Vous êtes ici

Insertion professionnelle et sociale

Les assises franciliennes de la deuxième chance « Etre au cœur de la réussite de notre jeunesse »

Par: 
Rodrigo Acosta et correspondants

Placé sous le haut patronage de Valérie Pécresse, de nombreuses personnalités parmi lesquelles Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, sont venues assister à cet évènement le 8 novembre. Insérer dans la vie économique tout en diminuant le décrochage scolaire était le thème majeur de cette rencontre qui rayonne dans le Val-d'Oise et les Yvelines.

A l’occasion du dixème anniversaire de l’e2c 95, Benjamin Chkroun, président de l’école de la deuxième chance en Val-d’Oise et dans les Yvelines, conseiller régional d'Île-de-France, Jean-Christophe Poulet, directeur général et les équipes ont organisé, le jeudi 8 novembre les Assises franciliennes de la deuxième chance, à l’auditorium des Thermes d’Enghien-les-Bains. Deux thèmes majeurs ont occupé les débats :
- le rôle des dispositifs d’insertion dans le développement économique des territoires ;
- la lutte contre le décrochage scolaire.
Un club des Anciens de l’école a été lancé par ses trois co-présidents. La soirée s’est terminée par un spectacle de musique et de danse, mis en scène et animé par les jeunes de l’école.

Des débats sur le rôle majeur des e2c pour notre jeunesse

Après les discours d’ouverture de Philippe Sueur, maire d’Enghien-les-Bains, et d’Armand Payet, conseiller départemental du Val-’Oise, Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse a pris la parole pour souligner le rôle fondamental des écoles de la deuxième chance dans l’insertion professionnelle de notre jeunesse. Un déplacement devrait d’ailleurs être prochainement organisé dans l’un des sites de l’e2c 95 afin que le ministre puisse échanger avec les équipes et les jeunes.
 
Les débats de la première table ronde, menés par Frédéric Jenny, franchisé de 3 restaurants, ont permis une réflexion sur le rôle des e2c dans le développement économique des territoires. Elle a été alimentée par les interventions de Pierre Kuchly, président de la CCI, Alexandre Lecouve, future responsable RH et administrative d’un magasin Super U, et par Rachid Adda, directeur du Syndicat mixte ouvert Val d'Oise Numérique, responsable de la Mission Aménagement et Développement Numérique du Département du Val-d'Oise. Stéphane Maas, directeur Île-de-France d’Opcalia a conclu la table ronde.
 
La deuxième table ronde a été centrée sur la lutte contre le décrochage scolaire. Dans ce cadre, Karine Franclet, conseillère régionale en charge d’une mission sur ce thème a présenté les actions de région. Estelle Rose a présenté les actions de l’AFEV et leurs actions en coordination avec l’e2c 95. Eva, qui est passée par le dispositif spécifique de l’école, est venue témoigner avec sa mère. Enfin, Frédéric Lauze, ancien décrocheur qui a réussi à reprendre des études et à obtenir un doctorat en science politique est venu conclure les débats.

Lancement d’un « e2c 95 alumni » et un spectacle musical

Afin de renforcer les liens et créer un réseau professionnel entre les stagiaires sortis de l’école depuis sa création (presque 5000), un Club des Anciens a été lancé. Il sera co-présidé par un représentant de chacun des sites d’Argenteuil, Sarcelles et Cergy. Les trois co-présidents, Malafi Dram, Zaineb Bouhele et Mamby Diallo, ont pris la parole pour lancer l’association. Jean-Paul Lesage, l’un des membres fondateurs et ancien président, est également intervenu pour rappeler les conditions dans lesquelles l’e2c 95 a été mise en place. Enfin, la soirée s’est terminée par un superbe spectacle musical mis en scène par des jeunes de l’école et l’association My CharlesTown.

Benjamin Chkroun, président de l’e2c 78-95, a déclaré « Nos jeunes n’ont pas besoin d’assistanat, mais d’un déclic vers la réussite, d’une deuxième chance, parce que la première ne correspondait pas à leur parcours. Il est temps d’affirmer que ces jeunes issus de nos quartiers des villes et des territoires ruraux, sont une formidable opportunité pour notre pays. C’est pourquoi, à l’e2c, nous devons créer des incubateurs de talents ! »
 
Il a également indiqué « Ma profonde conviction, c’est que nous devons développer des hubs de la réussite, où dans un même lieu se croiseraient, en plus d’une e2c, une plateforme de mobilisation pour les décrocheurs âgés de 14 à 17 ans, une mission locale, les dispositifs pour les bénéficiaires du RSA et un tiers lieu d’enseignement supérieur.»

 

A propos de l'école de la deuxième chance
en Val-d'Oise

 
L’Ecole de la deuxième chance en Val-d’Oise, créée en septembre 2008, accueille 500 jeunes de 18 à 25 ans par an. Elle a un taux de sortie positive élevé :  70 %, supérieur à la moyenne nationale de 55 %. Sa mission principale : offrir une seconde chance aux jeunes sortis du système scolaire classique sans qualification, ni diplôme mais motivés pour s’intégrer professionnellement et socialement.

Le dispositif est basé sur une méthodologie différente : cours de remise à niveau et, surtout, à la préparation à l’emploi ou l’entrée en formation qualifiante de 6 à 12 mois en fonction des parcours de chacun. Le site de Cergy, ouvert en 2010, auparavant situé à Cergy-Saint-Christophe, a déménagé en mai dernier dans le Centre commercial Les Trois Fontaines. Il accueille 170 jeunes par an.

Publicité