Actualités

Un samedi de mobilisation pour l’environnement dans les rues et sur les berges de la Seine, aux Mureaux et dans d’autres villes de GPS&O

Entre le « World Clean Up Day » et l’opération « Berges saines », la jour­née du same­di 18 sep­tembre fut mobi­li­sa­trice de béné­voles recon­nais­sables à leurs T‑shirts. De nom­breuses asso­cia­tions se sont…

lire plus

Cédric Guillaume : « Juziers devrait être la porte d’entrée de la citadelle naturelle du Vexin »

par | 1 février 2021 | Envi­ron­ne­ment, Inter­co

Cédric Guillaume, 1er adjoint, conseiller com­mu­nau­taire de Grand Paris Seine & Oise, nous a reçus à son bureau le 13 jan­vier 2021. Il est, par ailleurs, membre du bureau exé­cu­tif du PNRVF. (J2R)

La ville de Juziers tra­verse éga­le­ment une flam­bée de construc­tions qui a bou­le­ver­sé la phy­sio­no­mie urbaine et est deve­nu un enjeu muni­ci­pal pour les années à venir. 

Cédric Guillaume est un élu heu­reux car il com­plète sa joie pro­fes­sion­nelle, en tant que cadre au minis­tère de la Culture, par une mis­sion d’é­lu de la Répu­blique depuis 2014. Dans ce contexte, il a bataillé depuis quelques années pour contrer le pro­jet Cal­cia dans le Vexin fran­çais. Nous avions ren­con­tré M. Guillaume au mois de novembre 2020,  lors­qu’une cin­quan­taine de per­sonnes avaient répon­du à l’appel du Col­lec­tif Sans Fin (C100fin) pour fêter l’a­ban­don du pro­jet, à la ferme Saint-Laurent à Brueil-en-Vexin. Ce pro­jet d’ex­ten­sion des car­rières Cal­cia (Zone 109) dans le Parc du Vexin étant, enfin, refu­sé, il s’a­gis­sait de sou­li­gner les attentes pour la recon­ver­sion du site et de ses employés. « C’est une vic­toire d’é­tape », avait ana­ly­sé M. Guillaume lors de notre entre­tien, le 13 jan­vier 2021. 

Une conver­gence de phé­no­mènes a pro­vo­qué cet aban­don. L’as­sem­blée de la Com­mu­nau­té urbaine Grand Paris Seine & Oise s’é­tait déjà pro­non­cée offi­ciel­le­ment contre ce pro­jet ; plus de 40 maires et cer­tains dépu­tés s’é­taient joints à ce mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion de notables « hos­tiles à ce pro­jet d’un autre âge ! » En outre, un col­lec­tif, C100fin, avait pris le relais, démon­tant l’en­ga­ge­ment et la déter­mi­na­tion des habi­tants, quelles que soient leurs ori­gines, pour com­battre ce pro­jet. M. Guillaume en a fait cette syn­thèse  : « Après de longues années de lutte, la rai­son l’a donc empor­té, avec l’en­ga­ge­ment de l’en­semble des acteurs ! C’est à l’E­tat de tirer les conclu­sions qui s’im­posent en annu­lant la Décla­ra­tion d’u­ti­li­té publique. »

Tou­te­fois, le conten­tieux juri­dique conti­nuant, M. Guillaume a fait adop­ter une déci­sion impor­tante par le bureau muni­ci­pal de la com­mune de Juziers : « [sa] com­mune a rejoint les autres com­munes qui se battent juri­di­que­ment contre le pro­jet Cal­cia ». Jus­te­ment, c’é­tait le point de fric­tion avec l’an­cien maire de la ville qui n’a­vait pas été sen­sible aux argu­ments avan­cés par les habi­tants depuis quelques années.

Fervent défen­seur de la pré­ser­va­tion archi­tec­tu­rale des vil­lages et des bourgs de la Val­lée de la Seine et du Vexin, Cédric Guillaume consi­dère que l’a­tout éco­lo­gique et envi­ron­ne­men­tal de cette vaste zone se résume en une seule idée : « C’est un des pou­mons de la Région Île-de-France ! ».  Pour lui, il faut « réha­bi­li­ter, pré­ser­ver, conso­li­der » ce capi­tal natu­rel qui s’ar­ti­cule autour de la nature, de l’ar­chi­tec­ture du patri­moine bâti et d’un cer­tain savoir-faire. Cer­tai­ne­ment, des amé­na­geurs et des pro­mo­teurs convoitent ces gise­ments fon­ciers pour des opé­ra­tions immo­bi­lières et des ZAC à des fins éco­no­miques. C’est jus­te­ment « le moment et le lieu d’un com­bat à venir », notam­ment « contre la vague de béton qui a enva­hi les vil­lages et villes comme Juziers. »

Actif au sein du bureau exé­cu­tif du Parc natu­rel régio­nal du Vexin fran­çais (PNRVF), M. Guillaume a intro­duit une dose de pug­na­ci­té dans le fonc­tion­ne­ment de cette « cita­delle natu­relle à pro­té­ger ». Certes, un nou­veau exé­cu­tif a pris de court les vieux caciques du PNRVF, suite aux élec­tions muni­ci­pales de 2020. M. Guillaume s’oc­cupe beau­coup de l’a­mé­na­ge­ment et du patri­moine dans la com­mis­sion ad-hoc.

A cet effet, la mobi­li­té et l’ac­cès à des moyens de trans­port sont des ques­tions essen­tielles pour les élus de cette com­mis­sion et, au-delà, de Grand Paris Seine & Oise. « C’est un défi constant car on est oublié par les réseaux de trans­port en com­mun (bus et SNCF) », a‑t-il sou­li­gné lorsque nous avons évo­qué la rive droite de la Val­lée de la Seine. Alors ima­gi­nez-vous l’ac­cès en trans­ports en com­mun pour le cœur du Vexin ? Dans une récente inter­ven­tion au conseil com­mu­nau­taire de Grand Paris Seine & Oise(1), il a « appe­lé publi­que­ment l’at­ten­tion du pré­sident de GPS&O et de celle du pré­sident du conseil dépar­te­men­tal [NDLR : Pierre Bédier] sur les condi­tions de trans­port déplo­rables, en termes de temps de tra­jet, que connaissent les uti­li­sa­teurs de la ligne SNCF J6, ligne emprun­tée par les Juzié­rois pour se rendre à Paris, et sur la néces­si­té d’im­pli­quer GPS&O dans un tra­vail col­la­bo­ra­tif avec la SNCF afin de mettre en place une des­serte rai­son­née des gares de la ligne J6. »   

Voi­là un jeune élu qui a une ligne direc­trice et sait où il faut s’a­dres­ser pour faire avan­cer les dos­siers inex­tri­cables dans le Vexin et dans Grand Paris Seine & Oise.


Note 
1. Conseil com­mu­nau­taire du 24 sep­tembre 2020.

Aider notre jour­nal indé­pen­dant en sous­cri­vant à l’a­dresse sui­vante. Par avance mer­ci : https://fr.tipeee.com/les-2-rives-yvelines

LE PANIER DU MARCHÉ JOEL PICARD LES MERCREDI ET SAMEDI AU 74 RUE PAUL DOUMER À TRIEL-SUR-SEINE

RÉSERVATION LA VEILLE AVANT 15 HEURES AU
07 67 53 45 63 (cli­quez)

Municipales 2020

Share This