Vous êtes ici

Immobilier

Les projets immobiliers se suivent et se ressemblent que ce soit à Verneuil-sur-Seine, à Vernouillet, à Triel-sur-Seine… Nous publions ici le point de vue de l'association ADIV Environment.

Mardi 11 février 2020, François Garay, actuel maire divers gauche des Mureaux et candidat à sa propre succession à l’élection municipale de mars prochain, a accepté de répondre aux questions de la Webtélé 2r en vidéo.(Webtélé2r)

A l’initiative de l’Association pour la Proximité et le Commerce de Triel, Dominique Lorrain, expert international, a expliqué, le 10 décembre à la salle Grelbin, le mécanisme qui transforme les villes d’une manière irréversible, en prenant le cas de Villiers-sur-Marne.

Suite à la rencontre entre les locataires de la résidence Les Mureaux Lumières et une représentante de Droit Au Logement (DAL), le 11 décembre 2019, en raison des pannes répétées des chaudières privant les immeubles de chaleur et d’eau chaude, des actions ont été menées. Les chaudières ont été réparées et remises en fonction le 13 décembre mais la mobilisation a permis d’obtenir bien plus du bailleur et pas seulement aux Mureaux, selon un communiqué du DAL.

Le Tribunal administratif de Versailles a annulé, le 18 octobre, le permis de construire de Vinci à Triel. C'est une victoire totale pour les habitants de la rue Charles-Dupuis qui se sont battus contre le projet de construction de 80 logements à proximité de cette rue. 

Le 27 septembre a eu lieu la contractualisation entre la ville d'Andrésy et la région Île-de-France pour l'aménagement de deux équipements publics : le Complexe socio-culturel et sportif Louise-Weiss et le Groupe scolaire Denouval vont faire l'objet d'un programme de réhabilitation nécessaires pour être aux normes et satisfaire les besoins des habitants dans une ville où l'on fait tout pour réussir. Pour l'ensemble, le budget global de deux sites s'élève à 7,8 M€ dont 900 000 € HT constituent la subvention de la Région Île-de-France, représentée par Alexandra Dublanche, vice-présidente ; de côté d'Andrésy, Hugues Ribault a signé un de ses derniers actes en tant que maire de la commune avant les élections municipales de 2020.

Jusqu’où descendront-ils ? Une quinzaine de banques ont encore baissé, le 2 octobre, leurs taux de crédit en octobre, de 0,15 % en moyenne, mais parfois uniquement sur les meilleurs profils. On atteint donc encore de nouveaux records qui propulsent la demande de crédit et dynamisent le marché.  La barre du million de transactions immobilières dans l’ancien sur 12 mois vient ainsi d’être franchie pour la première fois. Dans le neuf en revanche, mauvaise nouvelle : le projet de loi de finances 2020 prévoit la suppression du Prêt à taux zéro en zones détendues (B2 et C) dès le 1er janvier. En attendant son examen à l’Assemblée nationale, voici quelques conseils pour en profiter tant qu’il est encore temps !

Comme évoqué dans une précédente tribune d'ANACOFI Immo du 25 mars 2019, il convient de faire preuve de précision lorsqu’on évoque l’immobilier en France, afin de lutter contre les visions hâtives et parfois déformées que l’opinion ou les pouvoirs publics peuvent formuler dans ce secteur. Dans cette tribune, il est question de la dynamique des prix de l’immobilier dans les zones métropolitaines(1) en France, afin d’évaluer si ceux-ci sont proches d’un retournement, voire d’un krach, thèse développée régulièrement par certains observateurs.

Cette tribune qui provient de l'association militante  Triel Autrement porte un éclairage sur les enseignements majeurs du PLUi pour la commune de Triel.

Le J2R ouvre, par cette tribune, ses colonnes à qui conque veut publier sur les thèmes d'actualité durant la période électorale. 

Se balader à pied à Triel est possible lorsqu'on se donne le temps. Le 2 juin 2019, six groupes de Triellois ont fait une expérience formidable pour (re)découvrir leur ville. 

Comment peut-on accepter de vivre dans un logement indigne à Triel ? Depuis quatre ans, les sept locataires d'un immeuble géré par Emmaüs Habitat, à la sortie de Triel-sur-Seine, n'ont pas d'autre choix que de subir leur situation, en raison de la négligence des pouvoirs publics et de leur condition sociale fragile.

Webtélé 2R 

Le département envisage d'investir 18,5 M€ pour réhabiliter les quartiers défavorisés de Chanteloup-les-Vignes. Pierre Bédier, président du Département des Yvelines, a accueilli cinq acteurs publics pour la signature, le 28 mai, d'une convention PRIOR'YVelines : Philippe Tautou, président de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, Arnaud Legros, président-directeur-général du bailleur social Résidences Yvelines-Essone, Jean-Jacques Brot, préfet des Yvelines, Nicolas Grivel, directeur de l'Agence nationale pour la Rénovation urbaine (ANRU). Webtélé 2R

La persistance des taux bas déjoue tous les pronostics alors qu’ils étaient censés ne pas durer. Leur hausse a d’ailleurs été régulièrement annoncée. C’est dire à quel point prévoir des tendances concernant l’évolution des taux s’avère périlleux. Suite aux annonces de la Banque centrale européenne (BCE), les courtiers du réseau PresseTaux dressent un bilan et partagent leur analyse pour cette fin d’année 2019.

Parfois l’opacité règne ; le plus souvent, des élus qui n’ont plus la parole ont perdu la maîtrise de leurs sols. Plusieurs dossiers, mis en lumière depuis quelques mois, montrent des similitudes dans différentes villes de notre territoire. Notamment, des fractures se creusent entre les habitants qui veulent préserver le caractère de leur ville et des élus qui, pour satisfaire leur ambition de développement économique ou pour atteindre les quotas imposés par les pouvoirs publics, veulent accroître la population. Par contre, des différences s’affirment entre les communes : certaines peuvent mener, à leur guise, leurs projets immobiliers, tandis que l’intercommunalité empêche d’autres de décider de l’utilisation raisonnée de leurs espaces. De plus, alors que le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) n’est pas encore en vigueur, des décisions sont prises dans l’esprit qui a conduit à la centralisation de la compétence “urbanisme” mais sans aucune prise en compte des avis et des demandes des élus des communes concernées. 

Quel sont les objectifs du projet de la marina de la Pointe de Verneuil ? Qui y participerait ? Qui paierait ? Ce sont des questions soulevées par ce projet, présenté le 20 mars 2019 par le maire de Verneuil-sur-Seine et la société UrbanEra, filiale du groupe Bouygues Immobilier. Voici une tribune d'Alain Lafon, constituant une contribution au débat local.

Pages

Publicité