Actua­li­tés

Comé­die poli­tique

Levée de bou­cliers à l’annonce de la nomi­na­tion d’Éric Dupond-Moret­ti comme ministre de la jus­tice. D’abord, une salve d’attaques de fémi­nistes 2.0 de tous poils, trop ravies que le pré­sident leur…

lire plus

Réuti­li­sa­tion des terres exca­vées dans deux sites fran­ci­liens, Chevannes et Epône

par | 3 juillet 2020 | Com­mu­ni­qués, Envi­ron­ne­ment

ECT démarre les tra­vaux de deux nou­veaux amé­na­ge­ments grâce à la réuti­li­sa­tion des terres exca­vées du BTP à Chevannes (91) et Epône (78) (DR)

En réuti­li­sant les terres exca­vées des chan­tiers du sud et de l’ouest de l’Île-de-France, ECT donne vie à deux pro­jets de « sport en ville ». L’un est la créa­tion d’un centre équestre com­plet (car­rières, dres­sage, cross) à Chevannes, dans l’Essonne, sur un site délais­sé, L’autre a pour objet la réa­li­sa­tion du pre­mier sta­dium cycliste de VTT et de trial en Île-de-France, sur des ter­rains com­mu­naux.

Deux pro­jets dans la conti­nui­té de la démarche d’ECT

Ces pro­jets d’équipements spor­tifs sont réa­li­sés par ECT sans coût pour la col­lec­ti­vi­té, car ils s’inscrivent dans la valo­ri­sa­tion et la réuti­li­sa­tion de terres exca­vées des chan­tiers du BTP, ce qui contri­bue direc­te­ment au déve­lop­pe­ment d’espaces spor­tifs dans les ter­ri­toires urbains et péri-urbains.  

Une atten­tion par­ti­cu­lière est appor­tée à l’intégration pay­sa­gère des pro­jets ain­si qu’à la maî­trise de l’impact envi­ron­ne­men­tal, notam­ment par la prise en compte de la bio­di­ver­si­té dans la concep­tion des sites.

Ces deux nou­veaux pro­jets d’Epône et de Chevannes amé­liorent le maillage des sites d’ECT dans les Yvelines et l’Essonne et favo­risent ain­si en cir­cuit court, du chan­tier d’excavation au site d’aménagement, une éco­no­mie cir­cu­lae des terres.

A Chevannes (Essonne) : un centre équestre réa­li­sé grâce à la valo­ri­sa­tion des terres exca­vées

Sur un pro­jet de ce type, l’apport de terres inertes per­met de mode­ler des ter­rasses sur plu­sieurs niveaux : c’est ain­si que seront réa­li­sés les amé­na­ge­ments équestres, car­rières et dres­sage, alors que le par­cours de cross est pré­vu sur les coteaux. La valo­ri­sa­tion et le réem­ploi des terres financent l’en­semble des amé­na­ge­ments.

Les dif­fé­rentes ter­rasses seront inté­grées dans un cadre pay­sa­ger, rehaus­sé par l’a­gen­ce­ment des espaces verts et des coteaux arbo­rés ; ECT pro­fite par ailleurs de cette recon­fi­gu­ra­tion du site pour y favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment de la bio­di­ver­si­té.

Le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment intègre toutes les dis­ci­plines de l’é­qui­ta­tion et pré­voit éga­le­ment un manège, des écu­ries, ain­si qu’un club-house. Enfin, le centre équestre dis­po­se­ra d’un par­king de 100 places.

A Epône, conce­voir avec le club cycliste local, l’ORC Epône, un centre d’entrainement de VTT et de trial de haut-niveau

Ce second pro­jet est déve­lop­pé sur des ter­rains com­mu­naux et est entiè­re­ment « éco-conçu » en par­te­na­riat avec la ville d’Epône (78) et le club cycliste ORC Epône. Pour recon­fi­gu­rer le sta­dium cycliste VTT/Trial, les terres inertes per­mettent de réa­li­ser sur près de 2 hec­tares un modèle en adé­qua­tion avec la pra­tique de ces deux sports, à savoir :

  • Zones tech­niques équi­pées de dif­fé­rents agrès, blocs de roche, par­paings.
  • Pistes équi­pées de rampes d’élan, de bosses et de virages accom­pa­gnés.
  • Coteaux d’entraînement pour le VTT.
  • Inté­gra­tion pay­sa­gère du site dans le res­pect de l’environnement.

  • FOCUS : LES FRANÇAIS ET LE VERT EN VILLE*

    • 65 % des habi­tants en région pari­sienne aime­raient pra­ti­quer une acti­vi­té spor­tive en plein air dans leur com­mune
    • 63 % des 18–35 ans se disent insa­tis­faits des équi­pe­ments dédiés au sport en ville dans leur com­mune
    • 75 % des 18–35 ans inter­ro­gés fré­quen­te­raient plus les espaces verts de leur ville s’ils y trou­vaient plus d’équipements (sport, jeux…)

    *Etude ECT réa­li­sée par IFOP, février 2020

4 QUESTIONS À L’ORC EPÔNE, À SON PRÉSIDENT, FRANCK PRESTAT, ET À SON VICE-PRÉSIDENT PHILIPPE GAUDENS.

Pou­vez-vous nous pré­sen­ter les dis­ci­plines du trial et du VTT ?

Le trial se pra­tique avec un vélo spé­ci­fique (sans selle). Sport spec­ta­cu­laire, il demande sou­plesse, agi­li­té et équi­libre pour réa­li­ser les enchaî­ne­ments sur les dif­fé­rents obs­tacles sans poser pied à terre.

Le vélo tout-ter­rain (VTT), plus répan­du, est un vélo des­ti­né à une uti­li­sa­tion sur ter­rain acci­den­té, hors des routes gou­dron­nées.

En quoi l’in­ter­ven­tion d’ECT est inté­res­sante pour l’ORC ?

L’in­ter­ven­tion d’ECT per­met au pro­jet de se réa­li­ser grâce à l’ap­port de terres inertes sur le ter­rain, ce qui finance la concep­tion des nou­veaux amé­na­ge­ments. Le club devien­dra ain­si le pre­mier club d’Île-de-France à pro­po­ser un ter­rain dédié à la pra­tique du deux-roues, VTT et trial. Il pour­ra éga­le­ment accueillir les com­pé­ti­tions dans les meilleures condi­tions.

Com­ment sont inté­grées les terres dans la concep­tion de ce site ?

L’ap­port de terres inertes est l’op­por­tu­ni­té de trans­for­mer un ter­rain plat en un ter­rain très varié qui se rap­proche d’un « sta­dium ». Cette dis­po­si­tion nous per­met d’u­ti­li­ser désor­mais toute la super­fi­cie du ter­rain et de mieux répar­tir les spots tech­niques, plus variés et plus nom­breux. Les hau­teurs du ter­rain nous per­mettent alors de pro­po­ser du déni­ve­lé posi­tif ou néga­tif et per­mettent davan­tage de pos­si­bi­li­tés au niveau de la créa­tion des spots tech­niques.

Quelles sont vos ambi­tions avec ce nou­veau pro­jet ?

Les ambi­tions du pro­jet répondent à nos deux pra­tiques du vélo. Le réamé­na­ge­ment com­plet du site nous per­met de repen­ser tota­le­ment les zones d’entraînement afin d’ob­te­nir un meilleur nivel­le­ment tech­nique, plus pro­gres­sif, tout en réjouis­sant nos pilotes en leur pro­po­sant de nou­veaux tra­cés sur des obs­tacles.

Concer­nant le VTT, il fal­lait aupa­ra­vant sor­tir du site pour aller cher­cher des ter­rains péda­go­giques. Grâce à ce pro­jet, nous pro­po­se­rons des spots tech­niques diver­si­fiés et adap­tés à tous les niveaux sur un site unique. Nous gagne­rons en effi­cience pour les entraî­ne­ments de nos plus jeunes et en sécu­ri­té (sans route à tra­ver­ser).

A pro­pos d’ECT

ECT ins­crit sa crois­sance dans une stra­té­gie d’économie cir­cu­laire : réuti­li­ser les terres inertes des chan­tiers fran­ci­liens pour s’engager avec les col­lec­ti­vi­tés locales dans des pro­jets d’aménagements concer­tés et durables.

Pour struc­tu­rer cette dyna­mique, ECT a déve­lop­pé une exper­tise « Ges­tion des terres exca­vées » pour répondre au besoin d’ingénierie envi­ron­ne­men­tale et à l’exigence de tra­ça­bi­li­té du BTP asso­ciée à un pôle « Concep­tion et réa­li­sa­tion d’aménagements ». L’en­tre­prise pro­pose ain­si aux col­lec­ti­vi­tés locales des pro­jets utiles fon­dés sur la valo­ri­sa­tion des terres exca­vées : parcs pay­sa­gers ou urbains, fermes urbaines, cen­trales pho­to­vol­taïques, golfs, centres équestres, équi­pe­ments spor­tifs.

Chiffres-clés : créa­tion en 1997 ║230 col­la­bo­ra­teurs ║Une quin­zaine de sites en exploi­ta­tion en Île-de-France ║15 mil­lions de tonnes de maté­riaux exca­vés traités/an  10 000 arbres plan­tés /an

.

Share This