Actua­li­tés

Ghislaine Senée
sou­tient la liste Triel Autre­ment

par | 25 juin 2020 | Com­mu­ni­qués, Triel-sur-Seine

Le 24 juin, Mme Senée a pris sa plume pour expli­quer le sens de son sou­tien à Triel Autre­ment.  (DR)

Le forum du débat Triel et sa poli­tique a publié, le 24 juin, en pre­mière, la tri­bune de Mme Ghislaine Senée, figure incon­tour­nable de l’é­co­lo­gie poli­tique dans la val­lée de la Seine. Elle prend posi­tion dans la bataille triel­loise en met­tant en avant “le sérieux” du pro­jet de la liste Triel Autre­ment. En outre, elle fus­tige les “ven­deurs de rêves”. Avec l’ac­cord de Mme Senée, le J2R publie sa tri­bune.

Elue régio­nale, ancienne maire d’E­vec­que­mont et du conseil com­mu­nau­taire GPSEO, sou­cieuse pour notre démo­cra­tie et notre envi­ron­ne­ment, j’ai déci­dé de défendre le pro­jet de Triel Autre­ment, beau­coup plus en phase avec les vrais enjeux à venir pour Triel-sur Seine et ses habitant.e.s. Et je vous explique pour­quoi :

La plus grande dif­fi­cul­té des com­munes aujourd’­hui est de répondre aux besoins de leurs habi­tants en assu­rant le meilleur ser­vice public avec des moyens finan­ciers qui n’ont ces­sé de bais­ser ces der­nières années, l’E­tat ayant déci­dé de cou­per dras­ti­que­ment les dota­tions.

Il existe certes encore quelques aides. Ain­si la région Ile de France est l’un des finan­ceurs prin­ci­paux des col­lec­ti­vi­tés. Elle peut aider jus­qu’à 50 % du mon­tant de l’in­ves­tis­se­ment mais avec un mon­tant de l’aide pla­fon­né à 1 mil­lion voir excep­tion­nel­le­ment 1,5 M€ (cf lien)

Alors il faut se le dire tout de suite, même si je salue le tra­vail d’a­ni­ma­tion de l’é­quipe Triel C’est vous : c’est men­tir aux Triel­loises et aux Triel­lois d’af­fir­mer qu’un finan­ce­ment de 60 % est assu­ré pour les deux pro­jets qu’ils pro­posent, même avec l’aide du dépar­te­ment et de GPSEO.

Fai­sons une vraie com­pa­rai­son entre le com­plexe spor­tif pré­sen­té par Triel C’est Vous et le COSEC de Vaux sur Seine que j’ai eu le plai­sir d’i­nau­gu­rer et qui leur a ser­vi d’ar­gu­ment. Celui-ci com­prend 2 belles salles de pra­tiques (dojo et sports col­lec­tifs) et ves­tiaires, pas de ter­rasse, ni lieu de convi­via­li­té ni parc de sta­tion­ne­ment. Celui-ci “n’a coû­té que” 3,2 mil­lions. Ain­si, ils ont pu à Vaux, (avec l’aide du Parc Natio­nal régio­nal Vexin Fran­çais, PNRVF  dont ne peut béné­fi­cier encore Triel), atteindre effec­ti­ve­ment les 60 % de finan­ce­ment en allant au maxi­mum des mon­tants pla­fon­nés. Au-delà, plus le mon­tant du bien d’é­qui­pe­ment est impor­tant, moins il est pos­sible d’at­teindre un tel pour­cen­tage.

N’ayant pu faire mes com­men­taires direc­te­ment sur leur site, ce qui me semble tota­le­ment anti-démo­cra­tique, je sou­hai­tais leur sou­li­gner cela, sur­tout grâce à la com­pa­rai­son qu’ils ont faite entre le niveau d’in­ves­tis­se­ment en biens d’é­qui­pe­ments et les sub­ven­tions reçues sur les 10 der­nières années entre André­sy et Triel. Ils démontrent eux-mêmes que glo­ba­le­ment la part des sub­ven­tions obte­nues repré­sentent sur l’en­semble des mon­tants inves­tis, 22 % d’aides sur 32 mil­lions dépen­sés pour André­sy et 15 % pour Triel. Le reste est bien enten­du à la charge de la com­mune. Cela fait réflé­chir, non ? C’est irréa­liste pour les finances com­mu­nales de Triel, sur­tout quand en plus on pro­met de ne pas aug­men­ter les impôts.

Sérieu­se­ment, on en a que trop sou­pé des fausses pro­messes sur ce ter­ri­toire, que ce soit ici à Triel, ou à la CU GPSEO à l’é­poque ! Tout ceci dis­cré­dite le tra­vail des élus locaux mais aus­si le tra­vail d’autres can­di­dats sérieux qui ont autant d’am­bi­tion pour leur ville tout en refu­sant de vendre du rêve.

 

Pour en savoir plus sur :

Contrat d’a­mé­na­ge­ment régio­nal (CAR).

 

Share This