Vous êtes ici

Energie de proximité

Une régie communale produit et distribue de l'électricité

Par: 
C. s. B. & J-P M.

L’association Confluence Pour Sortir du Nucléaire est allée mercredi 16 octobre 2013 avec dix neuf personnes de différentes communes (Andrésy, Achères, Conflans, Eragny, Courdimanche, Triel, Maurecourt etc.) dont plusieurs candidats aux élections municipales de 2014 à Montdidier (Somme) une commune qui se qualifie «pilote en matière d’énergie».

 

La ville de Montdidier (Somme) s’est engagée depuis de nombreuses années dans une politique de maîtrise des consommations d’énergie sur son territoire. La Régie Communale (créée en 1925) est l’acteur principal de ce programme qui s’est concrétisé en 2004 par un accord cadre signé par la Régie elle-même, la Ville, le Conseil Régional de Picardie et l’ADEME. Le recours aux énergies renouvelables a été rendu possible par des réalisations comme : une chaufferie bois à l’école, un réseau de chaleur au bois pour la ville, une surface importante de capteurs solaires photovoltaïques produisant de l’électricité et un parc éolien.

La journée de visite s’est déroulée en deux temps. D’abord une présentation de la Régie et de la politique menée par la commune de Montdidier (voir le site), ensuite la visite des installations. Une sorte de micro-trottoir avait été préalablement effectué le matin pour mesurer le ressenti de la population par rapport à l’action de la mairie en matière d’énergie.

Une politique communale en matière de production et de distribution d’énergie.

La Régie communale de Montdidier produit et distribue l’énergie sur le territoire communal. Elle est également chargée de la réalisation des travaux neufs et de l’entretien du réseau d’éclairage public pour le compte de la ville. Elle dessert les 6400 habitants de la commune (3210 clients domestiques et 70 professionnels et industriels). La Régie satisfait actuellement 53 % des besoins en électricité de la population et espère à partir de 2015 et la mise en service d’une mégaéolienne couvrir l’ensemble des besoins en énergie de la ville. Il faut souligner le rôle essentiel de la maire actuelle de la commune, Mme Quignon (PS) dans la politique énergétique menée à Montdidier.

Celle-ci a d’abord été motivée par la nécessité de faire des économies dans une ville touchée par la crise économique. Depuis 2003, avec l’aide de la Région, du département de l’ADEME et de l’Europe, la ville de Montdidier s’est lancée dans un programme d’économie et de diversification de sa production d’énergie : - réduction des consommations d’éclairage public,  réhabilitation thermique des 5 écoles de la commune, production d’électricité par énergie solaire, mise en place d’un réseau de chaleur alimenté par une chaufferie bois / gaz naturel, production d’électricité par énergie éolienne. Un projet d’unité de méthanisation est également en cours.

Exemple ou expérience ?

Il y a actuellement en France 150 communes qui disposent d’une régie de ce type et qui ont donc la possibilité de distribuer elles-mêmes l’énergie électrique sans passer par le système revente / achat à EDF. Le prix du KWH n’est cependant pas libre et correspond à un tarif réglementé qui s’applique à l’ensemble du territoire national. Il est toutefois possible de vendre l’électricité moins chère en jouant sur la hauteur des taxes communales : c’est la politique suivie par Montdidier, ce qui permet aux habitants de la commune de bénéficier d’un tarif globalement inférieur à 5% de celui pratiqué ailleurs.

L’existence des régies communales permet à EDF de ne pas avoir le monopole de la distribution d’énergie en France, ce qui la met en conformité avec les directives européennes. Il n’est pas possible actuellement pour une commune de revenir au système de la Régie. Pour que les régies puissent se développer, il faudrait évidemment que la loi change. Pour cela, il faudrait bien sûr une véritable volonté politique de la majorité en place. Mais est-ce le cas ?

Un exemple encourageant

Une expérience comme celle de Montdidier se justifie par plusieurs raisons :

- satisfaire les besoins en énergie de la population grâce à une production locale et durable, c'est à dire qui ne consomment pas de ressources fossiles et sont décarbonées, donc n'ont pas d'impact sur le climat ;

- cela permet de s'affranchir du nucléaire et de ses dangers ;

- la régie a crée huit emplois locaux ;

- l'électricité est un peu moins chère. Ce n'est pas négligeable en temps de crise. Par ailleurs, en contrôlant la distribution, la mairie a plus de souplesse pour pratiquer un tarif social aux ménages les plus en difficulté.

Vers l'autosuffisance énergétique ?

L'exemple de Montdidier est très encourageant. En effet, cette commune montre qu'il est possible en réduisant d'une part la consommation d'énergie et d'autre part en développant une production d'énergie renouvelable diversifiée d'atteindre quasiment l'autosuffisance énergétique. Il existe en France des milliers de communes de population équivalente. Si l'exemple de Montdidier pouvait se développer ailleurs, il entraînerait de facto une diminution des besoins en électricité d'origine nucléaire. Il favoriserait la création d'emplois non délocalisables et permettrait, en diminuant le coût de l'énergie, de développer une véritable politique sociale de l'énergie.

Le bois, le soleil et le vent : 3 sources d'énergies renouvelables

  1 - La chaufferie bois alimentant le réseau de chaleur de Montdidier.

  2 - La centrale photovoltaïque au sol de la Régie composée de 1202 panneaux assemblés en France d’une puissance totale de 300 KWc.

  3 - Le parc éolien du moulin à Cheval (4 éoliennes de 2 MW chacune).

 

 

 

 

Publicité