Vous êtes ici

Zénitude

Laissons pisser et allons voir les étoiles du ciel !

Par: 
Rodrigo Acosta

Ce 14 juillet 2019 restera comme une fête réussie à Triel-sur-Seine. Tout le monde était sur le pont et sur les berges pour admirer un feu d'artifice de qualité. Cependant, pour ce qui me concerne, c'était une fin comique et quasi-tragique pour la nature humaine lorsque l'on examine la suite... 

Pourtant tout avait bien commencé : le soleil radieux était présent et les convives ont commencé à s'installer dans le Parc Sénet, au fur et à mesure que le temps passait. Nous avons rencontré des amis ; nous voyions de loin des clients qui se sont donné rendez-vous dans les points de vente de repas. Très bien ! La fête était à la hauteur attendue et tout le monde a partagé un moment de bonheur et de convivialité. Il y avait un air de bienveillance et de qualité de vie entre tous les personnes présentes, quelles que que soient leurs origines.

A la fin du feu d'artifice, tout le monde a commencé à s'en aller. Moi, j'ai pris la route de la maison en passant par le milieu du Parc Sénet. C'est malheureusement que j'ai choisi cette voie car j'y ai rencontré un père fouettard : j'avais une envie forte d'arroser les plantes mais un commerçant m'a, alors, interpellé pour me dire qu'il sera présent le jeudi de la semaine prochaine à côté d'Auchan market. J'ai pris congé et j'ai été vite confronté à un dilemme cornélien : que faire alorss que l'envie était plus pressante que jamais ! Je n'ai aperçu personne sur place sur place, tout le monde semblant être parti. Ouf, quel soulagement ! Mais, c'était un sentiment de courte durée car, soudain, un élu ayant la charge publique est venu me dire - à juste titre - de "ne pas faire cela". Trop tard, le mal était fait car cette personne, m'ayant vu et identifié, m'a invité à venir avec lui. J'ai tenté, en vain, de le raisonner et de relativiser l'affaire. Il voulait en parler davantage et je me suis retrouvé au Q.G. de l'événement où la police municipale était présente. Me voilà, devant les représentants de la loi à l’échelle locale. "Vous serez admonesté !", m'a-t-on fait savoir. 

Cette affaire a gâché ma soirée mais, surtout, elle m'a permis de mesurer l'état des lieux de notre société : elle est devenue moraliste, puritaine. On ne peut plus "pisser" et aller voir les étoiles d'un beau ciel de juillet. Certes, je n'ai pas d'excuse et j'ai commis une erreur classique mais il faut, parfois, être zen et ne pas se fâcher pour une chose pareille. 

Cela me rappelle une anecdote d'un passé récent : en 2014, pendant la campagne municipale, j'ai fini d'interviewer un maire sortant d'une ville importante de la rive gauche à 15 minutes de Triel. J'ai fait une vidéo de son interview. A la fin, comme nous étions "entre mecs", il m'a dit qu'il avait une envie de "pisser", avant d'aller voir les étoiles dans la campagne, derrière un buisson. J'aurais pu réagir d'une manière puritaine, mais j'ai pris mes distances et je lui ai dit "au revoir". Il n'y a pas de morale de cette histoire ; c'est juste pour constater que le temps est révolu et nous sommes devenus des "puritains", comme les cousins américains.

Publicité