Actualités

Keolis : un piquet de grève annonciateur de troubles dans un proche avenir

par | 14 octobre 2022 | Poli­tique, Socié­té, Ver­neuil-sur-Seine

Le per­son­nel dans son ensemble s’est réuni pour expo­ser les rai­sons de la grève et ses réven­di­ca­tions. (J2R)

A Keo­lis le 14 octobre, des conduc­teurs, des cadres, des méca­nos étaient tous d’ac­cord : il faut res­pec­ter les accords col­lec­tifs de la branche trans­port. La pri­va­ti­sa­tion équi­vaut à faire table rase d’un fonc­tion­ne­ment basé sur un consen­sus et de la sécu­ri­té pour les agents et les voya­geurs. La grève de ce mois d’oc­tobre 2022 est annon­cia­trice des troubles sociaux demain. 

Tout le monde syn­di­cal était a prio­ri pré­sent au piquet de grève de Ver­neuil-sur-Seine, le 14 octobre : la CGT, la CFDT, le syn­di­cat des cadres. Tous les bus étaient blo­qués et le per­son­nel était à 100 % avec ce mou­ve­ment de grève lan­cé par l’in­ter­syn­di­cale, com­pre­nant notam­ment la CGT et la CFDT.

Pour contex­tua­li­ser la pro­blé­ma­tique de ce mou­ve­ment social, qui s’est endur­ci, Mme Ghis­laine Senée, conseillère régio­nale (EE-LV) a sou­li­gné l’im­por­tance de gar­der les accords de la conven­tion col­lec­tive de cette branche trans­ports : « Ce sont des chauf­feurs qui se réveillent tôt le matin, et, qui assurent la sécu­ri­té des usa­gers… Les accords sala­ria[ux] viennent à échéance dans un mois ; le délé­ga­taire du ser­vice public, Keo­lis [qui avait empor­té l’ap­pel d’offres en 2020] semble vou­loir ubé­ri­ser l’en­semble du per­son­nel pour faire des éco­no­mies. C’est inac­cep­table pour des rai­sons de jus­tice et de sécu­ri­té. D’a­bord, ces sala­riés ont don­né 20 à 25 ans de leur vie au sec­teur de trans­port ; en plus, ils assurent la sécu­ri­té des usa­gers ; enfin, la mise en concur­rence ne marche pas. »

De plus, Mme Senée a inter­pel­lé la pré­si­dente de la Région Île-de-France, Mme Valé­rie Pécresse, en sou­li­gnant que la sécu­ri­té rou­tière n’est plus assu­rée par cette poli­tique du moins-disant : « La droite libé­rale doit se rendre compte que les recettes néo-libé­rales ne marchent plus : les exemples de l’élec­tri­ci­té, du trans­ports sont là pour le prou­ver. »

Pour Mme Senée, ce mou­ve­ment social devrait aler­ter l’en­semble de la popu­la­tion sur les évo­lu­tions pas­sées et en cours. « Il ne faut pas que les sala­riés soient per­dants lorsque les néo­li­bé­raux jouent avec le sys­tème social en France, » a‑t-elle ajou­té.

Du côté de la CFDT, Rama­zan Ozben, délé­gué syn­di­cal, a cor­ro­bo­ré cette ana­lyse  : « Les éco­no­mies deman­dées par Keo­lis sont la tra­duc­tion d’un sys­tème moins-disant qui met la pres­sion sur les sala­riés. » En effet, pour lui, il s’a­git de la preuve que Keo­lis a pro­po­sé un « ser­vice de trans­port public low-cost » et que cela va empi­rer, notam­ment par le manque de per­son­nel qua­li­fié, le manque de net­toyage des bus et, sur­tout, le manque de main­te­nance.

En conclu­sion, ces gré­vistes alertent la popu­la­tion pour sou­li­gner que la situa­tion reste catas­tro­phique et que cela ne va pas se ter­mi­ner dans la joie. La vague de pri­va­ti­sa­tions depuis les années 1980 (mer­ci, les socia­listes !) abou­tit à ce cycle de contes­ta­tion sociale et poli­tique.

 

RÉSERVEZ VOTRE PANIER DU MARAÎCHER (FERME DE TORCHY) A RETIRER LE VENDREDI OU LE SAMEDI AU RELAIS JOURNAL DES DEUX RIVES 76 RUE PAUL DOUMER À TRIEL !

RÉSERVATION
LES MARDI & MERCREDI
PAR SMS AU 07 67 53 45 63
RENS AU 06 79 69 51 50

Share This
Verified by MonsterInsights