Actualités

Rencontre avec Sandrina Van Geel, mosaïste

par | 3 juil­let 2020 | Cul­ture, Vaux-sur-Seine

Lors de son pas­sage à Vaux-sur-Seine, San­d­ri­na Van Geel nous a accordé un entre­tien. (J2R)

L’artiste était de pas­sage en Région Île-de-France pour sceller les deux dernières mosaïques du pro­jet du parc de la Mar­tinière  à Vaux-sur-Seine. 

Le sourire ray­on­nant, avec une approche facile pour évo­quer son tra­vail de mosaïste, San­d­ri­na Van Geel vous sur­prend car elle sem­ble cacher son jeu mys­térieux… d’artiste. D’où vient-elle, com­ment a‑t-elle atter­ri à Vaux-sur-Seine et pourquoi est-elle par­tie dans la Gironde ?

Toute sa biogra­phie sera une tâche future pour d’autres jour­nal­istes ou de cri­tiques d’art. Ici, à Vaux-sur-Seine, le 29 juin 2020, nous avons décou­vert l’ensem­ble de sept mosaïques qui font par­tie d’une œuvre col­lec­tive, réal­isée avec des habi­tants durant les trois derniers étés, dans ses ate­liers pour tous, dans le cadre mag­nifique du parc de la Mar­tinière à Vaux-sur-Seine. Pour Renée Valaval, cri­tique d’art, “San­d­ri­na van Geel puise son inspi­ra­tion dans ses voy­ages et dans la nature. Dans ses créa­tions, les formes naturelles cohab­itent avec des êtres imag­i­naires et nous entraî­nent dans un voy­age poé­tique et col­oré. Sa générosité se reflète dans l’é­clate­ment de couleurs qui éloigne toute tristesse des murs et des objets qu’elle recou­vre de mosaïque.” D’une manière prosaïque, la nature et ses couleurs la font vivre et for­gent son imag­i­naire. Voilà la refor­mu­la­tion de l’artiste.

 Le banc qui avait été construit à Triel-sur-Seine. (Crédit Cabrera)

En exam­i­nant ses sept mosaïques à Vaux-sur-Seine et si l’on se réfère à son chef d’œu­vre (voir pho­to ci-dessus), San­d­ri­na Van Geel a le savoir-faire d’un arti­san et la sen­si­bil­ité d’une artiste. Céramiques, pâtes de verre indus­trielles et arti­sanales, émaux, ors de Venise sont frag­men­tés en tes­selles avant d’être assem­blés pour com­pos­er des décors sur mesure, ani­més par les con­trastes bril­lants et mats, les éclats de l’or et les couleurs vives.

Pen­dant quinze ans, l’artiste est inter­v­enue dans dif­férents étab­lisse­ments et dans des com­munes voisines de Vaux-sur-Seine afin de réalis­er de “fresques col­lec­tives et com­mu­nau­taires”. En amont, elle avait pré­paré les dessins et les sup­ports pour ensuite “pou­voir tra­vailler avec le pub­lic con­cerné.” Ces ate­liers ont tou­jours été acces­si­bles à tout pub­lic dès la mater­nelle. A Triel-sur-Seine, le banc avait fait l’ob­jet d’un tra­vail de trois semaines sur le terrain.

Désor­mais, la mosaïste vit dans la Gironde et inter­vient ponctuelle­ment en région parisi­enne. Ain­si, elle a passé quelques jours à Vaux pour finir “le bla­son de la ville” avec un assem­blage de pâte de verre et d’é­maux de Bri­are (dans le Loiret).

La crise de la Covid-19 a affec­té ses activ­ités mais elle a relancé ses stages à thème autour de la mosaïque ; ils sont régulière­ment organ­isés dans son nou­v­el ate­lier dans la Gironde, mais par­fois elle fait des inter­ven­tions sur demande. Prochaines dates sur demande. Créée il y a quelques années, avec Gilles et Renée Antoine, auteurs de « Mosaïque Mag­a­zine », l’Association Mosa­ic Art Tours vous fait décou­vrir l’art de la mosaïque dans le monde. Prochaine­ment, nous aurons l’oc­ca­sion de la voir à Chanteloup-les-Vignes dans le cadre d’une col­lab­o­ra­tion avec la Com­pag­nie des con­traires(1) San­d­ri­na Van Geel exposera au OB’ART au mois de novem­bre 2020 au salon d’Ex­po de Bordeaux.

Note

1. A par­tir du 20 juil­let, l’artiste sera à l’œu­vre dans le cadre d’un pro­jet de con­struc­tion d’une fresque en mosaïque avec huit élèves et un édu­ca­teur, dans le cadre d’un ate­lier spé­ci­fique con­coc­té avec la Com­pag­nie des contraires.

Municipales 2020