Actualités

La réfection de la cantine du Lycée François Villon toujours dans l’impasse

par | 15 juillet 2021 | Les Mureaux, Socié­té

La vétus­té des cui­sines et de la lave­rie de la can­tine sco­laire du Lycée Fran­çois Vil­lon pose tou­jours sou­ci. (DR)

Vétuste, la can­tine du Lycée Fran­çois Vil­lon aux Mureaux devait être refaite cet été. Les tra­vaux ont fina­le­ment été de nou­veau repor­tés, au grand dam du per­son­nel qui ne se sent pas respecté.

La can­tine vétuste du Lycée Fran­çois-Vil­lon n’est pas prête d’être refaite ! Pour­tant, il y a bien urgence. Celles et ceux qui suivent l’actualité locale se sou­viennent encore du couac de sep­tembre 2020 qui avait pri­vé, pen­dant près de trois jours, des élèves du lycée de repas à la can­tine, rem­pla­cés par des paniers fru­gaux. La cause était la panne d’un lave-vais­selle qui ne per­met­tait pas aux agents d’as­su­rer le net­toyage des cou­verts et des assiettes.

En véri­té, ce type de couac revient régu­liè­re­ment dans cette can­tine sco­laire aus­si vieille que l’établissement, inau­gu­ré en 1982. Selon nos infor­ma­tions, voi­ci trois ans que le per­son­nel attend des tra­vaux pour le res­tau­rant du lycée qui n’est plus en mesure d’ac­cueillir conve­na­ble­ment l’en­semble des lycéens et du per­son­nel. Outre les appa­reils défec­tueux en cui­sine (zone de pro­duc­tion et zone de net­toyage), les toi­lettes obso­lètes et les normes d’hygiène plus que dou­teuses, le réfec­toire est bien trop petit pour accueillir les élèves demi-pensionnaires.

Un chantier au point mort depuis le 6 juillet

Ini­tia­le­ment pro­gram­més au prin­temps 2020 par la Région Île-de-France, ces impor­tants tra­vaux de réno­va­tion de la can­tine ont été repor­tés à 2021. Depuis mars der­nier, cabi­nets d’architecture et entre­prises diverses se sont ren­dus sur place pour démar­rer le chan­tier, notam­ment au niveau des cana­li­sa­tions sous la cour. Le per­son­nel a même pu assis­ter à plu­sieurs réunions mais le chan­tier est res­té au point mort. Sur place, tout est à l’arrêt sous pré­texte d’une obten­tion du per­mis de construire reçue trop tar­di­ve­ment, celui-ci étant sus­pen­du jusqu’au 20 août !

Résul­tat ? C’est le sta­tu quo. Des bâti­ments pro­vi­soires, fabri­qués par Alge­co, devaient être ins­tal­lés le temps des tra­vaux sur les plots en béton posés dans la cour.

La zone de tra­vaux qui devait accueillir les bâti­ments pro­vi­soires le temps des tra­vaux. (DR)

Dans un cour­rier adres­sé le 8 juillet au pro­vi­seur du lycée, la direc­tion du patri­moine et de la main­te­nance du Pôle lycées de la région confirme, après avoir échan­gé avec les ser­vices de l’urbanisme de la Ville des Mureaux, qu’elle ne pour­ra pas obte­nir, dans des délais com­pa­tibles avec le calen­drier du chan­tier, les auto­ri­sa­tions admi­nis­tra­tives néces­saires à l’installation de la demi-pen­sion provisoire.

Alors que les tra­vaux devaient se dérou­ler du 5 juillet au 31 août,  les tra­vaux de la demi-pen­sion dans l’actuel bâti­ment sont de nou­veau repor­tés à l’été 2022. En consé­quence, l’installation de la demi-pen­sion pro­vi­soire dans la cour est annu­lée. La direc­tion du patri­moine et de la main­te­nance du Pôle lycées indique même que les locaux de la demi-pen­sion et la lave­rie res­te­ront en l’état et en ser­vice jusqu’à la mi-mai 2022.

Un personnel qui perd patience

Le hic est qu’en l’état actuel des choses, le per­son­nel ne peut reprendre le ser­vice plonge. La remise en fonc­tion­ne­ment de la machine à laver n’est en effet pas réa­li­sable. Une cuve est rouillée et les sou­dures déjà réa­li­sées ne sont plus répa­rables, ce qui pro­voque des fuites d’eau sur la par­tie élec­trique de la lave­rie, ne garan­tis­sant guère la sécu­ri­té des agents lors de son uti­li­sa­tion. Alors que le sto­ckage de la vais­selle mouillée est géné­ra­teur de déve­lop­pe­ment micro­bien, l’utilisation du jetable n’est pas envi­sa­geable au regard de la pra­ti­ci­té du ser­vice (ralen­tis­se­ment du ser­vice des élèves et surcoût).

De ce fait, le Ser­vice res­tau­ra­tion de la région tente actuel­le­ment de trou­ver une solu­tion rapide pour ins­tal­ler une nou­velle machine à laver adap­tée à la confi­gu­ra­tion actuelle de la lave­rie, le but étant que la lave­rie soit uti­li­sable dès la ren­trée de septembre.

De son côté, le per­son­nel com­mence à perdre patience. Selon eux, des cen­taines de mil­liers d’euros viennent d’être jetées par les fenêtres, sans comp­ter tout le tra­vail réa­li­sé en amont : dépla­ce­ment du pla­teau res­tau­ra­tion dans dif­fé­rentes réserves telles que le gym­nase pour libé­rer de l’espace, nom­breux appels d’offres, études de mar­ché et com­mandes, etc.). La quin­zaine d’agents ont le sen­ti­ment d’être menés en bateau et de ne pas être res­pec­tés. Ils pensent sur­tout au bien des élèves, nom­breux à pro­fi­ter de la can­tine dans ce lycée mal des­ser­vi par les réseaux de bus. Sur 1400 élèves, 900 sont d’ores et déjà ins­crits comme demi-pen­sion­naires dès la ren­trée. Le compte à rebours est lancé.

Contac­tées le 12 juillet, les dif­fé­rentes per­sonnes de la Région Île-de-France en charge du dos­sier n’ont pas répon­du à nos sollicitations.

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This