Actualités

Législatives dans la 7e circo : le bal commence à Conflans-Sainte-Honorine

par | 17 juin 2024 | Conflans-Sainte-Hono­rine, Poli­tique

Auré­lien Rous­seau et Chia­ra Pan­nun­zio sont les can­di­dats du Front popu­laire, édi­tion 2024. (J2R)

Le 16 juin, à Conflans-Sainte-Hono­rine, le can­di­dat du Nou­veau Front popu­laire, Auré­lien Rous­seau, a ouvert le bal des légis­la­tives en allant à la ren­contre des citoyens. Son binôme Chia­ra Pan­nun­zio l’a accom­pa­gné. 

Le dimanche 16 juin à Conflans-Sainte-Hono­rine, sous un ciel cou­vert, le comi­té d’ac­cueil du can­di­dat du Nou­veau Front popu­laire, Auré­lien Rous­seau, et de sa sup­pléante, Chiar­ra Pan­nun­zio, a pré­pa­ré  le ter­rain pour une visite du mar­ché des bords de Seine. Vers onze heures, il y avait peu de monde mais l’es­sen­tiel, pour ces can­di­dats dans cette cir­cons­crip­tion des Yve­lines, était de se mon­trer et de mon­trer que leurs convic­tions sont à défendre lors du scru­tin fati­dique du 28 juin (1er tour) et du 7 juillet (2e tour). 

Auré­lien Rous­seau a un par­cours qui peut sem­bler assez aty­pique : ancien socia­liste, atti­ré par la Macro­nie jus­qu’à la rup­ture lors de l’in­tro­duc­tion du pro­jet de loi sur l’im­mi­gra­tion (2023). Raphaël Glucks­mann, chef du par­ti Place publique, a pro­po­sé la can­di­da­ture de cet ancien ministre de la san­té pour cette cir­cons­crip­tion qui est jugée gagnable par la gauche et, éga­le­ment, par le Ras­sem­ble­ment natio­nal. Ques­tion­né par un Confla­nais sur son posi­tion­ne­ment poli­tique, Auré­lien Rous­seau n’a pas caché son par­cours ni cher­ché à se jus­ti­fier : « L’heure est grave pour l’a­ve­nir du pays ; j’ai été ministre avec Emma­nuel Macron et j’ai fait le maxi­mum pour que les Fran­çais soient pro­té­gés lors de la pan­dé­mie [NDLR : il était direc­teur de l’A­gence régio­nale de la San­té (ARS) d’Île-de-France]  mais j’ai démis­sion­né en rai­son de diver­gences de fond sur la loi Immi­gra­tion… » La réponse a, semble-t-il, satis­fait le citoyen auquel il avait répon­du. Sur un ter­ri­toire sym­bo­li­que­ment atta­ché au Rocar­disme, le public semble atti­ré par un tel dis­cours clas­sique d’une gauche regon­flée à bloc.

La rédac­tion du J2R a posé une ques­tion un peu pro­vo­ca­trice : « Êtes-vous là pour faire le mar­ché poli­tique ? » Pas du tout ! Auré­lien Rous­seau a répon­du : « Ce n’est pas un jeu ; je suis ici pour faire front au RN. » Il a ajou­té : « Je pense être utile à Conflans, à Chan­te­loup, à Triel et à Mont­cient… On a avec nous tous les mili­tants des par­tis de gauche, mal­gré les quelques désac­cords. » « L’es­sen­tiel, a‑t-il répé­té, « est de bar­rer la route au RN. »    

Cepen­dant, la poli­tique de san­té publique menée pen­dant son admi­nis­tra­tion à la tête de l’ARS revient sur la scène publique. La rédac­tion du J2R a posé une ques­tion qui fâche : « Quant à la poli­tique sec­to­rielle menée ici dans la Val­lée de la Seine où l’ARS a restruc­tu­ré le milieu hos­pi­ta­lier, quel bilan tirez-vous de cette poli­tique et de ses effets induits ? » Auré­lien Rous­seau estime qu’il a rem­pli sa mis­sion : « Je me suis bat­tu pour gar­der la soli­di­té du sec­teur hos­pi­ta­lier à Pois­sy et à Mantes-la-Jolie, mais la ratio­na­li­sa­tion [du sec­teur hos­pi­ta­lier] a mon­tré ses limites. Il faut désor­mais gar­der les ser­vices publics, même si, par défi­ni­tion, ils ne sont pas ren­tables ». C’est, en effet, ce que demandent les Fran­çais par leur vote déses­pé­ré… pour le RN.

Fina­le­ment, la pre­mière visite d’Au­ré­lien Rous­seau à Conflans-Sainte-Hono­rine s’est bien dérou­lée, avec diverses ren­contres. Deux semaines lui res­tent pour répondre aux cri­tiques de ses adver­saires, notam­ment celles por­tant sur son para­chu­tage inat­ten­du et, sur le fond, sur dix mesures du Front popu­laire(1) qui semblent faire peur à une cer­taine caté­go­rie d’é­lec­teurs.

Note

1. Voir la vidéo Les 10 prin­ci­pales mesures du Nou­veau Front popu­laire de Brut.https://youtu.be/F0_u3vpU3_Y?si=5Qdd9tMoC1X9p7Y8

Pho­to repor­tage 

 

 

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

RÉSERVEZ VOTRE PANIER DU MARAÎCHER (FERME DE TORCHY) A RETIRER LE VENDREDI OU LE SAMEDI AU RELAIS JOURNAL DES DEUX RIVES 76 RUE PAUL DOUMER À TRIEL !

RÉSERVATION
LES MARDI & MERCREDI
PAR SMS AU 07 67 53 45 63
RENS AU 06 79 69 51 50

Share This
Verified by MonsterInsights