Vous êtes ici

Les actualités

Depuis le 25 mars, presque quotidiennement en avril, les autorités de santé transportent des malades, en soins très intensifs, des régions Grand Est et Île-de-France vers l'ouest et le sud-ouest de la France dans des TGV médicalisés. Nous avons pu nous entretenir, par téléphone, avec Pierre Matuchet, directeur des opérations TGV, qui est au centre de cette opération.

Pendant le confinement, plusieurs actions citoyennes démontrent que le monde change et que les jeunes sont au premier plan. 

Pour Laurent Vimont, PDG du réseau Century 21, « tout le monde peut observer ce qui se passe aujourd’hui : un marché à l’arrêt. En revanche, personne ne peut prédire ce qui se passera après la crise du Covid-19. Il me semble imprudent voire anxiogène de vouloir se projeter dans des conjectures hasardeuses. Le marché est en mode pause, prenez soin de vous et gardez votre projet au chaud ».

Nous nous sommes procuré un article qui sera publié le 1eravril 2033 dans Le Journal du Pincerais ; celui-ci aura pris la suite du Journal des deux rives et sera devenu le plus important organe de presse de notre territoire : la Communauté d'agglomération du Pincerais, créée ainsi que celle du Mantois, lors de la scission de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise au début de l'année 2021.

L'auteur de cette chronique, qui aura résisté à la pandémie du Covid-29, y sera toujours très actif, deux mois avant son quatre-vingt-neuvième anniversaire. Il continuera à partager la devise de l'ancien maire de Poissy, président de cette intercommunalité :
Être sérieux sans se prendre au sérieux.

Aidez les 2 Rives à survivre la crise

Nous continuons à faire les journaux Internet et papier; nous allons aussi relancer notre chaîne Youtube 2R. LES DEUX RIVES ou Wébtélé 2 R  proposera des émissions politiques, culturelles, sportives et associatives au Nord des Yvelines. Pure-player J2R

Alors que le Coronavirus gagne chaque jour du terrain en France, la Fondation de l'Armée du Salut n'a d'autre choix que de développer ses actions pour venir en aide aux plus fragiles. Ce développement est, toutefois,  conditionné par ses ressources financières, d'où le lancement d'une grande collecte nationale.

Le lundi 30 mars 2020 a été, officiellement, ouvert le Centre Covid-19 Val de Seine aux Mureaux, en collaboration avec les médecins généralistes et les professionnels de santé du territoire.

Peut-on rire de tout ? Bien sûr que l’on peut rire de tout, c’est une des libertés que l’on ne nous a pas encore enlevée. Le rire est bien utile. Il se partage et nous permet de fuir la réalité, certes trop cruelle parfois mais y recourir en période d’adversité nous autorise le doute et nous différencie des animaux ; il nous amène aussi à sortir de la Raison sèche, froide et dure. C’est la promotion de la distanciation. Pierre Desproges disait : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. » Au risque de déplaire, le « rire de tout » est le signe de la liberté d’esprit. Cela gêne certains moralistes. Mieux vaut en rire !

C’est le principe du récit d’aventure : Sir Alfred employait le terme de Macguffin pour désigner le leurre, le moteur de l’intrigue (motor of plot). Richard Hannay dans Les Trente-neuf Marches, Roger Thornhill ou George Kaplan dans La mort aux trousses : le héros de ces fictions doit courir après pour rester en vie !

Suite à la décision gouvernementale de fermer les marchés ouverts, les agriculteurs et les maraîchers s'organisent pour livrer leurs produits à domicile. Ce service est disponible à la clientèle de la famille Surgis qui travaille depuis longtemps à Vernouillet et à Verneuil. La clientèle de Triel est aussi concernée : livraison les mercredis et samedis.  Aidez votre réseau de commerçants locaux. 

La crise du Coronavirus va atteindre d’abord les plus faibles et précaires d’entre nous. Prenons soin d’eux car la situation va rendre leurs difficultés encore plus aiguës. Profitons de ces circonstances pour être plus solidaires et attentifs aux autres ; notre disponibilité forcée rend cela possible. Les lignes qui suivent ne sont pas un sermon, plus un début d'inquiétude, un avertissement et un encouragement.

Doit-on être optimiste ou pessimiste à propos de l’attaque virale actuelle ? Les auteurs d’épouvante, de  science-fiction ou de fantastique se sont frottés à ce thème avec plus ou moins de réussite pour ne pas dire de réalisme. Maintenant,  le virus  est parmi nous, nous mettant au pied du mur : la menace est là, bien réelle. Scientifiques, politiques, et autres commentateurs entretiennent vaillamment incertitude, espoir et sinistrose mélangés.  La poésie, recours éphémère, tente d’éclairer le débat.

La crise du Covid-19 n’a pas empêché les Triellois d’aller voter. A l’issue, la liste de Cédric Aoun a une belle longueur d’avance. Elle surprend ceux qui ne voulaient pas voir et a de bonnes chances de gagner la mairie maintenant ou un peu plus tard, quand le cauchemar prendra fin. Une nouvelle génération arrive. Une page se tourne à Triel ; en tout cas espérons-le.

Les listes en compétition pour les élections municipales peuvent nous apporter des informations autres que celles sur leurs multiples engagements. Dans cet article, nous les classons non pas selon les contenus de leurs programmes mais en fonction des noms qu’elles se sont donnés. 

A l’approche des municipales, le Journal des Deux Rives a voulu s’intéresser aux programmes des différents candidats en y étudiant les grands thèmes, jugés comme urgents pour les habitants. Cette réflexion a été menée à travers quatre villes faisant partie de notre champ d'observation au sein de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise : Andrésy, Triel-sur-Seine, Verneuil-sur-Seine et Villennes.

Pages

Publicité