Vous êtes ici

Social

Depuis le 25 mars, presque quotidiennement en avril, les autorités de santé transportent des malades, en soins très intensifs, des régions Grand Est et Île-de-France vers l'ouest et le sud-ouest de la France dans des TGV médicalisés. Nous avons pu nous entretenir, par téléphone, avec Pierre Matuchet, directeur des opérations TGV, qui est au centre de cette opération.

Pendant le confinement, plusieurs actions citoyennes démontrent que le monde change et que les jeunes sont au premier plan. 

Le lundi 30 mars 2020 a été, officiellement, ouvert le Centre Covid-19 Val de Seine aux Mureaux, en collaboration avec les médecins généralistes et les professionnels de santé du territoire.

Peut-on rire de tout ? Bien sûr que l’on peut rire de tout, c’est une des libertés que l’on ne nous a pas encore enlevée. Le rire est bien utile. Il se partage et nous permet de fuir la réalité, certes trop cruelle parfois mais y recourir en période d’adversité nous autorise le doute et nous différencie des animaux ; il nous amène aussi à sortir de la Raison sèche, froide et dure. C’est la promotion de la distanciation. Pierre Desproges disait : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. » Au risque de déplaire, le « rire de tout » est le signe de la liberté d’esprit. Cela gêne certains moralistes. Mieux vaut en rire !

La crise du Coronavirus va atteindre d’abord les plus faibles et précaires d’entre nous. Prenons soin d’eux car la situation va rendre leurs difficultés encore plus aiguës. Profitons de ces circonstances pour être plus solidaires et attentifs aux autres ; notre disponibilité forcée rend cela possible. Les lignes qui suivent ne sont pas un sermon, plus un début d'inquiétude, un avertissement et un encouragement.

Doit-on être optimiste ou pessimiste à propos de l’attaque virale actuelle ? Les auteurs d’épouvante, de  science-fiction ou de fantastique se sont frottés à ce thème avec plus ou moins de réussite pour ne pas dire de réalisme. Maintenant,  le virus  est parmi nous, nous mettant au pied du mur : la menace est là, bien réelle. Scientifiques, politiques, et autres commentateurs entretiennent vaillamment incertitude, espoir et sinistrose mélangés.  La poésie, recours éphémère, tente d’éclairer le débat.

Le lundi 27 janvier à midi, la direction du Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan- Les Mureaux (CHIMM) a annulé la cérémonie de ses vœux 2020 initialement prévus à 16 h. La raison évoquée dans le communiqué d'annulation est que :"les conditions de sérénité nécessaires au bon déroulement de cet évènement institutionnel ne semblent pas réunies."

Une délégation de la CGT, accompagnée par d’autres membres de syndicat et de gilets jaunes, est venue manifester au même moment sous les fenêtres de la direction pour présenter leurs « vœux ».

Jeudi 16 janvier 2020, le conseil de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise a approuvé son Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi), mais il a également approuvé une motion excluant l’extension des carrières du cimentier Calcia dans le Parc du Vexin. Cette motion a fait écho à l’ultimatum lancé par Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines et vice-président du conseil communautaire de GPS&O. Ce vote est important pour les opposants à cette extension, pour des raisons environnementales, qui étaient présents devant la salle des fêtes de Gargenville où se tenait le conseil.

Souvent, on pense que la démocratie locale n’existe pas. L’exemple de  l’Hautil* démontre le contraire. Deux sujets «chauds» qui contribuent à la richesse du débat et donnent l’exemple à suivre non seulement pour les autres secteurs de Triel mais pour les autres communes françaises. 

Si vous passez dans le centre-ville de Conflans-Sainte-Honorine, faites une halte devant l'agence immobilière Laforêt. Une belle surprise vous attend : un circuit ancien de train qui vous transportera dans un monde de rêve. 

Edito de l'édition 145

Après les émeutes criminelles de novembre à Chanteloup, force est de constater que les politiques de la ville, actuelles et passées, sont, au delà des apparences, un échec. Cet échec est simplement dû à la quasi-absence d’une politique de reconquête républicaine de ces quartiers. Entendons nous bien, la très grande majorité de nos concitoyens chantelouvais sont autant atterrés que n’importe qui par ces dégradations à répétition. Le mal est plus profond et ce n’est pas seulement la rénovation urbaine, sorte de politique à la Potemkine, qui pourra sortir ces quartiers d’une délinquance enkystée.

Durant le weekend du 23 et du 24 novembre 2019 s’est déroulée la quatrième édition du Numérique Epône Show en collaboration entre la ville d’Epône et Event2Give. Au programme de cette édition, il y avait du gaming, du rétro-gaming, du cosplay, de l'e-sport, des joueurs professionnels, des stars de la discipline, des tournois FIFA et un record de fréquentation pour une première édition gratuite. Khloeys, Will2Pac, Alix Dulac et Genius étaient présents dans ce salon. 

Webtélé 2r

Samedi 16 et dimanche 17 novembre 2019 s’est tenue la 8ème édition du Salon de la BD et du livre de jeunesse de Verneuil-sur-Seine, organisée par cette ville et l’association La Neuvième BD, sous le parrainage de l’illustratrice Julie Ricossé. (Webtéle 2r)

Malgré la pluie et le froid, 230 personnes se sont déplacées, le 16 novembre, pour montrer leur opposition à cette déviation ni faite ni à faire. L'ADIV-Environnement a marqué un coup énorme afin de mettre ce dossier à la première place de l'agenda politique de Verneuil-sur-Seine. 

Jeudi 14 novembre 2019, l’association de solidarité La Gerbe a affrété son 50ème camion de matériels ayant des fonctions diverses, vers l’Ukraine. Cette action fait partie d’un programme d’aide lancé en 2009 envers ce pays.

Webtélé 2r

Pages

Publicité