Actualités

Débat autour de GPS&O à La Péniche de Triel : “La pression fiscale est-elle une fatalité intercommunale ?” (Webtélé2r)

Jeu­di 17 novem­bre 2022 à 20 h, s’est tenue à La Péniche de Triel-Sur-Seine, à l’initiative du Col­lec­tif Citoyen GPSEO et encadrée par le Jour­nal des Deux Rives, une con­férence-débat autour GPS&O…

lire plus

CIRENA : “jusqu’à trois années de vie en bonne santé sont perdues sous les couloirs aériens de Roissy”

par | 14 sep­tem­bre 2022 | Con­flans-Sainte-Hon­orine, Société

CIRENA demande le pla­fon­nement du traf­ic aérien à CDG Rois­sy. (DR)

Lettre ouverte à Madame Élis­a­beth BORNE

 Dans une let­tre ouverte, le groupe­ment d’as­so­ci­a­tions CIRENA demande un gel du traf­ic aérien de l’aéro­port inter­na­tion­al Charles de Gaulle Rois­sy comme c’est le cas de l’aéro­port d’Amsterdam-Schiphol, qui vient de “pla­fon­ner le trafi à 440 000 mou­ve­ments par an, en dessous du niveau de 2019, pour pro­téger les riverains exposés à des niveaux de bruit élevés délétères pour leur san­té. Cette réso­lu­tion va dans le sens des direc­tives et règle­ments européens sur la réduc­tion des pol­lu­tions sonores et chim­iques autour des aéro­ports, et des émis­sions de gaz à effet de serre de l’aviation”.

Comme à l’aéroport d’Amsterdam, le traf­ic aérien doit être pla­fon­né à Roissy

 Let­tre ouverte à Madame Élis­a­beth BORNE

Madame la Pre­mière ministre,

Il y a quelques semaines, les Pays-Bas ont pris une déci­sion his­torique : pla­fon­ner le traf­ic de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol à 440 000 mou­ve­ments par an, en dessous du niveau de 2019, pour pro­téger les riverains exposés à des niveaux de bruit élevés délétères pour leur san­té. Cette réso­lu­tion va dans le sens des direc­tives et règle­ments européens sur la réduc­tion des pol­lu­tions sonores et chim­iques autour des aéro­ports, et des émis­sions de gaz à effet de serre de l’aviation.

Un «nou­v­el équili­bre» est néces­saire entre «l’importance d’un bon aéro­port inter­na­tion­al, d’un bon cli­mat d’affaires et l’importance d’un envi­ron­nement de vie meilleur et plus sain», a déclaré le min­istre néer­landais Mark Har­bers. Dans une let­tre au Par­lement, le gou­verne­ment néer­landais affirme qu’«avec ce nom­bre de vols, Schiphol peut main­tenir son réseau inter­na­tion­al de destinations».

Sachant que l’aéroport de Rois­sy-Charles-de-Gaulle con­naît un traf­ic sim­i­laire à celui de Schiphol (500 000 mou­ve­ments par an env­i­ron en 2019), nous deman­dons que, à l’exemple de Schiphol, le traf­ic à Rois­sy soit pla­fon­né à 440 000 mou­ve­ments par an. Ce pla­fon­nement doit être asso­cié à d’autres mesures pré­con­isées depuis des années par les asso­ci­a­tions : cou­vre-feu noc­turne, procé­dures opéra­tionnelles de moin­dre bruit, sup­pres­sion des avions les plus bruyants…

Aujourd’hui, 1,4 mil­lion de Fran­ciliens sont exposés à un niveau de bruit dépas­sant les valeurs-guide de l’OMS, et jusqu’à trois années de vie en bonne san­té sont per­dues sous les couloirs aériens de Rois­sy. Le grave impact san­i­taire du bruit aérien est désor­mais démon­tré par une étude sci­en­tifique con­duite à l’échelle nationale. L’Etat ne peut cau­tion­ner une telle sit­u­a­tion et doit agir pour préserv­er la san­té des Franciliens.

Un pla­fon­nement à 440000 mou­ve­ments par an à Rois­sy serait égale­ment une étape impor­tante dans la lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, qui a dure­ment frap­pé la France cet été. En effet, Rois­sy pèse lour­de­ment dans le bilan car­bone de notre pays: près de 4% de nos émis­sions de CO2! Et beau­coup plus si on intè­gre – comme nous devri­ons le faire – l’effet sur le cli­mat des traînées de con­den­sa­tion et des oxy­des d’azote émis en alti­tude. Comme le souligne le nou­veau rap­port du Haut Con­seil pour le cli­mat, «le secteur aérien doit engager sa décar­bon­a­tion par la maîtrise de la demande» car les pro­grès tech­nologiques et les car­bu­rants alter­nat­ifs ne suf­firont pas dans les délais req­uis. C’est aus­si ce que démon­trent plusieurs études récentes (ici ou ici) réal­isées par des acteurs du secteur aérien.

Pour respecter les objec­tifs cli­mat de l’accord de Paris et con­tribuer aux efforts de sobriété, une réduc­tion pro­gres­sive du traf­ic aérien à l’échelle nationale (et inter­na­tionale) est indis­pens­able – réduc­tion qui doit s’accompagner de mesures d’équité sociale et de préser­va­tion de l’emploi. Un pla­fon­nement et une tra­jec­toire de diminu­tion des émis­sions de gaz à effet de serre par aéro­port sont égale­ment néces­saires, car lim­iter unique­ment le nom­bre de vols ne serait pas à même d’empêcher l’accroissement des émis­sions induites par une aug­men­ta­tion de la taille des avions et des dis­tances parcourues.

Nos asso­ci­a­tions sont à votre dis­po­si­tion pour engager des dis­cus­sions avec les acteurs de la plate­forme de Rois­sy afin de met­tre en place cette pre­mière mesure néces­saire pour préserv­er la san­té des riverains mais aus­si le cli­mat, alors que le prési­dent de la République, M. Emmanuel Macron, a annon­cé vouloir faire de la France «une grande nation écologique».

Nous vous pri­ons de croire, Madame la Pre­mière min­istre, en l’ex­pres­sion de notre respectueuse considération.

Asso­ci­a­tions signataires:

ADVOCNAR (Rois­sy), col­lec­tif Non au T4 (Rois­sy), France Nature Envi­ron­nement Ile-de-France, Green­peace, Réseau action cli­mat, Notre affaire à tous, Alter­nat­i­ba, ANV-COP21, les Amis de la Terre, UFCNA, Rester sur Terre (Stay Ground­ed), France Nature Envi­ron­nement Seine-et-Marne, les Amis de la Terre Val‑d’Oise, col­lec­tif San­té Nui­sances aéri­ennes, Val‑d’Oise Envi­ron­nement, DIRAP (Pon­toise-Cormeilles-Rois­sy), ONASA (Rois­sy), MNLE 93 et Nord-Est parisien, CIRENA (Rois­sy), AREC (Rois­sy), SOS Val­lée de Mont­moren­cy, CPTG, ADERA (Beau­vais-Tillé), Alerte nui­sances aéri­ennes (Orly), DRAPO (Orly), OYE 349 (Orly), CORIAS (Lyon-Saint-Exupéry), NADA (Lille-Lesquin), ADRA (Bâle-Mul­house), CCNAAT (Toulouse-Bla­gnac), Alter­nat­i­ba Rennes, col­lec­tif Stop exten­sion aéro­port de Mar­seille, Halte héli­co, SEVE (Orly), Ate­copol, col­lec­tif Pen­sons l’aéronautique pour demain, col­lec­tif de salariés de l’aéronautique ICARE, coor­di­na­tion CGT de l’aéronautique.

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cliquez)