Actua­li­tés

Châ­teau d’Ac­que­ville : réha­bi­li­ter le patri­moine pour une attrac­ti­vi­té nou­velle

par | 7 juillet 2020 | Culture, Villennes/Médan

La nou­velle équipe muni­ci­pale de Villennes-sur-Seine envi­sage de lan­cer une réflexion et, éven­tuel­le­ment, une réha­bi­li­ta­tion de ce bijou du pas­sé. (DR)

Le châ­teau d’Acqueville a une longue his­toire et est le der­nier témoin du patri­moine archi­tec­tu­ral et pay­sa­ger de Villennes qui en avait trois.

Depuis de nom­breuses années, le châ­teau d’Acqueville, situé à l’entrée de Villennes-sur-Seine, est lais­sé à l’abandon mal­gré de nom­breuses ten­ta­tives de réno­va­tion.  Le superbe parc, actuel­le­ment non entre­te­nu, doit être sécu­ri­sé et rede­ve­nir pay­sa­gé. Son mur d’enceinte s’est écrou­lé à plu­sieurs endroits.

Les pro­prié­taires suc­ces­sifs ont ten­té des réno­va­tions des bâti­ments mais, pour diverses rai­sons, elles n’ont pas pu être ter­mi­nées. La vieille bâtisse a même été squat­tée pen­dant un moment, ce qui a davan­tage dégra­dé le site. Sur le plan urba­nis­tique, ce site souffre d’être entre deux villes, Pois­sy et Villennes ; en outre, la route dépar­te­men­tale, qui relie Villennes à Pois­sy, coupe la pers­pec­tive et empêche, pour le moment, un amé­na­ge­ment d’en­semble.

Les nom­breux bâti­ments, plus ou moins réno­vés, d’une sur­face de plan­cher d’environ 3300 m², sont consti­tués du châ­teau pro­pre­ment dit, des dépen­dances en forme de U avec une cour inté­rieure abri­tant un bâti­ment avec une pis­cine et des ves­tiaires (2 étages en hau­teur), d’un bâti­ment ser­vant de garage, d’un autre amé­na­gé avec des chambres et d’un bâti­ment vide avec une che­mi­née et un bar. Ce lieu patri­mo­nial, magni­fique et idéa­le­ment situé, com­prend un immense parc de 10 ha avec un étang. Il y a  une cha­pelle, une mai­son de gar­dien et d’autres dépen­dances situées près de la ligne de che­min de fer. 

La nou­velle équipe muni­ci­pale, ins­tal­lée le 4 juillet, sou­haite  réha­bi­li­ter le châ­teau d’Ac­que­ville en y créant un « tiers-lieu » : c’est un endroit où l’on peut à la fois tra­vailler, se diver­tir, se res­tau­rer et se ren­con­trer. Un tiers-lieu per­met de répondre aux dif­fé­rents besoins et aux enjeux de mobi­li­té, de déve­lop­pe­ment éco­no­mique et d’aménagement du ter­ri­toire, en Île-de-France mais aus­si dans tous les ter­ri­toires urbains en muta­tion. Il est géné­ra­le­ment dédié à plu­sieurs types d’activités sociales, éco­no­miques et cultu­relles.

(De g. à dr.) Oli­vier Daes­ch­ner et Jean-Pierre Laigneau ont une agen­da très char­gé pour les années à venir. (DR)

Pour Oli­vier Daes­ch­ner, adjoint au maire, délé­gué à l’attractivité éco­no­mique, “les bâti­ments exis­tants pour­raient être réha­bi­li­tés en divers espaces de cowor­king, de for­ma­tion, d’un fabLab (res­sour­ce­rie et répa­ra­tions diverses), de confé­rences et de réunions. Mais aus­si d’un café-res­tau­rant et d’un lieu d’expositions ouvert à tous les Vil­len­nois. Le parc sera réha­bi­li­té pour offrir un superbe par­cours végé­tal et deve­nir un vrai lieu de pro­me­nade et de décou­verte”.

Les tiers-lieux fai­sant l’objet d’une atten­tion par­ti­cu­lière de la part des élus de la Région Île-de-France, M. Daes­ch­ner espère “obte­nir leur sou­tien”.

Voir his­toire de Villennes

Share This