Actua­li­tés

Visite de la cham­pi­gnon­nière “Les Car­rières” à Évecquemont, avec Angel Moio­li

par | 18 sep­tembre 2020 | Éco­no­mie, Meu­lan

Angel Moio­li devant l’en­trée de la cham­pi­gnon­nière (DR)

Angel Moio­li est un des der­niers jar­di­niers de la nuit. Il est ins­tal­lé dans une ancienne car­rière de pierres à Évecquemont. Nous avons ren­con­tré un per­son­nage pas­sion­nant et pas­sion­né qui per­pé­tue une tra­di­tion fami­liale. Dimanche 27 sep­tembre, vous pour­rez visi­ter la cham­pi­gnon­nière en vous ins­cri­vant auprès de Thier­ry au 06 86 28 16 93.

Vous avez sans doute remar­qué que les cham­pi­gnons de Paris ont tou­jours un res­tant sableux au pied ; pour les cham­pi­gnons d’Angel c’est du moel­lon ou plu­tôt du rési­du de moel­lon qui pro­vient de l’ancienne car­rière de pierre à chaux dans laquelle il fait pous­ser ses déli­cieux cham­pi­gnons. En des­sous, Angel a mis du fumier de che­val qui a été préa­la­ble­ment pas­teu­ri­sé, dans lequel il a implan­té le myce­lium ou blanc de cham­pi­gnon. Une fois que celui-ci a colo­ni­sé le fumier dans une salle d’incubation, c’est à dire dont la tem­pé­ra­ture est un peu plus éle­vée, les cham­pi­gnons de Paris vont pous­ser dans ce milieu sombre, humide et doux juste comme il faut. Les salles sont ven­ti­lées par un cou­rant d’air qui per­met le contrôle de l’hygrométrie, la pierre régu­lant la tem­pé­ra­ture.

Ces cham­pi­gnons blancs de Paris poussent dans la terre de moel­lon pro­ve­nant de la car­rière. Elle recouvre et main­tient l’humidité du fumier.

Sur un même pla­teau, les pousses vont se suc­cé­der et être col­lec­tées pen­dant plus de quatre semaines jusqu’à l’épuisement du fumier. C’est ain­si que les cham­pi­gnons de Paris blancs ou blonds mûrissent natu­rel­le­ment pour la plus grande satis­fac­tion de l’amateur. Une suc­ces­sion qui tombe à pic : naguère, Angel Moio­li exer­çait cette acti­vi­té dans une car­rière de Mon­tes­son ; la reprise de la cham­pi­gnon­nière d’Évecquemont s’est oppor­tu­né­ment pré­sen­tée avec la fin de son acti­vi­té à Mon­tes­son et le départ à la retraite des frères Tra­plet­ti.

Angel Moio­li est un habi­tué des “balades du goût” comme en témoignent les nom­breux mes­sages sur sa page Face­book, chaque année ; cette pré­sence sur les réseaux sociaux et dans les médias dévoile une stra­té­gie com­mer­ciale com­plè­te­ment orien­tée vers la vente directe aux par­ti­cu­liers, aux res­tau­ra­teurs, notam­ment les piz­ze­rias, ain­si que les AMAP qui veulent de bons pro­duits goû­teux. Les ten­ta­tives de la grande dis­tri­bu­tion “qui veut tout et ne donne presque rien” sont res­tées vaines !

Pholiotes

Avec les Pho­liotes notam­ment, Angel diver­si­fie son offre de cham­pi­gnons

Le monde anglo-saxon s’intéresse enfin au tra­vail de cet arti­san du goût, comme le montre le très beau repor­tage  Le Cham­pion des Cham­pi­gnons : Gro­wing Mush­rooms in the Dark, réa­li­sé cet été et publié sur le site Inter­net : http://​www​.great​big​sto​ry​.com/​s​t​o​r​i​e​s​/​g​r​o​w​i​n​g​-​m​u​s​h​r​o​o​m​s​-​i​n​-​t​h​e​-​d​ark.

La plu­part des pro­duc­teurs fran­çais sub­sistent en Val de Loire mais les arti­sans culti­va­teurs comme Angel se comptent sur les doigts d’une main, les autres, ceux qui uti­lisent fon­gi­cides et méthodes accé­lé­rées en serres, n’ont aucune cer­ti­fi­ca­tion bio “et pro­duisent des cham­pi­gnons sans saveur”.

Il y a cham­pi­gnon et cham­pi­gnon !

https://​www​.great​big​sto​ry​.com/​a​m​p​/​g​r​o​w​i​n​g​— m​u​s​h​r​o​o​m​s​— i​n​— t​h​e​— d​ark

La sai­son des cham­pi­gnons, c’est toute l’année !

Quatre cent kilos sortent, chaque semaine, de la car­rière d’Angel Moio­li. Les cham­pi­gnons de Paris sont ven­dus trois euros le kilo aux par­ti­cu­liers qui se rendent à la cham­pi­gnon­nière et comme cette culture pro­cure un pro­duit frais toute l’année, notre myci­cul­teur a diver­si­fié sa pro­duc­tion et cultive aus­si pleu­rotes et shii­ta­kés, ce qui per­met de varier les paniers des AMAP !

En savoir plus
Rue des Car­rières – 78740 ÉVECQUEMONT 
Pro­duc­tion de cham­pi­gnons de Paris (blond, brun) et d’autres varié­tés (Pleu­rote et Shii­ta­ké en agri­cul­ture bio­lo­gique).
La cham­pi­gnon­nière est ouverte à la vente le ven­dre­di de 14 h 30 a 17 h 30 et le same­di de 11 h à 12 h. 
Pour toute Infor­ma­tion com­plé­men­taire, contac­tez Angel Moio­li : 06 09 06 21 52.
Ne pas hési­ter à lais­ser un mes­sage sur le répon­deur car, sous terre, le por­table ne capte pas !

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Muni­ci­pales 2020

Share This