Vous êtes ici

Aménagement du territoire

Un ultimatum vis-à-vis du PLUi de GPS&O lancé contre Calcia

Par: 
Damien Delerin

Samedi 11 janvier 2020, suite à l’annonce du cimentier Calcia de délocaliser à Nanterre dans les Hauts-de-Seine 250 salariés sur les 370 que compte le siège de Guerville, Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, a pris position contre le projet de l’extension des carrières dans le Parc du Vexin, tout en lançant un ultimatum contre cette société.

Dans la salle de l’Agora à Mantes-la-Jolie, le samedi 11 janvier lors d’une conférence de presse, le président des Yvelines, Pierre Bédier, entouré par Philippe Tautou, président de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O), Sophie Primas et Martin Lévrier, sénatrice et sénateur des Yvelines, a réagi à l’annonce du cimentier Calcia de délocaliser à Nanterre 250 salariés sur les 370 que compte le siège de Guerville. Pour lui, Calcia a franchi une limite et ne tient pas ses engagements faisant suite à l’obtention des autorisations pour exploiter la carrière du site de Brueil-en-Vexin. Ces autorisations ne font pas l’unanimité auprès des élus locaux ainsi que chez les associations de protection de la nature et du Parc du Vexin.

Le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, qui a signé le 20 juin dernier l’autorisation de l’extension des carrières de l’entreprise dans le Vexin, a lui aussi réagi négativement à cette annonce, tout comme l’association AVL3C-Vexin Zone 109 (voir notre article précédent).

Un ultimatum contre Calcia

Pour Pierre Bédier et les personnalités politiques locales qui l’entouraient, Calcia a trahi les élus qui soutenaient son projet d’extension des carrières. Selon Pierre Bédier, le cimentier s’était engagé à rénover le site polluant de Gargenville et à maintenir des emplois à Guerville.

Pierre Bédier, qui a rappelé que son objectif est de garantir l’emploi, a alors lancé un « ultimatum » au Cimentier Calcia en ces termes : « L’engagement écrit de maintenir leur siège social à Guerville, et de rénover le site de Gargenville qui pollue énormément, avant jeudi 16 janvier 16 h, date de la signature du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de GPS&O. Sans quoi nous le voterons en demandant immédiatement une révision du PLU afin d’empêcher l’extension. »

Cela signifie clairement que l’extension des carrières pourrait être exclue du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi) de GPS&O si Calcia ne s’exécutait pas. Cela mettrait fin au projet d’extension des carrières du cimentier dans le Vexin.

Les opposants ont réagi !

Sur les réseaux sociaux, les opposants à l’extension des carrières du cimentier, dont AVL3C-Vexin Zone 109, ont réagi à cette annonce et ont rappelé que les élus favorables à ce projet étaient peu nombreux à la base, en ajoutant : « [...] Ils se trouvent en grande partie à cette table de conférence de presse. » La liste des opposants à ce projet, d’après la page Facebook AVL3C-Vexin Zone 109, se compose « de 50 élus des communes du Vexin, du Parc Vexin Français, du président de la Fédération des Parcs Nationaux Régionaux, de plusieurs députés et sénateurs des Yvelines, de plusieurs députés européens, de la communauté urbaine GPS&O, du Conseil de Paris, de la Région Île-de-France, d’EELV, de France Nature Environnement, de la Chambre d’Agriculture, des Fédérations Paysannes & Agricoles, de nombreux associations & collectifs et la majorité de la population locale du Vexin ».

Les opposants organisent deux rassemblements pour continuer à montrer leurs contestations et pour accompagner cette ultimatum afin qu’il aille jusqu’au bout : le jeudi 16 janvier à 16 h avec une manifestation sur le parking de GPS&O (Salle des fêtes de Gargenville Place du 8 Mai 1945) et le samedi 25 janvier à 11 h place de la Gare de Juziers.

Publicité