Actua­li­tés

Au conseil muni­ci­pal des Mureaux, l’opposition est-elle déjà en cam­pagne pour 2026 ?

par | 17 sep­tembre 2020 | Les Mureaux, Poli­tique

Fran­çois Garay a éga­le­ment ren­du hom­mage à Daniel Duveau, employé muni­ci­pal et au fils de Jean Dela­rue. (DR)

Une réunion du conseil muni­ci­pal s’est tenue le mer­cre­di 16 sep­tembre à la mai­rie des Mureaux. 18 points étaient à l’ordre du jour. La plu­part se sont pas­sés sans inci­dents. L’opposition accep­tant de voter dans le sens de la majo­ri­té. D’autres, par contre, ont sou­le­vé des ques­tions et des remarques de la part de l’opposition menée par Her­vé Riou avec une cer­taine mise en scène digne de la récente cam­pagne élec­to­rale des élec­tions muni­ci­pales. Pour­tant, celles-ci se sont ter­mi­nées le 28 juin der­nier.

Le conseil muni­ci­pal a trai­té 18 points clas­sés en six rubriques : « Finances et com­mande publique », « Juri­dique, Archives et docu­men­ta­tion », « Urba­nisme habi­tat immo­bi­lier amé­na­ge­ment durable action fon­cière », « Espaces publics et déve­lop­pe­ment durable », « Pôle édu­ca­tion enfance » et « Res­sources humaines ». M. Garay, au nom du conseil muni­ci­pal, a ren­du hom­mage à Daniel Duveau, employé muni­ci­pal et au fils de Jean Dela­rue, figure emblé­ma­tique de la gauche aux Mureaux. Tous deux sont morts suite à un can­cer.

De bizarres échanges, fil­més

Plu­sieurs de ces 18 points ont été votés à la majo­ri­té du conseil (majo­ri­té et oppo­si­tion) mais cer­tains non. Cepen­dant, nous avons été témoins des passes d’armes entre le maire, Fran­çois Garay, et Her­vé Riou, conseiller muni­ci­pal de l’opposition « Les Mureaux pour tous » (DVD). Ce der­nier a mis en scène ces échanges sous les camé­ras de per­sonnes de son entou­rage. Atten­tion au droit à l’image de l’assistance ! Ce genre de dis­po­si­tif peut ser­vir ou des­ser­vir, car il peut man­quer d’objectivité.

Bien­tôt, comme annon­cé dans le pro­gramme de cam­pagne de Fran­çois Garay, les réunions du conseil muni­ci­pal seront fil­mées en inté­gra­li­té. La mise en place de la cap­ta­tion du conseil est en cours selon Damien Dele­rin, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la com­mu­ni­ca­tion et à l’image de la ville.

Les débats ont vu des échanges ori­gi­naux mais aus­si inquié­tants. Si la plu­part des points ont été votés serei­ne­ment, il y a eu des moments d’interventions de M. Riou éton­nants. Lors du point 5, concer­nant la dési­gna­tion du repré­sen­tant de la com­mune des Mureaux au sein des ins­tances de la Socié­té publique locale (SPL) « Le Cam­pus », qui appar­tient main­te­nant au Dépar­te­ment des Yvelines, action­naire majo­ri­taire, le maire fut dési­gné comme étant ce repré­sen­tant. M. Riou a deman­dé quels sont les objec­tifs du maire pour le Cam­pus ? Fran­çois Garay lui a alors expo­sé l’historique du lieu, le lien avec le Cam­pus du Centre Hos­pi­ta­lier Inter­com­mu­nal de Meu­lan-Les Mureaux, les objec­tifs (entre­prises, for­ma­tions, start up et ouver­tures vers les pays exté­rieurs) du Cam­pus et l’évolution que cela peut entraî­ner pour le Cam­pus et le quar­tier de Bèche­ville où il se trouve. En réponse, M. Riou a deman­dé au maire d’être clair, plus syn­thé­tique, alors que celui-ci venait de lui expo­ser en détails le Cam­pus pour qu’il soit au cou­rant de tout.

Per­tur­ba­teurs ou pas ?

Lors du point 8, qui concer­nait la Charte d’engagement ville et ter­ri­toires « sans per­tur­ba­teurs endo­cri­niens » assor­tie du plan d’actions, Michèle Car­rière, adjointe au maire char­gé de l’éco-ville, des nou­velles mobi­li­tés et des trans­ports en com­mun, a pré­sen­té la charte liée au Réseau Envi­ron­ne­ment San­té (RES). Lors de la déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal du 22 mai 2019, il avait déci­dé d’approuver la charte Eco­quar­tier pour l’opération Cœur de ville et cette charte. Le vote de vali­da­tion a été ren­voyé à la nou­velle équipe à cause d’impératifs afin de confir­mer la charte que la ville, à en croire l’historique four­ni par la com­mune sur ce sujet, a lar­ge­ment dépas­sé. M. Riou a dépo­sé un amen­de­ment deman­dant à la ville d’aller plus vite dans ce domaine, alors que la ville semble, comme l’a pré­ci­sé Michèle Car­rière, qua­si­ment pré­cur­seur dans ce domaine et tra­vaille depuis long­temps avec le RES, qui s’est ins­pi­ré d’actions menées aux Mureaux. La Ville des Mureaux est pré­cur­seur dans de nom­breux domaines envi­ron­ne­men­taux dont la construc­tion « d’Ecoquartier » comme l’a mon­tré un repor­tage du jour­nal de TF1 dif­fu­sé le same­di 12 sep­tembre 2020 à 20 h. A ce sujet, M. Riou a posé une ques­tion dont la réponse est impos­sible et faite pour déclen­cher une polé­mique ou pour mettre en défaut : « Pou­vez-vous me garan­tir qu’il n’y a plus de plas­tique dans les assiettes de la can­tine ? ». La pol­lu­tion plas­tique dans le Monde est tel­le­ment impor­tante que cer­tains ani­maux en absorbent sans le savoir et finissent dans les assiettes. Mal­gré cette ques­tion, M. Riou s’est rési­gné à voter avec la majo­ri­té.

L’intervention la plus éton­nante des débats, faite par M. Riou, fut pour les deux der­niers points rela­tifs à la « La déli­bé­ra­tion fixant les majo­ra­tions des indem­ni­tés de fonc­tion ». Celle-ci avait déjà été pro­po­sée au conseil muni­ci­pal, le 16 juillet der­nier, mais la sous-pré­fec­ture a reto­qué la déli­bé­ra­tion car elle doit être voté en deux fois et non une seule. Le fond de la déli­bé­ra­tion a été vali­dé par la sous-pré­fec­ture mais par la forme. Le maire a donc expli­qué ce fait à l’assemblée dans l’introduction et deman­dé s’il y avait des ques­tions à ce sujet. M. Riou a deman­dé pour­quoi la déli­bé­ra­tion n’a pas été vali­dée par la sous-pré­fec­ture ? M. Garay s’est donc répé­té afin de répondre à cette ques­tion éton­nante. Que faut-il com­prendre ? Dans le public pré­sent, cer­tains s’in­ter­ro­geaient sur la méthode uti­li­sée par M. Riou, sur­tout lors­qu’il a deman­dé au maire de s’ex­pli­quer encore une fois sur une déli­bé­ra­tion pour­tant simple à com­prendre.

Ping-pong séman­tique

A la fin de la séance du conseil muni­ci­pal, le maire a ouvert la foire aux ques­tions et M. Riou, tou­jours enca­dré par des télé­phones por­tables fil­mant la situa­tion, a décla­ré que des parents d’élèves se sont plaints, à lui, du non-res­pect des gestes bar­rières et du manque de pro­duits dés­in­fec­tants dans les écoles de la ville. Le maire lui a répon­du qu’il y a un pro­to­cole sani­taire, qu’un nou­veau va être mis en place et que l’application des mesures est sui­vie. Il a rap­pe­lé que Madame Ange­la Klein, adjointe au maire char­gée de l’éducation, tra­vaille avec les parents d’élèves pour assu­rer le sui­vi et que s’il y a un pro­blème les parents peuvent joindre direc­te­ment la Mai­rie. Tou­te­fois, pour ras­su­rer tout le monde, le maire a deman­dé qu’un bilan soit réa­li­sé d’ici la fin de la semaine pro­chaine pour voir s’il y a un manque. Cepen­dant, M. Riou a sem­blé ne pas écou­ter, conti­nuant ses affir­ma­tions sur les plaintes des parents d’élèves, sans don­ner de pré­ci­sions.

Il est à noter que M. Riou a sou­vent décla­ré lors de la cam­pagne du second tour que la Mai­rie n’avait rien fait pen­dant le confi­ne­ment. Pour­tant, durant le confi­ne­ment alors que la cam­pagne élec­to­rale était sus­pen­due, la Ville des Mureaux a per­mis l’ouverture d’un centre Covid-19 sur son ter­ri­toire et d’un réseau « Muriau­tins Soli­daires » pour l’entraide entre les habi­tants et la ville. Une trans­pa­rence d’information s’est mise en place avec des inter­ven­tions vidéo régu­lières pour pré­ve­nir les gens de l’évolution des actions menées sur la ville (vidéos dis­po­nibles sur le site You­tube de la Mai­rie). A l’opposé, dans un article du Pari­sien du mar­di 21 avril 2020, l’exécutif de la Région Île-de-France fai­sait son « Mea culpa » et un rap­pel à la règle à des can­di­dats aux élec­tions muni­ci­pales de droite, dont Her­vé Riou, qui ont fait des actions de dis­tri­bu­tions de masques, avec ceux de la région, pour leurs cam­pagnes muni­ci­pales.

Alors, que croire ?

Albert Bische­rour, conseiller muni­ci­pal, délé­gué à l’environnement, à la pro­pre­té, à la ges­tion des réseaux et des déchets, en lien avec la com­mu­nau­té urbaine, a conclu cette étrange échange en disant que M. Riou est en cam­pagne pour les pro­chaines élec­tions muni­ci­pales et cela dure­ra pen­dant six ans. Il faut s’y habi­tuer. « Cinq ans », cor­ri­gea Fran­çois Garay.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This