Actua­li­tés

L’agriculture bio­lo­gique fran­ci­lienne se porte bien

par | 15 février 2021 | Com­mu­ni­qués, Envi­ron­ne­ment

Mal­gré les rumeurs, les terres agri­coles sont exploi­tées de plus en plus en méthode bio­lo­gique. (DR)

Pour ses 10 ans, l’Observatoire Régio­nal de l’Agriculture Bio­lo­gique (ORAB) ani­mé par le GAB IdF peut se pré­va­loir d’un bilan posi­tif ! Avec près de 6000 hec­tares sup­plé­men­taires et plus d’une cen­taine de nou­velles fermes ins­tal­lées ou conver­ties en 2020, la région Île-de-France tota­lise 546 fermes bio qui repré­sentent près de 30 000 hec­tares enga­gés en agri­cul­ture bio (AB) dans tous les types de productions.

« A mon âge, j’aurai pu conti­nuer en conven­tion­nel, mais on allait dans le mur », explique Bru­no, 52 ans, marié et père de 3 enfants à la tête d’une ferme céréa­lière de 163 hec­tares ache­tées par son grand-père. Il a fait le choix du pas­sage en bio pour trans­mettre un outil viable à ses enfants. Sa ferme est l’une des 69 fermes conven­tion­nelles conver­ties, sur les 102 nou­velles exploi­ta­tions recen­sées par l’ORAB au 31 décembre der­nier, en Île-de-France .

Si elle reste un chal­lenge et est sou­vent rap­por­tée comme un chan­ge­ment de métier, la conver­sion vers l’agriculture bio­lo­gique ne fait plus peur. « Je tire mon cha­peau à ceux qui se sont lan­cés il y a 20 ans. Aujourd’hui, j’arrive dans une filière en place », pour­suit Bru­no. La conver­sion vers l’AB appa­raît comme une solu­tion pour aller vers de nou­veaux débou­chés, un moyen de valo­ri­ser davan­tage sa pro­duc­tion, de moins dépendre des fluc­tua­tions du mar­ché, d’être par­fois plus en accord avec ses valeurs et, enfin, de répondre à une demande crois­sante des consom­ma­teurs à la fois pour des pro­duits de qua­li­té, mais aus­si, et c’est l’un des effets de la crise sani­taire, d’une pro­duc­tion de proxi­mi­té. En somme, l’a­gri­cul­ture bio ren­force les liens éco­no­miques entre acteurs locaux, conso­li­dant ce concept d’é­co­no­mie circulaire.

Les enga­ge­ments 2020 sup­plantent la dyna­mique des deux der­nières années tant en nombre de fermes, qu’en sur­faces. Avec près de 6000 hec­tares nou­veaux, la Région Île-de-France atteint les 29 770 ha culti­vés en AB au 31 décembre 2020. La sur­face moyenne enga­gée est de 54,7 ha par ferme en 2020, légè­re­ment supé­rieure à 2019. Contrai­re­ment à ce que cer­tains éco­lo­gistes avaient dénon­cé lors de l’ar­ri­vée au pou­voir régio­nal de Mme Pécresse, la filière bio se porte bien et cela conti­nue­ra, Covid oblige.

Ces nou­velles fermes sont répar­ties sur toute la région : 49 en Seine-et-Marne, 27 dans les Yvelines, 16 dans l’Essonne, 7 dans la Petite Cou­ronne et 3 dans le Val‑d’Oise. Tous les types de pro­duc­tions sont repré­sen­tés avec une majo­ri­té d’exploitations en grandes cultures (54), 14 en maraî­chage, 6 en api­cul­ture, 6 en éle­vage, 6 en arbo­ri­cul­ture, 5 en PPAM (Plantes à Par­fum, Aro­ma­tiques et Médi­ci­nales) et 3 en viti­cul­ture. Plu­sieurs exploi­ta­tions ont un pro­fil d’exploitation mixte (bio­lo­gique et conven­tion­nel), ce qui repré­sente un poten­tiel de terres à conver­tir dans les années à venir.

Sur 102 nou­velles exploi­ta­tions, 59 (58 %) se situent sur des Aires d’Alimentation de Cap­tage d’eau potable. L’absence d’engrais chi­mique de syn­thèse fait de l’agriculture bio­lo­gique un bon allié des ges­tion­naires de l’eau. L’Agence de l’Eau Seine Nor­man­die et Suez sou­tiennent le GAB spé­ci­fi­que­ment pour le déve­lop­pe­ment de l’AB dans ces zones.

Ani­mé par le GAB IdF, grâce au sou­tien du Conseil régio­nal d’Île-de-France, l’ORAB pro­duit chaque année un état des lieux de la pro­duc­tion et des filières bio fran­ci­liennes. En février, sont publiés les chiffres de la pro­duc­tion bio d’Île-de-France au terme de l’année écou­lée ; en juin, l’Observatoire de l’amont et en sep­tembre celui de l’aval de la filière.

En 10 ans, la région est pas­sée de :

152 à 546 fermes bio
7000 à près de 30 000 hec­tares.
1,2 % de la SAU (Sur­face agri­cole utile) en 2010 à 5,2 % en 2020

En 2010, l’agriculture bio­lo­gique repré­sen­tait 2,7 % des exploi­ta­tions agri­coles, 11,4 % des fermes en 2020. Avec ces chiffres, l’Observatoire régio­nal de l’Agriculture bio­lo­gique en Île-de-France peut fêter ses 10 ans avec une cer­taine satisfaction.

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://​fr​.tipeee​.com/​l​e​s​-​2​-​r​i​v​e​s​-​y​v​e​l​i​nes

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This