Actualités

La France va-t-elle être ingouvernable à l’issue des élections législatives ?

par | 26 juin 2024 | Poli­tique, Tri­bunes

Le palais Bour­bon siége de l’As­sem­blée natio­nale (DR)

Le 7 juillet 2024, une nou­velle Assem­blée natio­nale est élue. Trois forces d’importances inégales s’en déga­ge­ront. L’hypothèse d’absence de majo­ri­té abso­lue (289 sièges) est très pos­sible.
Dans ce cas, la France sera-elle ingou­ver­nable ? Exa­mi­nons la situa­tion poli­tique sim­ple­ment et les échéances qui se pré­sentent pour le pro­chain gou­ver­ne­ment.

Si par­mi les forces poli­tiques en lice, le Nou­veau Front Popu­laire comme le Ras­sem­ble­ment Natio­nal espèrent une majo­ri­té pour gou­ver­ner seuls, alors qu’Ensemble cherche à sau­ver les meubles, il n’est pas du tout sûr que les nom­breux fran­çais qui s’apprêtent à voter leur faci­litent les choses … En effet, à par­tir d’un son­dage IFOP – Fidu­cial du 21 juin, mon­sieur B. Morel, Doc­teur en sciences poli­tiques à L’ENS Paris fait la pro­jec­tion en sièges sui­vante :

  • RN et Alliés : 200 à 240 sièges
  • NFP : 180 à 210 sièges
  • Ensemble : 80 à 110 sièges
  • Les Répu­bli­cains et divers droite : 40 à 60 sièges
  • Divers gauches : 8 à 12 sièges
  • Divers : 5 à 10 sièges

Si cette projection se confirme. Que peut-il se passer ?

Deux don­nées ins­ti­tu­tion­nelles objec­tives : d’une part, le Par­le­ment ne peut être dis­sout pen­dant un an. D’autre part , s’adressant solen­nel­le­ment aux fran­çais, le Pré­sident a impli­ci­te­ment fait savoir le 9 juin qu’il pour­sui­vrait son man­dat jusqu’en 2027 en décla­rant avoir « déci­dé de (nous) redon­ner le choix de notre ave­nir par­le­men­taire ». A l’inverse de la pra­tique de Charles de Gaulle qui condi­tion­nait son main­tien à l’approbation des fran­çais, F. Mit­ter­rand et Jacques Chi­rac se sont main­te­nus bien que désa­voués aux légis­la­tives de 1986 et de 1997. E. Macron fait pareil.

A l’issue de cette élec­tion, expri­mons le vœux que le souf­flet des pas­sions et son cor­tège de pro­messes à gogo soient sui­vis d’un retour à la rai­son. En effet, la pre­mière échéance qui attend le pro­chain gou­ver­ne­ment est le vote de la loi de finances 2025. Le pro­jet de loi doit être dépo­sé sur le bureau du Par­le­ment au plus tard le 1er mar­di d’oc­tobre de l’an­née qui pré­cède. Confor­mé­ment à la Consti­tu­tion, la loi de finances dite ini­tiale est votée par les par­le­men­taires avant le 31 décembre. Ce pro­jet de loi est actuel­le­ment dans sa phase pré­pa­ra­toire au minis­tère de l’É­co­no­mie et des Finances.

Il faudra bien qu’il y ait un gouvernement de court terme !

Dans un pre­mier temps, on com­mence à par­ler de gou­ver­ne­ment tech­nique. Il n’est pas sûr qu’en l’ab­sence de majo­ri­té abso­lue même après des ral­lie­ments vers la droite ou la gauche, une nou­velle équipe avec un pro­gramme puisse spon­ta­né­ment sur­gir. En atten­dant, l’impératif est la conti­nui­té de l’État et l’adoption des volets dépenses et recettes qui n’attendent pas ! Il fau­dra donc que les par­le­men­taires s’ar­rangent pour que la France ait un bud­get. L’essentiel est que ce bud­get, qui ne pré­juge pas de l’a­ve­nir, soit voté.

Dans un second temps, les par­le­men­taires ayant com­plé­te­ment la main, ils devront se mon­trer capables de for­mer une majo­ri­té et d’in­car­ner une poli­tique. Dans notre Répu­blique, les dépu­tés repré­sentent la Nation et n’ont pas de man­dat impé­ra­tif. Un accord de gou­ver­ne­ment, sorte de syn­thèse pro­gram­ma­tique des uns et des autres est par­fai­te­ment réa­li­sable s’ils en ont la volon­té. Un chan­ge­ment des men­ta­li­tés de nos poli­tiques serait une belle réponse à la crise ouverte pro­vo­quée par la dis­so­lu­tion intem­pes­tive du Pré­sident. La France a besoin de sta­bi­li­té et de repré­sen­tants res­pon­sables qui n’ex­citent pas les pas­sions en per­ma­nence. L’été et les J.O. contri­bue­ront peut être à nous déga­ger de cette gangue funeste. L’impératif est la réunion du plus grand nombre pour faire avan­cer le pays et ses citoyens : être éco­nome en parole, lais­ser les polé­miques qui figent les esprits et ne règlent rien.

Et puis, pourquoi pas un gouvernement de coalition ?

On devrait obser­ver com­ment font nos voi­sins alle­mands. Eh bien que cha­cun mette de l’eau dans son vin. Que les forces modé­rées se réunissent. Que l’on laisse de côté les bou­ti­quiers de la poli­tique de tous bords qui ne voient qu’en­ne­mis, bouc emis­saire et com­plot..
Le poli­tique res­pon­sable doit savoir don­ner pour rece­voir, faire des com­pro­mis pour s’oc­cu­per des classes moyennes car les pro­blèmes ne manquent pas. Les besoins essen­tiels sont la sécu­ri­té, la san­té et l’é­du­ca­tion. C’est déjà pas mal si on pro­gresse dans ces trois sec­teurs ces trois pro­chaines années sans mettre à plat l’é­co­no­mie !

 

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

RÉSERVEZ VOTRE PANIER DU MARAÎCHER (FERME DE TORCHY) A RETIRER LE VENDREDI OU LE SAMEDI AU RELAIS JOURNAL DES DEUX RIVES 76 RUE PAUL DOUMER À TRIEL !

RÉSERVATION
LES MARDI & MERCREDI
PAR SMS AU 07 67 53 45 63
RENS AU 06 79 69 51 50

Share This
Verified by MonsterInsights