoir d’inventaire trans­pa­rent, indis­pen­sable, et un par­tage des tâches cor­res­pon­dant aux com­pé­tences de cha­cun, le lourd pas­sif de pas­si­vi­té muni­ci­pale  se mue­ra en une acti­vi­té sal­va­trice. En effet, der­rière le nom pré­mo­ni­toire de cha­cune des listes, il n’y a pas de doute qu’une inten­tion d’agir se mani­feste :

TRIEL AUTREMENT nous pro­met une ville attrac­tive et sûre, enga­gée pour l’environnement et créa­trice de liens. Reste à sai­sir les oppor­tu­ni­tés et obte­nir les moyens de ses ambi­tions. Les 35 can­di­dats semblent un bloc, un  atout, sinon utile du moins visible : ils ont de la suite dans les idées, têtus, unis et déci­dés à agir comme une équipe cou­vrant toutes les com­pé­tences néces­saires à la réus­site de leur ambi­tieux pro­gramme un peu uto­pique : la com­po­si­tion de la liste pré­sen­tée au pre­mier tour est res­tée inchan­gée mal­gré des trac­ta­tions ou des ten­ta­tions reje­tées (col­lec­ti­ve­ment ?).

TRIEL C’EST VOUS annonce dis­crè­te­ment quelques ral­lie­ments de la liste TRIEL A VENIR et clai­re­ment son ambi­tion de cou­vrir le tout le ter­ri­toire de la Seine à l’Hautil. Cette confir­ma­tion est détaillée dans les 24 pages (!) d’un pro­gramme qui ne manque ni de réa­lisme ni d’ambition mais qui n’insiste pas assez sur les moyens à mettre en œuvre afin d’y par­ve­nir ; les moyens (sub­ven­tions, contri­bu­tions…) étant tou­jours limi­tés, il fau­dra choi­sir, arbi­trer et faire des mécon­tents (le moins pos­sible ?).

TRIEL A DU TALENT veut rame­ner Triel sur le devant de la Seine ! Et c’est tant mieux ! Une com­mune tel­le­ment endor­mie par de longues années d’immobilisme a, en effet, besoin d’une ges­tion opti­mi­sée au ser­vice d’un pro­jet ambi­tieux. Dans les 12 pages de son pro­gramme, nous trou­vons énu­mé­rées une série d’idées for­ma­tées avec brio dans un sem­blant de langue de bois qui couvre sûre­ment une dyna­mique, à laquelle cer­tains des anciens de l’équipe majo­ri­taire pré­cé­dente, pré­sents au 1er tour, nous ont habi­tués. Oppor­tu­né­ment éli­mi­nés sur la liste du 28 juin leurs rem­pla­çants sont bien connus puis­qu’ils viennent de RÉAGIR POUR TRIEL et sont bien déci­dés à mettre en œuvre leurs idées.

Le soir du 28 juin 2020, les urnes auront par­lé, le conseil muni­ci­pal sera renou­ve­lé par une équipe dont la moyenne d’âge sea bien infé­rieure à celle de l’ancienne. Place aux jeunes ! Espé­rons que les clefs de la mai­rie de Triel-sur-Seine seront, pour 6 ans, en bonnes mains !

Share This