Vous êtes ici

Foncier

Le 27 septembre a eu lieu la contractualisation entre la ville d'Andrésy et la région Île-de-France pour l'aménagement de deux équipements publics : le Complexe socio-culturel et sportif Louise-Weiss et le Groupe scolaire Denouval vont faire l'objet d'un programme de réhabilitation nécessaires pour être aux normes et satisfaire les besoins des habitants dans une ville où l'on fait tout pour réussir. Pour l'ensemble, le budget global de deux sites s'élève à 7,8 M€ dont 900 000 € HT constituent la subvention de la Région Île-de-France, représentée par Alexandra Dublanche, vice-présidente ; de côté d'Andrésy, Hugues Ribault a signé un de ses derniers actes en tant que maire de la commune avant les élections municipales de 2020.

Du 27 juin au 11 juillet 2019, a eu lieu une enquête publique relative à la délimitation, à Médan, entre le domaine public fluvial et les parcelles privées de la rue de Seine (entre le n°37 et l’ancien restaurant « Le Moulin Rouge »). Le commissaire enquêteur a décrit les conditions et le déroulement de l’enquête et a exposé ses conclusions qui ont motivé son avis favorable.

Depuis la rentrée, il devient impossible de marcher sur les trottoirs de la rue Paul-Doumer à Triel entre la rue Trousseline et la rue de Chanteloup. Les voitures empiètent sur les trottoirs et sont stationnées très près des bâtiments, sans laisser la place aux piétons ou aux personnes avec des enfants en bas d'âge. Les autorités compétentes ont été alertées. 

pour réaliser le macrolot de 40 000 m2 au cœur du quartier d’activités Mantes Innovaparc, le vendredi 21 juin 2019, le groupement Pichet a été désigné lors d’une séance ouverte aux acteurs économiques du territoire et animée par Rémi Cambau de Cadre de Ville.  Le jury était composé de Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, président de l’EPAMSA,  Philippe Tautou, président de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, Emmanuel Mercenier, directeur général de l’EPAMSA, Christian Devillers, architecte-urbaniste de la ZAC Mantes Innovaparc et Harris Bodard, délégué général d’Essor 78 (Entreprises Seine & Oise et Réseaux). 

Comme évoqué dans une précédente tribune d'ANACOFI Immo du 25 mars 2019, il convient de faire preuve de précision lorsqu’on évoque l’immobilier en France, afin de lutter contre les visions hâtives et parfois déformées que l’opinion ou les pouvoirs publics peuvent formuler dans ce secteur. Dans cette tribune, il est question de la dynamique des prix de l’immobilier dans les zones métropolitaines(1) en France, afin d’évaluer si ceux-ci sont proches d’un retournement, voire d’un krach, thèse développée régulièrement par certains observateurs.

Le 8 juillet, une nouvelle réflexion a été lancée sur le devenir de l'entrée sud de Triel pour et par la société EMTA et la ville de Triel-sur-Seine. La municipalité souhaitant associer les Triellois aux réflexions qui concernent la transformation de la ville, cette consultation a fait l'objet d'un échange constructif entre le public (60 personnes) et une direction de la société exploitante du site EMTA (Entreprise moderne terrassement agrégats). Un deuxième rendez-vous aura lieu le 12 septembre avec une visite sur place et peut-être quelques suggestions de la part d'un public fort averti aux questions complexes de l'aménagement foncier urbain. 

Depuis janvier 2019, le projet Vinci est dans l'impasse : recours des riverains, prorogation de l'utilisation de cet édifice par la Croix-Rouge qui héberge environ 170 réfugiés. Désormais, le panneau affichant le permis de construire a été enlevé. On ne sait pas pourquoi ni par qui, mais il est probable que le promoteur ADIM (filiale de Vinci) ait jeté l'éponge définitivement. Dans un message sur Facebook, Michel Poirot, adjoint à l'urbanisme à Triel-sur-Seine, a corroboré, le 7 juillet, notre analyse : "Enfin une perspective d'avenir pour les Tilleuls !  La Croix-Rouge et le propriétaire [EPAHD de Satrouville] sont parvenus à un accord. L'immeuble devrait être réhabilité et garder son aspect architectural."

Cette tribune qui provient de l'association militante  Triel Autrement porte un éclairage sur les enseignements majeurs du PLUi pour la commune de Triel.

Le J2R ouvre, par cette tribune, ses colonnes à qui conque veut publier sur les thèmes d'actualité durant la période électorale. 

Mardi 4 juin 2019, une réunion publique a été organisée dans la salle du conseil municipal de la ville des Mureaux, afin de présenter le futur éco-quartier Léo-Lagrange. Une trentaine de voisins du futur Pôle Léo-Lagrange, l’un des trois éléments de ce futur quartier, sont venus s’informer et voir si les aménagements à venir vont résoudre certains de leurs problèmes.(Webtélé 2r)

Se balader à pied à Triel est possible lorsqu'on se donne le temps. Le 2 juin 2019, six groupes de Triellois ont fait une expérience formidable pour (re)découvrir leur ville. 

Le département envisage d'investir 18,5 M€ pour réhabiliter les quartiers défavorisés de Chanteloup-les-Vignes. Pierre Bédier, président du Département des Yvelines, a accueilli cinq acteurs publics pour la signature, le 28 mai, d'une convention PRIOR'YVelines : Philippe Tautou, président de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, Arnaud Legros, président-directeur-général du bailleur social Résidences Yvelines-Essone, Jean-Jacques Brot, préfet des Yvelines, Nicolas Grivel, directeur de l'Agence nationale pour la Rénovation urbaine (ANRU). Webtélé 2R

La Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise et la ville de Triel-sur-Seine ont présenté, le 9 avril à l'Espace Senet le Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) aux Triellois présents (environ 100 personnes). Pédagogie, classicisme, interpellation ont caractérisé cette première séance de présentation à Triel avant l'enquête publique qui aura lieu en juin 2019.

Malgré les lacunes du projet du PLUi, la Communauté urbaine adopte, le 9 mai,  l'arrêt du PLUi. ▶️ https://bit.ly/2WsxAAF

Parfois l’opacité règne ; le plus souvent, des élus qui n’ont plus la parole ont perdu la maîtrise de leurs sols. Plusieurs dossiers, mis en lumière depuis quelques mois, montrent des similitudes dans différentes villes de notre territoire. Notamment, des fractures se creusent entre les habitants qui veulent préserver le caractère de leur ville et des élus qui, pour satisfaire leur ambition de développement économique ou pour atteindre les quotas imposés par les pouvoirs publics, veulent accroître la population. Par contre, des différences s’affirment entre les communes : certaines peuvent mener, à leur guise, leurs projets immobiliers, tandis que l’intercommunalité empêche d’autres de décider de l’utilisation raisonnée de leurs espaces. De plus, alors que le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) n’est pas encore en vigueur, des décisions sont prises dans l’esprit qui a conduit à la centralisation de la compétence “urbanisme” mais sans aucune prise en compte des avis et des demandes des élus des communes concernées. 

Depuis la balade exploratoire de janvier sur le site  du 246 rue Paul Doumer, les habitants de Triel sont entrés, de manière sérieuse, dans le processus de concertation, la mairie montrant un bel exemple de ce que l'on pourrait mettre en place pour chaque projet d'urbanisme à Triel. La réunion de restitution du 14 mars en a été une preuve flagrante. 

Pour la deuxième fois, Empruntis, spécialiste du courtage en crédit, publie son baromètre semestriel du marché immobilier neuf dans 10 villes de France en partenariat avec Trouver-un-logement-neuf.com, site dédié à l’immobilier neuf.Pour la deuxième fois, Empruntis, spécialiste du courtage en crédit, publie son baromètre semestriel du marché immobilier neuf dans 10 villes de France en partenariat avec Trouver-un-logement-neuf.com, site dédié à l’immobilier neuf.

Pages

Publicité