Actualités

La Métropole du Grand Paris projette un réseau de 200 kilomètres de pistes cyclables à court terme

par | 15 juillet 2021 | Mobi­li­té, Socié­té

Le plan vélo de la Métro­pole du Grand Paris a été adop­té le 9 juillet 2021. (J2R)

La Métro­pole du Grand Paris, pré­si­dée par Patrick Ollier, a pré­sen­té son plan vélo, voté le 9 juillet 2021 par le conseil métro­po­li­tain. Il est consti­tué de 8 axes de pistes cyclables tra­ver­sant la métro­pole, avec un bud­get de 10 mil­lions d’euros par an.

Un développement rapide d’ici à 2030

La Métro­pole du Grand Paris tente d’intégrer le vélo à la cir­cu­la­tion de son ter­ri­toire en se basant sur une esti­ma­tion du Plan Cli­mat Air Éner­gie Métro­po­li­tain (PCAEM) : près de la moi­tié des tra­jets en voi­ture y font moins de trois kilo­mètres. L’objectif est donc d’inciter les habi­tants à uti­li­ser le vélo pour ces tra­jets en construi­sant des équi­pe­ments sécu­ri­sés. La métro­pole sou­haite à l’horizon 2030 que les dépla­ce­ments à vélo soient mul­ti­pliés par trois. Pour ce faire, elle pro­pose 8 axes de pistes cyclables en conti­nu, afin de créer un véri­table réseau pour les vélos sur 200 kilo­mètres, en y consa­crant un bud­get de 10 mil­lions d’euros par an jusqu’en 2026.

Si pour Louis Belen­fant, direc­teur du Col­lec­tif Vélo Île-de-France, la métro­pole du Grand Paris est en retard sur la ques­tion des vélos, ce retard est rat­tra­pable. C’est, semble-t-il, la volon­té de la métro­pole qui cherche à mettre en place ces axes le plus rapi­de­ment pos­sible. Avec 40 % des amé­na­ge­ments cyclables déjà réa­li­sés, et une approche que Jacques Bau­drier, conseiller métro­po­li­tain délé­gué au déploie­ment des pistes cyclables, qua­li­fie de « prag­ma­tisme bud­gé­taire », l’objectif est que la majeure par­tie de ce pro­jet soit réa­li­sée dans les 6 ans à venir.

Un projet construit en collaboration

La métro­pole explique que, pour construire ce plan vélo, elle a tra­vaillé avec les 65 maires concer­nés par le pro­jet, sans quoi la conti­nui­té du réseau cyclable n’aurait pas été garan­tie. Par ailleurs, les asso­cia­tions ont éga­le­ment col­la­bo­ré au pro­jet, notam­ment par l’intermédiaire du col­lec­tif Vélo Île-de-France qui regroupe de nom­breuses asso­cia­tions et qui a sui­vi l’ensemble des démarches du plan. Pour Jacques Bau­drier, la réus­site du pro­jet tient en la mobi­li­sa­tion des dif­fé­rents acteurs et seul ce tra­vail col­la­bo­ra­tif per­met une har­mo­ni­sa­tion et une conti­nui­té du réseau. Pour la suite, il est pré­vu que la col­la­bo­ra­tion reste au cœur du pro­ces­sus en tra­vaillant par « comi­té d’axe ». Ces comi­tés vont per­mettre de réunir tous les acteurs concer­nés pour chaque ligne du plan vélo :  des maires au dépar­te­ment, en pas­sant par la région et les associations.

Si le réseau pré­vu par la métro­pole, qui s’inscrira en com­plé­men­ta­ri­té avec le futur RER Vélo, est une avan­cée pour la pra­tique sécu­ri­sée du vélo en Île-de-France, il s’ar­rête à l’ouest, à Rueil-Mal­mai­son, la limite de la métro­pole du Grand Paris. Pour le nord-est des Yve­lines, il va fal­loir comp­ter sur la mise en place du RER Vélo pour des amé­na­ge­ments de grande ampleur. Pour­tant, on peut noter de nom­breuses situa­tions à risques qui rendent dif­fi­cile la pra­tique du vélo. En effet, l’association « Un Vélo Qui Roule » de Mau­re­court a recen­sé dans la région les dif­fé­rents « points noirs » des pistes cyclables. Cette liste sou­ligne les pas­sages dan­ge­reux pour les cyclistes, sou­vent liés aux nom­breuses inter­rup­tions des pistes cyclables et à des amé­na­ge­ments non sécurisés.

 Article rédi­gé par Romane Destombes

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This