Actualités

Le projet de déviation de la RD 154, achevons-le !

par | 31 août 2020 | Envi­ron­nement, Verneuil-sur-Seine, Vernouil­let

Ce pro­jet pour­rit la vie poli­tique et le cadre de vie depuis des années.  (DR)

La con­sul­ta­tion des habi­tants sur la per­ti­nence de ce pro­jet aura lieu dans les semaines à venir. Les maires de Verneuil-sur-Seine, de Vernouil­let et de Chapet organ­isent un débat et une con­sul­ta­tion ; les oppo­si­tions ont boy­cotté l’ap­pel à coopér­er pour pré­par­er cette con­sul­ta­tion. La nou­velle donne poli­tique et envi­ron­nemen­tale devrait con­duire à “achev­er” ce pro­jet par un rejet franc et massif. 

Le pro­jet de “con­tourne­ment” de Verneuil est tou­jours d’ac­tu­al­ité dans les sché­mas routiers du départe­ment des Yve­lines. L’actuel prési­dent, Pierre Bédi­er peut vouloir con­tin­uer la réal­i­sa­tion de cette infra­struc­ture, avec l’ob­jec­tif affiché de “délester la tra­ver­sée des cen­tres villes du traf­ic de tran­sit et de sécuris­er les déplace­ments sur l’ensemble de la zone. Cette dévi­a­tion aura aus­si pour effet d’améliorer la qual­ité de vie des habi­tants des aggloméra­tions en réduisant les nui­sances notam­ment sonores générées par le traf­ic de tran­sit.” (1)

Ce plan avait été adop­té par le départe­ment en 2010 et n’a pas changé sur le fond : il a don­né une place prépondérante, dans la mobil­ité, à l’au­to­mo­bile. En out­ré, il a amor­cé le plan de béton­nage de la Seine Aval (voir carte ci-dessus).


En 2010, le départe­ment des Yve­lines avait adop­té son plan d’investissement.

Un pro­jet épuisant et épuisé

Or, la con­tes­ta­tion con­tre ce pro­jet de dévi­a­tion a gran­di au fur et à mesure que les con­séquences de ce béton­nage sont dev­enues vis­i­bles pour les habi­tants des com­munes de Vernouil­let et de Verneuil. Déjà en 2011, un col­lec­tif d’as­so­ci­a­tions avait écrit à Alain Schmitz, à l’époque prési­dent du départe­ment, pour l’in­ter­peller sur la prob­a­bil­ité d’un pro­jet autorouti­er A104 bis qui lierait les villes d’Achères, d’An­drésy et de Triel, ce qui se con­cré­tis­erait par un pont au niveau de l’île de la Déri­va­tion et du quarti­er Denou­val (à Andrésy) et d’une départe­men­tale qui couperait la Plaine de Chanteloup jusqu’à l’en­trée de Triel. Ceci pour­rait se con­cré­tis­er par une liai­son saucis­son­née, con­tin­u­ant vers Vernouil­let et Verneuil avec la dévi­a­tion de la RD 154. L’ADIV et d’autres asso­ci­a­tions écologiques avaient organ­isé une série de man­i­fes­ta­tions con­tre ce pro­jet qui avait attiré, en moyenne, trois cents per­son­nes à chaque fois.  L’an­ci­enne maire de Vernouil­let, Marie-Hélène Lopez-Jol­livet avait soutenu le pro­jet (2) pour ensuite se dédire.

Sur le plan juridique, tous les recours ont été épuisés, sauf pour quelques pro­prié­taires qui né veu­lent pas céder le fonci­er pour une infra­struc­ture qui béton­nera la plaine de Vernouil­let, dimin­u­ant la sur­face agri­cole du ter­ri­toire. Ain­si, les élec­tions de 2020 ont don­né des résul­tats probants con­tre la poli­tique actuelle de “béton­ni­sa­tion” à la fois pour des pro­jets d’habi­tat comme des pro­jets autoroutiers dépassés par la nou­velle donne écologique. 

Con­sul­ta­tion et oppositions

Ville piv­ot, Verneuil-sur-Seine a changé d’exé­cu­tif, notam­ment par la promesse d’ar­rêter le béton­nage et d’im­pli­quer la pop­u­la­tion dans une con­sul­ta­tion citoyenne pour savoir si l’on procède ou non à la réal­i­sa­tion de ce pro­jet de con­tourne­ment. Dans la foulée des élec­tions munic­i­pales, Fabi­en Aufrechter a fait, le 8 août, bouger les lignes : il a pro­posé aux trois groupes d’opposition (Alter­na­tive citoyenne pour Verneuil, Verneuil l’Avenir Ensem­ble et Vivre Verneuil Autrement) de par­ticiper le 19 août au soir à une réu­nion visant à cocon­stru­ire les modal­ités de la con­sul­ta­tion citoyenne rel­a­tive au con­tourne­ment de la RD154… Il a, même, pro­posé que cette réu­nion puisse se faire à dis­tance via visio­con­férence afin de per­me­t­tre aux élus qui n’étaient pas physique­ment présents d’y par­ticiper.

Pour le maire de Verneuil il s’agis­sait de pou­voir “échang­er sur les modal­ités de la con­sul­ta­tion et co-con­stru­ire ensem­ble ses paramètres (ges­tion de la par­tic­i­pa­tion, con­di­tions de par­tic­i­pa­tion, cahi­er des charges du prestataire, dis­posi­tif de com­mu­ni­ca­tion, déclas­si­fi­ca­tion des doc­u­ments, etc.).” Cepen­dant, les trois groupes de l’opposition, dont deux étaient favor­ables à cette con­sul­ta­tion, ont refusé cette propo­si­tion de ren­dez-vous. Les oppo­si­tions ont souligné le car­ac­tère « pré­cip­ité » de cette ini­tia­tive. Le temps pas­sant, une date né serait pas trop tar­dive pour le choix des prestataires, a répon­du le maire.

Pire, sur Face­book, on y va dans le dén­i­gre­ment : Thomas Gau­vin a attaqué le maire en expli­quant qu’il a fait du “green­wash­ing” ; en out­ré M. Gau­vin a sug­géré qu’ ”il né devrait pas y avoir de consultation”. 

Finis­sons-en avec ce pro­jet controversé

Cepen­dant, Julien Grim­ler, ancien élu de Vernouil­let, a souligné un prob­lème de fond sur la con­for­mité de ce pro­jet par rap­port au sacro-saint intérêt général. “C’est un pro­jet qui doit s’inscrire dans une vision ou non de développe­ment et d’attractivité. Com­ment un « habi­tant » peut avoir cette vision ? Je suis totale­ment favor­able à cette con­cer­ta­tion mais je trou­ve égale­ment regret­table que des mairies se dédoua­nent der­rière cette con­cer­ta­tion pour né pas assumer. Soyons clair ! Le maire de Vernouil­let [NDLR : Pas­cal Col­la­do] était pour en 2014 !  Qu’en est-il aujourd’hui ? Peur de se met­tre à dos « les pour ou les con­tre » ? Que sont devenus les élus avec des con­vic­tions réelles sans vouloir faire « plaisir » à l’électorat.” 

Tout est résumé dans cette réflex­ion. Qui est légitime pour arrêter l’in­térêt général ? Le peu­ple est et doit rester sou­verain. Même si l’on exam­ine les résul­tats des élec­tions à Verneuil-sur-Seine et à Triel-sur-Seine, le con­texte de 2020 n’est plus favor­able au “tout bag­nole”, syn­onyme d’une poli­tique d’ur­ban­i­sa­tion qui arti­fi­cialise les ter­res agri­coles sans aucune vision des enjeux envi­ron­nemen­taux et cli­ma­tiques des années à venir. 

Que des élus d’opposition refusent de pren­dre une demi-journée (même en visio­con­férence) pour con­tribuer à l’organisation de ce grand moment de démoc­ra­tie par­tic­i­pa­tive, cela démon­tre que les oppo­si­tions né sont pas constructives !

Le temps est venu de met­tre fin aux con­tro­ver­s­es d’une autre époque. Finis­sons aus­si avec le sys­tème tout bag­nole pré­con­isé par le prési­dent actuel du départe­ment. Lors de cette con­sul­ta­tion citoyenne, ce pro­jet de dévi­a­tion devrait être rejeté mas­sive­ment car il né con­tribue en rien aux nou­velles exi­gences en matière de mobil­ités avec l’ar­rivée d’E­ole et la mul­ti­plic­ité d’autres moyens alter­nat­ifs de déplace­ment. Enfin, des citoyens éclairés doivent mon­tr­er la voie pour la sauve­g­arde d’un ter­ri­toire vert, poumon de l’Île-de-France, et porte d’en­trée du Vexin. 

 

La con­sul­ta­tion démoc­ra­tique et citoyenne se tien­dra :
👉 du 1er au 8 octo­bre par voie élec­tron­ique
👉 le 11 octo­bre dans les bureaux de vote. 
Pourquoi ces dates ? Parce que le cal­en­dri­er prévoit un début des travaux du con­tourne­ment de la RD 154 avant la fin de l’année. 

 

Notes

1. Lien vers le site du Département.

2. “Vernouil­let s’op­pose au Pont d’Achères” Jour­nal des 2 Rives, 30 jan­vi­er 2012.  Marie-Hélène Lopez-Jol­livet, maire PS de Vernouil­let, s’op­pose offi­cielle­ment  au pro­jet routi­er reliant Achères et Triel. “Du fait de la A104 inachevée, les flux de cir­cu­la­tion déboucheront imman­quable­ment sur la RD 154”, à Vernouil­let, explique l’édile.

 

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)

Municipales 2020