Actualités

Débat autour de GPS&O à La Péniche de Triel : “La pression fiscale est-elle une fatalité intercommunale ?” (Webtélé2r)

Jeu­di 17 novem­bre 2022 à 20 h, s’est tenue à La Péniche de Triel-Sur-Seine, à l’initiative du Col­lec­tif Citoyen GPSEO et encadrée par le Jour­nal des Deux Rives, une con­férence-débat autour GPS&O…

lire plus

Pèlerinage littéraire de Médan : la fougue n’est plus !

par | 6 octo­bre 2022 | Cul­ture, His­toire, Villennes/Médan

Avec des “lecteurs” comme Jack Lang on peut se réveiller mais on con­state que la fougue n’est plus la même qu’en 1981. (J2R)

Le 2 octo­bre 2022 sera une date à oubli­er dans les annales lit­téraires de la France : le ciel était som­bre et il pleu­vait des cordes pen­dant que des inter­venants ont ten­té de per­pétuer l’e­sprit d’Emile Zola, qui n’est plus. Dans les jardins de la Mai­son d’Emile Zola, des dis­cours sont pronon­cés depuis 120 ans. Mis à part celui de Jack Lang, ancien min­istre de la Cul­ture de François Mit­ter­rand, on a eu affaire à des dis­cours fades. L’après midi du 2 octo­bre, à Médan, fut ennuyeuse et mouillée. 

Après ces mots, on peut d’ores et déjà dire que l’au­teur de ce texte sera déclaré per­sona non gra­ta à Médan, en par­ti­c­uli­er à la Mai­son Zola — Musée Drey­fus. Pourquoi ne pas dire la réal­ité ? L’e­sprit de Zola n’est plus revig­oré par ce type de ren­con­tre qui néces­site un nou­v­el élan comme celui d’une équipe jeune et dynamique qui s’emparerait des idées et des actions à la Zola.

Devant deux cents per­son­nes, “le ciel est som­bre” a souligné un des gar­di­ens du tem­ple ; certes, il fai­sait allu­sion au chaos géopoli­tique actuel et à la guerre en Ukraine. Il a mis en avant les “nou­veautés des Cahiers Nat­u­ral­istes” et les pro­duits “dérivés”, suite à l’in­au­gu­ra­tion de la Mai­son Zola — Musée Drey­fus : des livres, des fac­sim­ilés, des vis­ites de ce musée “péd­a­gogique” de haut niveau, fruit d’un tra­vail de vingt ans et le mécé­nat de Pierre Bergé. Il a égale­ment fait part des dis­pari­tions impor­tantes pour le cer­cle lit­téraire d’Emile Zola : Mme Mireille Del­mas-Mar­ty et Hen­ri Mitterrand.

Ensuite Clive Thom­son, pro­fesseur émérite à l’U­ni­ver­sité Ontario, qui avait fait une thèse sur Paris et avait ren­con­tré Hen­ri Mit­ter­rand, a endor­mi  l’au­di­toire avec une litanie de dates et des faits sans aucune ossa­t­ure lit­téraire. Même pas une cita­tion de Zola ! A la fin de son dis­cours, il a souligné que “le cas de Zola n’a pas encore été réglé” ; ceci explique donc cela ! Des réflex­ions d’autres auteurs devront se pour­suiv­re, mais par qui ? En voy­ant l’au­di­toire et les inter­venants, on ne sait pas vrai­ment d’où pour­rait venir cet élan nou­veau dans une pen­sée human­iste comme celle de Zola.

Jack Lang, prési­dent de l’In­sti­tut du Monde arabe et ancien min­istre de la Cul­ture, a “chauf­fé la salle” pour ren­dre hom­mage à tous les prédécesseurs du pèleri­nage lit­téraire de Médan : deux prési­dents, des hommes de let­tres tel Céline et des philosophes comme Bernard Hen­ri-Levy. Il a souligné l’im­por­tance des moments de débats comme les soirées de Médan dans “une cage à lapin”. C’é­tait un autre temps où beau­coup de Français respec­taient la pen­sée et la réflex­ion ! Désor­mais, selon les pro­pos de Jean Cocteau, “la bêtise s’est mise à réfléchir” et, aujour­d’hui, à se dif­fuser sur les réseaux sociaux.

Mal­gré le moment som­bre de ce monde chao­tique, il faut chercher les Zola du XXIe siè­cle. Il faut que la jeunesse se réveille et soit présente pour des luttes pour la vérité mais “des ouvri­ers de la vérité” comme Zola ne sont plus là ou sont ailleurs. Pas à Médan, ce dimanche d’oc­to­bre noir­ci par les bombes qui tombent  non loin d’i­ci dans le Don­bass ukrainien.

Pour être dans la justesse du réc­it, M. Lang a égale­ment dénon­cé la bête immonde : l’an­tisémitisme et sa résur­gence comme un imbé­cile poi­son du XXIe siè­cle. Pour con­tre­car­rer ce phénomène, il fau­dra encore une fois invo­quer la démarche zoli­enne. Il fau­dra des “J’ac­cuse” dans tous les milieux et dans toutes les occa­sions pour mon­tr­er un nou­v­el élan vers la vérité et de la justice.

Pour lui, il est indis­pens­able de (re)lire Zola afin de remet­tre la France au milieu d’un débat uni­versel prô­nant  la lib­erté et  la jus­tice. C’est une œuvre d’une vie pour laque­lle il faut de jeunes com­bat­tants avec “des con­vic­tions, intimes et morales”. Comme Zola, Jack Lang place ses espoirs dans cette jeunesse éternelle.

Il est dom­mage que cette jeunesse ait été absente, cet après-midi mol­lasse d’un mois d’oc­to­bre som­bre pour l’hu­man­ité. Dans ce 120e anniver­saire de la mort d’Emile Zola, la fougue n’é­tait plus là !   Qui réveillera l’e­sprit de Zola ?

 

 

 

 

 

 

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)