Actualités

Un samedi de mobilisation pour l’environnement dans les rues et sur les berges de la Seine, aux Mureaux et dans d’autres villes de GPS&O

Entre le « World Clean Up Day » et l’opération « Berges saines », la jour­née du same­di 18 sep­tembre fut mobi­li­sa­trice de béné­voles recon­nais­sables à leurs T‑shirts. De nom­breuses asso­cia­tions se sont…

lire plus

Un fort moment démocratique dans le nord des Yvelines

par | 23 juin 2021 | Conflans-Sainte-Hono­rine, Les Mureaux, Triel-sur-Seine

Mal­gré les appa­rences, le sys­tème mis en place par Pierre Bédier est à la fin d’un cycle. (DR)

Pour ce 2e tour des élec­tions dépar­te­men­tales et régio­nales, le choix n’est pas encore net mais des pers­pec­tives sont ouvertes. Est-il pos­sible de chan­ger de « logi­ciel » poli­tique ? Dans ce cas, lequel le citoyen devrait-il choi­sir ? Ensuite, pou­vons-nous renou­ve­ler le per­son­nel poli­tique et, par consé­quent, ses idées. En fait, tout est mêlé comme dans ce monde actuel, un monde sans bous­sole. Il est temps d’agir !

La crise démo­cra­tique se carac­té­rise par l’ab­sence d’ho­ri­zon et d’i­déaux. De plus, les par­tis sont mori­bonds et, dans le nord des Yve­lines, le popu­lisme semble se confor­ter et s’a­dap­ter au contexte local.

Le fort taux d’abs­ten­tion (66,74 % en France) illustre cette crise qui s’am­pli­fie par le manque d’ob­jec­tifs et de pro­messes d’un monde meilleur. Dans les can­tons de Ver­neuil-sur-Seine, des Mureaux, et de Conflans-Sainte-Hono­rine, consti­tuant le champ d’ob­ser­va­tion du J2R, le vote des élec­teurs enver­ra un signal fort pour la démo­cra­tie dans ce ter­ri­toire, voire dans l’en­semble de l’un des dépar­te­ments les plus riches de France. Pour sor­tir de cette crise, trois prin­cipes devraient régir leurs choix.

D’a­bord, le sys­tème poli­tique du Man­tois est à bout de souffle, met­tant même à mal les prin­cipes de la démo­cra­tie. Des inti­mi­da­tions, des pré­bendes, des chan­tages n’ont plus de place dans une démo­cra­tie locale. La trans­pa­rence est, plus que jamais, une néces­si­té ! De plus, l’u­ni­for­mi­té et l’hé­gé­mo­nie de l’as­sem­blée dépar­te­men­tale sont une atteinte aux valeurs répu­bli­caines,  l’in­té­rêt géné­ral devant résul­ter d’un échange, voire d’une concer­ta­tion, entre les gou­ver­nés et les gou­ver­nants. Depuis 2015, tout est fait de tra­vers : une ten­ta­tive de fusion entre le Dépar­te­ment des Yve­lines et celui des Hauts-de-Seine ain­si que le manque de concer­ta­tion dans la mise en œuvre de poli­tiques publiques à Triel, à Conflans-Sainte-Hono­rine et à Ver­nouillet en sont, notam­ment, des preuves. Pis, les pro­jets d’in­fra­struc­tures rou­tières, en par­ti­cu­lier la liai­son RD30-RD190/­Pont d’A­chères et la dévia­tion de la RD154, ne sont plus adap­tés aux enjeux éco­lo­giques et éco­no­miques du XXIe siècle.  Dans ces trois can­tons, les sor­tants, au lieu d’a­gir pour pro­té­ger les popu­la­tions fra­giles (les pauvres, les enfants, les ados, les per­sonnes âgées) et s’as­su­rer que la soli­da­ri­té dépar­te­men­tale joue son rôle, ont mépri­sé la plu­part des concitoyens.

Renou­ve­ler la démo­cra­tie passe par le renou­vel­le­ment des cadres et des élus. Mal­heu­reu­se­ment, le pou­voir rend « accro » et peut être un fac­teur de cor­rup­tion, au moins dans les têtes. Même si la loi a été modi­fiée, l’ac­cu­mu­la­tion de man­dats dilue l’ac­tion des élus et, par consé­quent, de l’ef­fi­ca­ci­té de la poli­tique publique. Le  Dépar­te­ment des Yve­lines a ins­tau­ré des agences pour ceci ou pour cela, avec peu ou pas d’a­gents du ser­vice public inves­tis pour l’in­té­rêt géné­ral. Au contraire, il a bâti un sys­tème de Lego qui per­met aux hap­py few d’exer­cer des miettes du pou­voir, lais­sés par le grand mani­tou de Ver­sailles. L’a­gence de la rura­li­té, la coopé­ra­tion décen­tra­li­sée en sont des exemples fla­grants. Désor­mais, il est essen­tiel de com­men­cer par la base, en envoyant un signal fort dans les trois can­tons  pour deman­der, non seule­ment  de la nou­veau­té, mais aus­si un chan­ge­ment pro­fond des pra­tiques du Dépar­te­ment des Yve­lines vers plus de démo­cra­tie. Simul­ta­né­ment, pour­raient être ins­tau­rées d’autres concep­tions d’a­mé­na­ge­ment, d’ac­tion pour la soli­da­ri­té, pour l’en­fance et pour les col­lèges. En défi­ni­tive, de nou­velles idées émer­ge­ront pour amé­lio­rer le cadre de vie et pour pré­ser­ver les terres fer­tiles des Yve­lines. Plus pro­saï­que­ment, met­tons fin au sys­tème « tout bagnole » pré­co­ni­sé par le pré­sident actuel du Dépar­te­ment des Yvelines !

Le temps est venu de mettre fin aux contro­verses d’une autre époque. Finis­sons aus­si avec le sys­tème tout bagnole pré­co­ni­sé par le pré­sident actuel du dépar­te­ment. Lors de cette consul­ta­tion citoyenne, ce pro­jet de dévia­tion devrait être reje­té mas­si­ve­ment car il ne contri­bue en rien aux nou­velles exi­gences en matière de mobi­li­tés avec l’arrivée d’Eole et la mul­ti­pli­ci­té d’autres moyens alter­na­tifs de déplacement.

 

Le temps est venu de mettre fin aux contro­verses d’une autre époque. Finis­sons aus­si avec le sys­tème tout bagnole pré­co­ni­sé par le pré­sident actuel du dépar­te­ment. Lors de cette consul­ta­tion citoyenne, ce pro­jet de dévia­tion devrait être reje­té mas­si­ve­ment car il ne contri­bue en rien aux nou­velles exi­gences en matière de mobi­li­tés avec l’arrivée d’Eole et la mul­ti­pli­ci­té d’autres moyens alter­na­tifs de déplacement.

 

En troi­sième lieu, l’ac­ces­sion au pou­voir poli­tique est un moment cri­tique pour l’a­ve­nir démo­cra­tique. C’est pour­quoi ce scru­tin est une bataille d’i­dées entre des hommes et des femmes qui ont, sou­vent, des contra­dic­tions en rai­son de leurs par­cours et de leurs vies. Il est indis­pen­sable de choi­sir pour ne pas lais­ser, sur notre ter­ri­toire, des « taches indé­lé­biles », telles que la dévia­tion de la RD154, le Pont d’A­chères qui passe par André­sy et des construc­tions sur les coteaux de Chan­te­loup-les-Vignes. Comme le disait Robert Ken­ne­dy, ancien séna­teur du Mas­sa­chus­sets (USA), c’est dans des moments déci­sifs que la démo­cra­tie (locale) a besoin de cou­rage moral pour ten­ter de faire évo­luer le monde, même si ce chan­ge­ment peut engen­drer des sacri­fices à court terme.

En défi­ni­tive, c’est alors que peuvent être semés de nou­veaux grains de démo­cra­tie pour demain.

 

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This