Vous êtes ici

Archives du J2R

Histoire récente du transfert de l'Ecole des Tréteaux (2002)

Par : 
Mme Cordonny

Dans cette missive publiée par le Nouvelles de Triel, numéro 14 du 15 mai 2002, Mme Cordonny avait envoyé sa tribune à la rédaction du journal. Pour comprendre l'histoire récente de Triel, nous publions cette lettre.

L’École des Tréteaux propose depuis 1987 des ateliers de pratiques artistiques aux enfants de Triel et des communes avoisinantes. Ces activités ont lieu dans des locaux provisoires.
Depuis janvier 2001, nous disposons d’un bâtiment industriel Algeco de 97,29 m2 d’un seul tenant (NDLR : à côté de l’école R. Pion). Pour la quatrième fois, un déménagement nous est imposé pendant la première semaine de juillet. Un parking devant se construire à cet emplacement.
La municipalité nous impose un local situé dans une maison d’habitation inadaptée à notre activité (deux salles de 30 m2 au Rdc et au premier étage reliées par un escalier étroit et bas de plafond).
Accepter cette installation réduirait à néant notre enseignement et notre pédagogie.
L’école des Tréteaux, c’est :
-  80 élèves de 6 à 18 ans répartis dans 7 ateliers extra-scolaires.
 - 143 élèves des classes primaires répartis en cinq classes.
 - 7 soirées de représentation avec plus de 800 spectateurs.
 - 3 soirées de présentation du travail des écoles.
- Des sorties spectacles vivants en fonction de l’âge des élèves dans le souci de les aider à devenir des spectateurs de demain. 
- Une salariée comédienne, metteur en scène et facteur de masques.
 
Après nous avoir laissés envisager le déplacement de l’Algeco sur un terrain contigu au Théâtre Octave Mirbeau, M. J-P Houllemare, maire de Triel nous a déclaré que la vétusté du bâtiment rendait impossible ce transfert. Il est revenu sur cette question, interpelé par une délégation de parents inquiets, lors du Conseil Municipal du 13 avril 2002, invoquant le surcoût pour le budget de la commune.
 
Que doit-on en penser ?
Lors de l’assemblée Générale de notre Association, les parents très soucieux de son avenir, ont décidé d’un certain nombre d’actions afin que M. Houllemare revienne sur sa décision et nous fasse d’autres propositions. Si dès le début septembre, l’École des Tréteaux n’est pas relogée, nous ne pourrons assurer les inscriptions pour la saison prochaine, ce qui mettrait en danger l’existence même de notre association et nos engagements vis à vis de notre salariée.
Nous souhaitons informer les triellois de notre situation, en espérant que leur soutien contribue à nous aider, afin de trouver une solution rapidement, car nous devons quitter les lieux dès la première semaine de juillet. 
 
C-H Cordonny, E. des Tréteaux
Un débat s’était ouvert. Le maire de l'époque, M. Houllemare avait modifié ses plans.  
Publicité